L’avocate Achala Seneviratne a déposé une requête en matière de droits fondamentaux auprès de la Cour suprême, alléguant que la police n’a pas mené d’enquête équitable sur plusieurs plaintes qu’elle a déposées pour ingérence dans ses devoirs professionnels.

La pétitionnaire demande au procureur général et à l’inspecteur général de la police d’accélérer l’enquête sur ses plaintes et de poursuivre les suspects devant les tribunaux compétents.

Le pétitionnaire a comparu pour les membres de la famille de onze personnes disparues en 2009. Il est également apparu pour un jeune kidnappé en 2012 dans la région de Meethotamulla.

La pétitionnaire a déclaré qu’elle avait comparu au nom des personnes impliquées dans l’affaire contre le major Ajith Prasanna, un bureau militaire et avocat à la retraite, et quatre autres personnes accusées d’entrave à la justice en insultant des témoins, des juges et des fonctionnaires et en influençant les victimes.

La pétitionnaire a déclaré qu’elle avait reçu un appel téléphonique menaçant le 15 septembre 2017 et a déposé une plainte à cet égard auprès du commissariat de police de Keselwatta.

La pétitionnaire déclare en outre que le 30 avril 2019, elle a déposé une plainte auprès du directeur de la police criminelle (CID) au sujet d’un message Facebook partagé contre elle.

Le pétitionnaire note qu’en dépit d’un certain nombre de plaintes déposées en personne et par l’intermédiaire de diverses autorités, la police n’a pas pris les mesures adéquates face à ces menaces, harcèlement et intimidations.

Le pétitionnaire a le directeur du CID du commissariat de police de Keselwatta de l’OCI, l’inspecteur général de la police, le président de l’Autorité nationale pour la protection des victimes de la criminalité et des témoins, le directeur du département des victimes de la criminalité et des témoins, le ministre de la Défense et plusieurs autres répondants énumérés.

Le pétitionnaire allègue que les défendeurs n’ont pas mené d’enquêtes adéquates et équitables sur leurs plaintes afin de garantir la protection de la loi ou l’égale protection de la loi garantie par la constitution.

La pétitionnaire a déclaré que son droit de participer à la pratique juridique avait été compromis et restreint en raison de l’échec des intimés.



Source link

Recent Posts