Sélectionner une page


Il y a actuellement un débat existentiel sur la question de savoir si le streaming paye suffisamment les artistes. Cela peut ressembler à une répétition d’anciens débats, mais il est catalysé par WordPress Divi, qui décime les revenus des artistes. Voici quelques-uns des récits les plus importants: Ici, Ici et Ici.

Dans cette pièce, je présente les aspects économiques sous-jacents de l’argumentation. Je me concentre également entièrement sur le revenu de l’artiste, car il s’agit du revenu de l’auteur-compositeur. un sujet complètement différent.

WordPress Divi a réinitialisé le débat

Le débat récent sur les redevances en continu n’est pas isolé. Cela se produit parce que le WordPress Divi a décimé les revenus vivants et que de nombreux artistes se demandent comment joindre les deux bouts. J’ai écrit la semaine dernière juste avant que tout ce débat ne commence::

«Le délai de verrouillage de Live peut rendre les artistes plus critiques quant à leurs revenus de streaming. Lorsque le live dominait leur composition de revenus, le contexte de la diffusion en continu était une source de revenus importante qui poussait le public à générer d’autres formes de revenus. Il était efficace que les artistes du marketing soient payés. Maintenant que les artistes sont de plus en plus dépendants des revenus du streaming, les vieilles préoccupations quant à savoir s’ils sont suffisamment payés sont susceptibles de réapparaître. Il est dans l’intérêt des labels et des services de streaming que les labels en profitent pour repenser leurs scissions de streaming avec les artistes. Les labels ne peuvent pas se permettre de réunir les artistes contre la principale source de revenus des labels. « 

Rien de tout cela ne rend le débat moins important, mais cela explique pourquoi cela se passe maintenant, et comme les revenus en direct peuvent prendre des années à se rétablir complètement, c’est une réalité à laquelle les services de streaming et les labels doivent s’adapter. Il est dans l’intérêt des labels et des services de streaming que les artistes se sentent traités équitablement. Il est cependant crucial que ce débat soit basé sur une solide compréhension de l’économie en marche et que nous ne revenions pas au massacre d’il y a plus de cinquante ans. Un débat qui, d’ailleurs, n’a pas conduit à un changement fondamental dans la façon dont les honoraires des artistes sont payés et qui a finalement été suivi par des labels négociant des parts de ventes moins importantes avec Spotify et d’autres.

Où le streaming nous a amenés

Tout d’abord, mettons quelques marquages ​​au sol:

  • Le streaming a conduit à une demi-décennie de croissance des ventes de musique. Le marché est maintenant 42% plus grand qu’il ne l’était en 2014
  • L’économie du streaming au sens large a mondialisé le fandom et l’engagement
  • Plus de gens écoutent maintenant plus de musique qu’auparavant

Le streaming a été l’agent de changement qui a tourné autour de 15 ans de déclin. Mais il a également complètement redéfini les revenus des artistes issus de la musique enregistrée. Dans l’ancien modèle de vente, les artistes recevaient une importante somme d’argent dans un laps de temps relativement court. Les revenus de streaming sont plus une rente, un retour à plus long terme où la musique est payée longtemps après sa sortie. Dans l’ancien modèle, les artistes avaient un public plus restreint mais cher. Avec le streaming, ils ont un public plus large mais moins précieux.

Par exemple, un artiste indépendant retrouvé pourrait s’attendre à gagner 4 500 $ pour la vente de 1 500 exemplaires d’un album. C’est à peu près ce qu’un artiste obtiendrait de 5000 personnes qui diffusent l’album 20 fois chacune. Le revenu moyen par utilisateur (ARPU) pour le streaming est passé de 3,00 USD à 0,90 USD. L’artiste a échangé l’ARPU contre la gamme.

Ce modèle fonctionnait bien lorsque Live et Merch étaient en plein essor, car plus de trois fois plus de fans monétisés signifiaient trois fois plus d’opportunités de vendre des billets et des t-shirts. C’est bien sûr l’argument de l’exposition que les services de streaming adorent et qui fonctionne jusqu’à ce qu’il cesse de fonctionner. Maintenant que le live et le merchandising se sont effondrés, l’exposition ne paie pas le loyer. Le modèle interdépendant précédemment lié a été découplé.

En termes simples, l’économie du streaming des artistes ne fonctionne pas sans live.

