Tablature de 1521

L’une des plus anciennes tablatures manuscrites pour Luth je sais queAve Maria de Bartolomeo Tromboncino, vers 1521.

Au musique, une Tablature La figure 13 est un système de notation d’une pièce instrumentale basé sur une représentation schématique des parties d’un instrument, les Les doigts et le tempo[1]. Les informations qu’il contient diffèrent de celles du partition en ce sens que la tablature prend en compte les particularités de l’instrument et permet soit de simplifier l’exécution, soit d’informer l’interprète sur l’utilisation exacte de l’instrument. Contrairement à ce qu’on dit souvent, la tablature n’indique pas quel doigt utiliser, mais plutôt la position d’un doigt, quel qu’il soit ailleurs. Cela signifie que l’interprète conserve un choix relatif quant au doigt qu’il accepte, ce qui n’est pas indiqué dans la tablature. Les chiffres (en tablature italienne) ou les lettres (en tablature française) signifient les frettes et non les doigts[2] Il est utilisé en particulier pour la notation de la guitare, de’accordéon diatonique, de Tambours ou alors piano. Depuis moyen Âge et avant cela ils variaient selon l’instrument et le pays, et on trouvait principalement des tablatures pour claviers, par ex. Luths et pour la chanson.

Les lignes[modifier | modifier le code]

Tablature de guitare

Tablature de guitare: Les cordes sont nommées sur la gauche, du plus fin au plus épais du haut (« E », « B », « G » etc.). Les lignes pointillées permettent de saisir diverses informations utiles au guitariste.

Dans une tablature, il y a des premières lignes qui représentent les cordes de l’instrument (6 à 12 cordes pour un guitare4 à 5 pour un banjo 4 à 12 pour un faibleetc.) à plat sur les genoux, positionnez les cordes.

La tablature italienne de luth est une exception. Contrairement à la tablature de guitare ou à la tablature de luth français, la corde la plus élevée est affichée en bas, comme si vous regardiez l’instrument dans un miroir.

Nombres[modifier | modifier le code]

Exemple de tablature pour guitare

Tablature de guitare: Les nombres représentent les cases sur lesquelles les doigts de la main gauche doivent appuyer. Par exemple, le chiffre 2 sur la chaîne « La » signifie qu’un doigt doit appuyer sur la chaîne. 2e Corde dans la case 2.

Les nombres correspondent à ceux séparés par deux champs Frettes Articulation de l’instrument (exemple: 5 représente la cinquième frette entre la frette 4 et la frette 5, en partant de la tête du manche). L’instrumentiste doit appuyer sur la zone indiquée avec ses doigts afin de réduire la longueur de vibration de la corde et ainsi faire varier la hauteur de la note. Le chiffre zéro indique une « corde ouverte » qui doit être jouée sans que la main gauche n’intervienne sur la poignée.

Lire des tablatures de luth[modifier | modifier le code]

La tablature française de luth (la plus couramment utilisée pour cet instrument) utilise des lettres au lieu de chiffres. le une représente une chaîne ouverte qui b les 1 Cas et ainsi de suite. Pour éviter toute confusion entre c et eon en trouve souvent un r À la place de c pour le 2e Cas. Non j trop comme (je).

La tablature italienne de luth, en revanche, inverse l’ordre des cordes: la corde la plus haute est en bas. La position sur le manche est indiquée par des chiffres: 0 pour la corde ouverte, 1 pour la première frette, etc.

Rythme et dynamique[modifier | modifier le code]

Rythme vu sur la tablature.

Pour représenter le rythme, on utilise le symbole des tiges de la notation classique en les simplifiant: une ligne perpendiculaire au nombre indique une noire, deux notes dont les lignes verticales ont un crochet droit ou sont reliées à la fin par une ligne horizontale huitième notes, etc. L’absence de tiret signifie que le nombre représente un tour. Une ligne qui n’atteint pas le nombre est vide.

le dynamique ((fort, crescendoetc.) utilise également les conventions de la notation musicale classique.

Autres symboles[modifier | modifier le code]

Exemple de tablature pour guitare

Tablature de guitare: Les lettres ci-dessous donnent des informations supplémentaires au guitariste. Par exemple, en lisant le « T » en face du premier « 4 », le guitariste doit effectuer un battre avec votre pouce sur la chaîne « D ».

