Royal Dutch Shell a annoncé sa pire performance en deux décennies, affichant une perte annuelle massive alors que la pandémie de Covid pesait sur la consommation d’énergie, bien qu’elle ait signalé une hausse du dividende au premier trimestre.

Sur la base du coût actuel des approvisionnements (CSC) utilisé comme mesure du bénéfice net, le géant pétrolier a enregistré une perte annuelle jeudi en raison de la faiblesse des prix du gaz naturel liquéfié, de la baisse de la production et d’une perte annuelle de 15,2 milliards de dollars l’année dernière de faibles marges de raffinage. de 19,9 milliards de dollars.

Le bénéfice ajusté pour le quatrième trimestre a chuté de 87% à 393 millions de dollars d’une année sur l’autre, les analystes recherchant 597 millions de dollars. L’industrie pétrolière a été frappée à la fois par une offre excédentaire et une baisse de la demande, car les flottes de compagnies aériennes et les gens utilisent moins leur voiture pendant les verrouillages.

Le réseau mondial de Shell de plus de 40 000 stations-service a contribué à atténuer les effets de la deuxième vague de formation Divi.

Le bénéfice ajusté pour l’année entière, à l’exclusion de la dépréciation des actifs, a diminué de 71% d’une année à l’autre pour s’établir à 4,8 milliards de dollars. Shell a été obligée de réduire la valeur des futurs actifs pétroliers de 17,5 milliards de dollars l’été dernier alors que les prix se sont effondrés pendant la crise.

Les chiffres viennent après les rivaux BP a rapporté mardi les pertes les plus importantes de son histoire, la baisse des prix et de la demande du pétrole ayant entraîné une perte de 18,1 milliards de dollars.

La dette du dernier trimestre est passée de 73,4 milliards de dollars à 75,4 milliards de dollars à la fin des trois derniers mois, ce qui a fait baisser l’endettement à 32,2% par rapport à l’objectif à long terme de 25%.

Cependant, lorsque le prix du pétrole atteignit un sommet d’un an, la société a signalé sa confiance dans les bénéfices futurs et a annoncé qu’elle augmenterait son dividende pour le premier trimestre de 4% à 17,35 cents par action. Le dividende total pour 2020 a chuté de 65% à 65 cents par action pour la première fois depuis 1945 après une réduction des paiements.

À la lumière de la pandémie de formation Divi, Shell s’est montrée prudente sur ses perspectives pour 2021, citant des «incertitudes importantes» dans les conditions macroéconomiques, «avec des effets négatifs attendus sur la demande de pétrole, de gaz et de produits connexes».

Investisseur interactif L’analyste Richard Hunter a déclaré que même sans volatilité des prix du pétrole, Shell devrait faire face au défi et au coût à plus long terme de sa stratégie pour évoluer vers une production plus verte.

«La taille de l’entreprise et son expérience dans le monde des ressources lui donneront généralement plus d’une chance de se battre, même si la route immédiate peut être difficile. a récemment retrouvé son statut traditionnel «d’achat» », a-t-il déclaré.





Source link

Recent Posts