Sélectionner une page


ISLAMABAD: Les chefs religieux de diverses sectes islamiques ont déclaré qu’ils prendraient leurs distances par rapport à ceux de leurs rangs qui font des commentaires désobligeants sur les personnalités religieuses ou encouragent la haine et le sectarisme dans le pays.

Ils ont pris la décision lors de la conférence Wahdat-i-Ummat présidée par le président Dr. Arif Alvi.

« Nous devons veiller à ce qu’il n’y ait pas de différences idéologiques en termes de confrontation et d’anarchie bilatérale », a déclaré le Dr. Alvi.

La conférence était organisée par le Pakistan Ulema Council (PUC) pour contrer la rhétorique extrémiste de ces derniers jours. Le clergé qui était présent a déclaré ne pas être affilié à des organisations interdites ou à des éléments qui promeuvent le sectarisme et la violence religieuse dans le pays.

Au cours de la conférence, Dr. Alvi, personne ne devrait faire de commentaires ou de remarques désobligeants sur les personnalités religieuses.

Say prendra ses distances avec ceux qui font des commentaires désobligeants sur les personnalités religieuses, incitent à la haine et au sectarisme dans le pays

Il a dit qu’il y a des gens avec des croyances religieuses et des sectes différentes au Pakistan.

Il a ajouté qu’il y avait eu quelques incidents désagréables par des individus dans ce Muharram dans le but de provoquer l’anarchie et le chaos et le gouvernement a veillé à ce que des mesures immédiates soient prises contre eux.

« Je vous assure que des poursuites judiciaires appropriées seront engagées contre tous ces éléments qui veulent promouvoir l’anarchie religieuse dans le pays et que ces éléments conspirateurs ne doivent pas provoquer le chaos ou l’anarchie religieuse dans le pays et que l’harmonie et la fraternité interreligieuses sont garanties », at-il mentionné.

Dr. Alvi a également parlé du Cachemire et de la Palestine, affirmant que la paix mondiale est liée à la paix et à la stabilité dans ces régions.

Nous espérons que l’Organisation islamique de coopération, dirigée par le Royaume d’Arabie saoudite, jouera un rôle plus efficace et proactif sur les questions de Palestine et du Cachemire, a-t-il déclaré.

Dr. Alvi a également salué la déclaration conjointe de la conférence, affirmant que c’était une note positive pour l’unité des musulmans et l’élimination de l’extrémisme, du terrorisme et de la violence sectaire au Pakistan.

La conférence a réuni environ 200 chefs religieux et universitaires de diverses sectes, ainsi que des envoyés de pays arabes et européens et des ministres du gouvernement.

Les orateurs de la conférence ont exhorté le gouvernement à traiter les commentaires désobligeants sur les personnalités religieuses conformément au Plan d’action national et à prendre des mesures contre les éléments favorisant le sectarisme, la violence et la haine par le biais des médias sociaux.

L’un des points clés de la déclaration était que le terrorisme, l’extrémisme, la violence sectaire et les meurtres étaient dirigés contre l’islam et la charia au nom de la religion.

Les chefs des sectes religieuses et des écoles de pensée devraient à l’unanimité se distancer de ceux qui sont impliqués dans la violence sectaire, le terrorisme et l’extrémisme.

Les universitaires, les orateurs et les ecclésiastiques ne feront pas de remarques désobligeantes sur les personnalités religieuses dans les sermons publics, et aucune secte ne devrait approuver ou soutenir quiconque le fait, a-t-elle ajouté.

La déclaration stipule qu’aucune secte musulmane ne devrait être classée comme « non croyante » et qu’aucun non-musulman ou musulman ne devrait être classé comme « digne d’être tué ».

On a dit que le peuple pakistanais et les croyants de toutes les religions et sectes vivaient selon les droits énoncés dans la constitution.

Les non-musulmans vivent avec la population majoritairement musulmane au Pakistan, et il est de la responsabilité du gouvernement de veiller à ce que les lieux saints et les lieux de culte des minorités religieuses soient protégés.

Elle a également appelé le gouvernement à mettre en œuvre le plan d’action national sans discrimination et à assurer la législation et la consultation en tant que priorité pour le projet approuvé à l’unanimité du projet Paigham-i-Pakistan.

La déclaration a également déclaré que des mesures devraient être prises contre ceux qui émettent des décrets religieux irresponsables – connus sous le nom de fatwas – qui violent les enseignements du Coran et de la Sunna.

Publié dans Dawn le 22 septembre 2020



Source link

Recent Posts