Fin novembre 2020, nous avons eu l’honneur et le privilège d’être parmi les premiers médias français à toucher l’un des Saint Graal de la voiture de sport de la dernière décennie, la Toyota GR Yaris (premier test à redécouvrir) Ici). La nouvelle bombe japonaise a été reconnue par de nombreux magazines spécialisés et a remporté tous les votes des journalistes, blogueurs, influenceurs, internautes et du grand public. En tant que symbole d’une catégorie en extinction, il était inconcevable que l’on n’hésite plus à s’emparer de la version la plus adorable de cette GR Yaris, à savoir la piste. Et comme sur le blog, que l’on adore bien faire, ce test se déroule évidemment sur circuit. Bouclez votre ceinture et montez à bord avec nous pour une session amusante.

Outil de suivi: définition

Difficile de déguiser ses ambitions avec un tel patronyme. La piste GR Yaris (GR = Gazoo Racing, département sport et compétition de Toyota) surveille donc l’autonomie, qui ne se compose que de deux niveaux.

  • Pack Premium: polyvalence avec système de navigation, affichage tête haute, avertissement des angles morts, radars avant / arrière et système audio JBL
  • Calibre: axé sur un usage récréatif, sans les éléments ci-dessus, mais contenant des jantes forgées BBS, des étriers de frein rouges, deux différentiels à glissement limité Torsen (un sur chaque essieu) et des suspensions «circulaires».

D’ailleurs, la recette est la même. La GR Yaris n’est en aucun cas dérivée d’une Yaris standard car elle est basée sur une plate-forme unique spécifique qui intègre des éléments de la Yaris et du CH-R. Voies élargies, trois au lieu de cinq portes, toit en carbone, boucliers spéciaux, jantes de 18 pouces, même pour le citoyen il est difficile de voir que ce petit citadin a avalé autre chose que de la soupe miso pour le petit déjeuner. Et pour une bonne raison. 261 PS et 360 Nm d’une cylindrée de 1,6 litre avec une cylindrée de 1,6 litre, même avec un turbocompresseur, il est surprenant que même le groupe joyeux de pilotes du Circuit de Mornay soit habitué aux monstres, les plus puissants / démonstratifs le sont par ailleurs.

mise en vigueur

Après quelques tours de clarification derrière une voiture de vitesse (une Supra 2.0 L, exactement ça), magistralement dirigée par mon ami Florian RoadToPerform Pour découvrir le tracé du circuit de Mornay en toute sécurité et une petite démonstration des capacités du circuit GR Yaris, je suis convaincu que je pourrai enfin attaquer si je le juge bon pour un après-midi complet. Aucun objectif de temps au tour loin de l’objectif principal étant de s’amuser au volant, et croyez-moi ou non, la GR Yaris Track est actuellement l’un des jouets les plus adaptés à ce type d’exercice. Cependant, avant de décrire mes impressions au volant, j’aimerais revenir brièvement sur ce fameux morceau (voir la vidéo à la fin de l’article pour une visite vidéo complète). Je tiens à souligner qu’aucune communication particulière ne m’a été demandée après l’accueil sur place, mais j’ai tellement apprécié cet itinéraire que je ne résiste pas à l’envie de vous en parler.

Long d’environ 2 km (si l’on ignore le «parcours scolaire»), l’itinéraire de Mornay est facile à retenir, et s’il est parcouru dans ce type de voiture en un peu plus d’une minute, il a l’avantage de regrouper plusieurs types de virages , dans un décor forestier rappelant le mythique hippodrome de Charade. Dénivelé, virages en épingle à cheveux à gauche et à droite, double virage à droite, long virage à gauche et long virage à droite, double double chicane à deux reprises, Mornay réunit le rêve de nombreux pilotes amateurs sur sa large bande d’asphalte pour découvrir leurs engins loin de la tumulte des journées GTI de l’Ile de France – Hippodromes. Il est également l’hôte d’un festival que je vous invite à découvrir Ici.

Nous attaquons les choses sérieuses. Tout d’abord, pour comprendre plus sérieusement le comportement et les limites de la voiture. Il n’y a rien de mieux qu’une courte séance avec un «survirage» axé sur la pression des pneus. Pneus arrière trop gonflés et avant insuffisamment gonflé, antipatinage et ESP désactivés, mode sport activé et c’est parti. Pour rappel: La répartition de la traction entre les trois modes de conduite est la suivante:

  • Normal: 60% à l’avant / 40% à l’arrière
  • Sport: 30% à l’avant / 70% à l’arrière
  • Voie: 50% avant / 50% arrière

Comme vous l’avez compris, nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour déclencher le côté randonnée de l’essieu arrière, tant plébiscité par les différents médias. Le problème est que la plupart des tests de changement de vitesse ont été effectués au début de l’année avec des températures presque négatives et surtout une piste mouillée la plupart du temps. Le constat sur une route sèche avec 15 degrés sur le thermomètre est clair: même avec nos réglages, la GR Yaris reste rivée au sol comme collée à l’asphalte. Un simple appel / contre-appel lors du freinage vous permettra d’initier une légère dérive de l’essieu arrière, et pourtant la moindre sollicitation de l’accélérateur pendant l’exercice ne fait que remettre la GR Yaris dans le bon sens, plutôt que de tenir une glissière, même provoquant. Très réconfortant, mais un peu moins ludique que ce à quoi je m’attendais. Il faut dire que les Michelin Pilot Sport 4S de série sur ce niveau de finition sont connus pour leur adhérence exceptionnelle sur sol sec. Alors s’ils sont équipés de quatre roues motrices permanentes, vous me comprendrez.

