Le texte de la loi française de 1905 qui établit la séparation de l’Église et de l’État dans le pays ne fait aucune mention explicite de laïcité ou de «laïcité» en français.

Pourtant, le principe fait partie intégrante du tissu politique du pays.

Mais les tensions entre certaines parties de l’islam et l’interprétation des valeurs du monde se sont intensifiées ces dernières années et sont devenues particulièrement source de division ces dernières semaines.

Ces derniers jours, des manifestations ont éclaté dans de nombreux pays musulmans contre la France, son président Emmanuel Macron et sa perception d’hostilité envers leurs convictions.

Défendant le droit du magazine satirique français Charlie Hebdo de réimprimer les caricatures du prophète Mahomet – le portrait du fondateur de l’islam est tabou pour les musulmans et profondément offensé par certains – Macron a déclaré que l’islam était une religion « en crise ».

`Le débat de longue date sur la laïcité en France est venu plus loin sous les projecteurs lorsqu’un professeur de français a été décapité par un extrémiste islamiste présumé.

Samuel Paty avait montré les caricatures dans une classe qui explorait la liberté de pensée – Macron a déclaré que l’enseignant avait été tué parce que « les islamistes veulent notre avenir » et que la France « n’abandonnerait pas les caricatures et les dessins même si les autres se retirent ».

Face à tous ces événements, quelle place occupe Laïcité dans la société française moderne?

Qu’est-ce que la laïcité ou la laïcité en France?

La France est un pays laïc en ce qu’elle prétend être officiellement neutre sur les questions religieuses, ne soutient ni la religion ni son absence, et n’a pas de religion d’État.

« L’Etat français ne favorise aucune religion et garantit leur coexistence pacifique au regard des lois et principes de la république », indique-t-il sur le site Internet du gouvernement.

Les partisans affirment que la laïcité de l’État français est basée sur le respect de la liberté de pensée et de religion. L’absence de religion d’État et la séparation subséquente de l’État et de l’Église sont des conditions préalables à une telle liberté de pensée.

Lorsque l’idée de la séparation de l’Église et de l’État a pris de l’importance pour la première fois au XIXe siècle et a ensuite été inscrite dans la loi en 1905, l’idée était de parvenir à une coexistence pacifique de toutes les religions sous un État neutre devant la loi du catholicisme romain la religion avait été de la France, plutôt que d’un gouvernement qui répond à un clergé puissant.

Plus récemment, la France a déclaré qu’elle appliquait ce principe séculier dans une loi de mars 2004 interdisant le port de tout vêtement ou autre vêtement manifestant de manière ostentatoire une dévotion religieuse dans les écoles indépendamment de la religion.

Cependant, les critiques ont déclaré que la loi cible de manière disproportionnée les musulmans par rapport aux chrétiens, en particulier le port du hijab (couvre-chef) et de la burqas (couvre-visage), en référence à « l’interdiction du foulard » dans certains médias étrangers.

La laïcité fonctionne-t-elle aujourd’hui en France?

Certains observateurs ont déclaré que la France était en crise d’identité et que la laïcité était utilisée comme une arme clé.

Cette laïcité est utilisée contre les musulmans notamment par certains commentateurs politiques et politiciens pour leur faire enlever les signes visibles de leur religion.

Cela n’est pas conforme au principe de laïcité tel qu’il est écrit dans la constitution du pays – la définition juridique appelle à la neutralité religieuse de l’État, pas de l’individu, tant qu’elle ne perturbe pas l’ordre public.

L’interprétation de la laïcité selon laquelle tous les citoyens de la république devraient être égaux est difficile à réaliser dans la France moderne – la différenciation entre les communautés et les personnes est clairement présente dans la société.

Avec une majorité historiquement catholique, la France compte désormais la plus grande population musulmane d’Europe occidentale, avec plus de 5 millions de musulmans estimés dans un pays de 67 millions.

Macron lui-même a admis que la France avait laissé tomber ses communautés d’immigrants et créé «notre propre séparatisme» avec des ghettos de «misère et de misère» dans lesquels les gens étaient regroupés en fonction de leurs origines et de leur milieu social.

« Nous avons donc créé des quartiers où la promesse de la république n’était plus tenue, et donc des quartiers où l’appel de ces messages, où ces formes les plus radicales étaient l’espoir », a-t-il dit.

Le président a annoncé des mesures visant à « libérer l’islam en France de l’influence étrangère ». Cela implique que les associations doivent signer un traité sur les «valeurs de la république» afin de recevoir des subventions.

En ce qui concerne la laïcité telle qu’elle est énoncée dans la loi française, la position ferme de Macron sur la récente liberté d’expression est un totem de la façon dont l’État français refuse de diriger les revendications religieuses.

Et plus ferme qu’aux États-Unis, par exemple, où les groupes religieux ont plus d’influence sur la politique américaine.

La France a également des liens étroits avec la laïcité, largement soutenue par la gauche et la droite.

Cependant, les critiques disent que les valeurs de la république, en particulier le concept souvent mal compris de laïcité, sont utilisées de manière à susciter le ressentiment parmi les musulmans français et à les aliéner.

Tous les jours de la semaine à 19h00 CET, Découvrir l’Europe vous apporte une histoire européenne qui dépasse les gros titres. Téléchargez l’application Euronews pour recevoir une notification de cette actualité et d’autres actualités. Il est disponible sur Pomme et Android Équipement.



Source link

Recent Posts