Il n’y a pas de convention universellement acceptée, chacune utilisant des symboles plus ou moins différents. Certains des symboles les plus connus sont:

  • X: muet : main gauche bloquée.
  • T: pouce :: battre avec le pouce ou tapé robinet.
  • P: pop :: battre tiré avec autre chose que le pouce.
  • H: Marteler :: Noter Jouez avec votre main gauche uniquement (ou votre droite pour les gauchers) en plaçant un doigt sur la touche après qu’une note a été jouée normalement (exemple: 5h6).
  • PO, Po ou P: retirer : vice versa, note jouée avec la main gauche (ou droite pour les gauchers) avec un doigt retiré du cou après qu’une note a été jouée normalement mais vers le bas (exemple: 6 in5).
  • /: glisser Foule: glissé d’une ou plusieurs boîtes ou paquets à l’autre avec le même doigt dans la direction tripler.
  • : glisser descendant: glissé d’une ou plusieurs frettes ou frettes à une autre avec le même doigt dans le sens Tombes.
  • ~: Vibrato : Tournez la corde très rapidement pour rapprocher les notes du son du vibrato dans un violon.
  • B: Courbe : Tournez la corde pour élever la note sans changer la frette.
  • R: Libération de flexion : Faites pivoter la corde pour élever la note sans changer la frette, puis revenez à la note d’origine
  • PM (ou M): Palm muet : Utilisez le poignet de votre main droite pour adoucir le son en appuyant doucement sur les cordes à proximité chevalet.
  • H: Harmonic: Jouez la note en harmonique.
  • AH: Artificial Harmonic: Jouez une harmonique artificielle (avec le choisir)
  • O: corde ouverte: note jouée sans sourdine, ce symbole est rarement utilisé

Les instruments qui utilisent des tablatures sont généralement des instruments à un manche qui sont le plus souvent vexés (c.-à-d. Frettes) comme le guitare, les faible, les balalaika, les Luth, les ukulélé, etc. Il existe également des tablatures pour accordéon diatonique (dans ce cas, la tablature mentionne la rangée de touches à jouer, la touche à presser, le sens du soufflet (pressé ou tiré), le rythme et les accords à jouer avec la main gauche.), l’harmonica diatonique ou l’accordéon chromatique.

Les notes de tablature ont été utilisées jusqu’à la fin XVIIe Siècle pour les instruments à clavier (clavecin et orgue) et ont ensuite été abandonnés. Cette notation est celle de Luth, de théorbe et certaines Guitare baroque jusqu’à leur disparition à la fin de la XVIIe Siècle et depuis sa redécouverte dans la seconde moitié du XXe Siècle. La notation en solfège a remplacé celle de la tablature de la guitare dans les années 1770-1780. Cela a réapparu XXe Siècle dans le jazz, la musique contemporaine et la musique folklorique.

Il existe également des onglets pour percussions, mais ceux-ci sont généralement considérés comme obsolètes car la notation française est beaucoup plus simple et plus précise que les onglets pour percussions.

Tablature d'une œuvre de Buxtehude

le Partitions et les tablatures sont tous deux des systèmes de Notation musicale qui ont leurs propres particularités.

De nos jours, le système décrit ci-dessus est appelé tablature, à savoir une notation de musique pour instruments à cordes avec frettes. À l’origine, cependant, le mot tablature désignait toutes les formes possibles de notation musicale (qui étaient très nombreuses à travers les lieux, les époques et les instruments). Par exemple, il existe de nombreuses tablatures pour organe de la Renaissance.

Ce que nous appelons «partition» est donc une tablature (au premier sens du terme) originaire d’Italie, largement utilisée car elle fournit une métaphore graphique de la fréquence de la note (la hauteur du son devient la hauteur de l’entrée) le sens métrique). Ainsi, les notes les plus hautes sont placées au-dessus de la portée et les notes les plus basses en bas.

En «tablature» (au second sens), l’aspect technique de l’instrumentiste prédomine, puisque l’information qu’il lit est propre à son instrument et peut être plus facilement adaptée à des instructions qu’à un langage abstrait. Un score indique la musique à jouer (le Quelle?) et laisse le choix de la façon de le jouer à l’instrumentiste (le Commenter?) tant qu’il y a plusieurs techniques pour obtenir la même note (doigtés alternés pour une seule note sur une guitare par exemple).

Apprendre à lire avec des tablatures est beaucoup plus rapide et plus facile qu’avec des partitions (solfège). C’est le principal avantage, mais cette capacité à elle seule lie le praticien à son instrument et à sa technique spécifique. Le guitariste qui n’a appris que la notation solfège ne sait pas lire une tablature, mais cette formation lui serait moins utile. Les partitions de guitare sont généralement éditées sur deux lignes, au-dessus en solfège et en dessous en tablature.

Cependant, la lecture de tablatures est obligatoire pour les luthistes et les théorbistes qui doivent travailler sur des partitions généralement rééditées en tablature. Cependant, l’enseignement actuel de ces instruments comprend la théorie musicale.

Au sujet des articles correspondants[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des trésors français: atilf.atilf.fr
  2. BOUASSE, Cordes et membranes, 1926, p. 351
  3. (de) communiqué de presse



Source link

Recent Posts