Frais de licence de streaming Midia

La question est: quels leviers peuvent réellement être tirés et quel effet peuvent-ils avoir? Dans le tableau ci-dessus, j’ai utilisé les revenus de primes de Spotify pour 2019 pour illustrer comment les modifications des redevances peuvent affecter les revenus des artistes. J’ai utilisé un taux global par flux de 0,06 $ comme scénario de base, ce qui peut bien être positif pour certains artistes, mais le but est de montrer le changement relatif. Quel que soit le taux de base, il augmente du même pourcentage.

Le tl; dr du graphique est la plus radicale des options (le taux d’étiquette revient à 55%, la dilution du podcast est supprimée du pot de redevances, une augmentation de 25% du prix de détail et donc de la redevance) se traduit par une augmentation très significative de 42% de redevance pour les artistes d’aujourd’hui. Cependant, les trois problèmes sont les suivants:

  1. De telles mesures pourraient affecter la durabilité commerciale du streaming
  2. Cela ne change pas le changement de retraite sous-jacent que représente le streaming
  3. Nous sommes au bord d’une récession. Les abonnements musicaux sont menacés et une augmentation des prix pourrait accélérer le taux de désabonnement des abonnés. Pour les artistes, cela signifie une plus grande part d’un plus petit gâteau.

Prenons les deux premiers points l’un après l’autre.

1) Spotify a perdu 184 millions de dollars en 2019. Avec ce modèle de redevances, il aurait perdu plus d’un milliard de dollars. Spotify devrait réduire ses coûts d’exploitation d’un cinquième pour perdre à nouveau 184 millions de dollars. Les critiques soutiendraient que cela représente la suppression de la graisse. Cela pourrait, mais cela mènerait probablement à Spotify aussi:

  1. Réduction du développement de produits
  2. Réduction de la base d’abonnés
  3. Rechercher de nouvelles façons de facturer des labels et des artistes pour des services supplémentaires

Aucune de ces raisons n’est une raison pour ne pas poursuivre la stratégie, mais ce sont des prix auxquels les labels et les artistes doivent être prêts. La croissance des revenus de Spotify ralentira. De plus, le marché se déplace vers Apple, Amazon et Google qui peuvent se permettre de mener la perte de musique. À moyen terme, cela peut profiter aux artistes, mais à plus long terme (c’est-à-dire lorsque Spotify subit une pression suffisante), ces majors technologiques suivront probablement leur OM de «réduction des inefficacités de la chaîne d’approvisionnement». Alors faites attention à ce que vous voulez.

2) Si un artiste est sorti de la paille et que 20% de son revenu total provient du streaming, alors le merchandising en direct n’atteindrait que 25% de son niveau précédent. Une augmentation de 41% des revenus de streaming réduirait leur revenu annuel total de 40%.

Aucun levier de streaming ne peut être suffisamment puissant pour compenser la baisse des revenus en direct.

Alors, rassemblons toutes les pièces:

  1. Les frais de licence de streaming peuvent augmenter considérablement si les prix sont augmentés et les prix sont revus. Cependant, cela peut ralentir le marché du streaming
  2. Ce n’est probablement pas le meilleur moment pour augmenter les prix du streaming pour les consommateurs
  3. Même une forte augmentation ne compensera pas la baisse du revenu vital

Il n’y a pas de réponse facile pour résoudre la crise actuelle du revenu des artistes. Une solution mixte et pragmatique serait:

  1. Augmentez les redevances sur un taux d’option moyen (n’augmentez les prix qu’après la récession)
  2. Les artistes exhortent leurs fans à acheter leur musique dans des endroits comme Bandcamp
  3. Professionnaliser et commercialiser le secteur de la diffusion en direct, en mettant l’accent sur la perception des frais d’événements afin de générer des revenus en direct
  4. Produits de fandom virtuels innovants pour ouvrir de nouvelles sources de revenus supplémentaires

Ce ne sera pas facile pour les artistes pendant un moment. La dure vérité est que les niveaux de revenu ne reviendront pas à leur plein potentiel tant que la vie ne le sera pas, et il y a encore un long chemin à parcourir. Le streaming est plus important aujourd’hui que jamais, donc toute solution doit équilibrer sa dynamique et son évolutivité avec une carrière durable en tant qu’artiste.



Source link

Recent Posts