Si vous préférez l’accroche en glisse, la GR Yaris s’avère être impériale. Seule l’usure des consommables arrêtera votre élan à la fin de votre journée à ciel ouvert et bien plus encore. En termes de freinage, la GR Yaris, avec un poids à vide de 1280 kg sur la balance pour seulement 3,99 m de longueur, n’est pas ce que l’on peut appeler un poids plume. Avec un après-midi entier passé sur la piste pour être complètement addictif pour chaque pilote, le freinage est certainement l’un des points forts de ce circuit GR Yaris. Equipé de disques ventilés, rainurés aux quatre coins avec des étriers à 4 pistons à l’avant et 2 pistons à l’arrière, le freinage viril ne lui fait pas peur du tout, même s’il déclenche les feux de détresse un peu trop peu compliqués à chaque exigence . Je pense que je fais 5-6 tours, oubliant le passage du temps, ramené à la réalité uniquement par de larges gestes des bras de mes compagnons dans la ligne droite de la boîte qui m’indique qu’à la fin de ce quinzième tour ce serait bien de laisser reposer les mécaniciens.

Équilibre froid

Mes impressions chaudes, que vous pouvez voir dans la vidéo à la fin de cet article, parlent d’elles-mêmes. J’ai rarement été aussi enthousiasmé par une voiture (au point que je voulais l’acheter). Après quelques jours de recul, ils n’ont pas bougé d’un iota. Je peux facilement comprendre pourquoi de nombreux magazines spécialisés ont élu le GR Yaris Track «Athlète de l’année». Au moment où j’écris ceci, je viens de rentrer d’une séance d’essais sur un véhicule concurrent où j’ai eu l’occasion d’interagir avec d’autres testeurs qui ont goûté au plaisir de conduire un japonais. Entre autres, je me souviens des propos d’un écrivain indépendant pour le magazine Échappement: «Je pense que je me souviens que c’est la seule voiture à laquelle j’ai donné une note de 10/10». Le turbo de 1,6 litre ne souffre pas d’un manque de cylindres. De manière démonstrative, sans s’arrêter jusqu’à 7000 tr / min là où ça casse à l’ancienne, quiconque a eu l’occasion de le pousser à ses limites arrivera à la même conclusion: c’est une réalisation sacrée. Les deux différentiels à blocage Torsen font à merveille leur travail et suppriment même toutes les aides désactivées, le moindre sous-virage ou glissement en sortant d’une courbe. S’ils ne peuvent pas maintenir un glissement sur le sec, ils combinent avec les amortisseurs nouvellement calibrés l’avantage de lancer facilement la queue lors du freinage pour envelopper chaque virage, large ou serré, avec un bon cœur.

Signalez uniquement une plainte concernant ce qui est important pour un jouet dont le circuit d’appel est clairement indiqué: le rôle. La tenue de route en appui est sans faille, mais la dureté de l’amortissement ne change pas celle d’un GR Yaris Premium Pack pour moi, même pas sur route ouverte, afin d’aller encore plus loin en comparaison (je n’ai pas eu l’occasion de utiliser la version Premium Pack sur la piste d’essai).
Néanmoins, la GR Yaris reste un merveilleux jouet à conduire à l’infini et surtout à soi-même. Moins d’un an après sa commercialisation, son caractère de collectionneur ne fait plus de doute. 1200 km et quelques dizaines de tours plus tard, la polyvalence de cette voiture reste remarquable même dans sa version piste, et l’interaction homme-machine passionnante permet même une conduite dynamique sur route ouverte, ce qui est beaucoup moins risqué pour votre permis de conduire que d’être sur montez à bord d’un grand compact sportif aux sensations définitivement effacées. Sautez dessus si vous pouvez vous le permettre.

Un grand merci à Commutation matinale pour leur salutation et pour RoadToPerform pour le coaching de qualité qui nous a permis de découvrir cette sportive dans les meilleures conditions, alliant liberté, plaisir et sécurité.

Crédit photo / vidéo: Maurice Cernay

Quelques chiffres

Dimensions: 3995 x 1805 x 1460
Poids à vide: 1280 kg
Volume de départ: 286 L.
Volume du réservoir: 45 l
Consommation combinée annoncée (WLTP): 8,9 l / 100 km
Émissions moyennes de CO2 annoncées (WLTP): 186 gCO2 / km
Déplacement: 1618 cc
Puissance maximale: 261 ch à 6500 tr / min
Couple maximum: 360 Nm entre 3000 et 4600 tr / min
Vitesse maximale: 230 km / h
0 à 100 km / h: 5,5 secondes



Source link

Recent Posts