Sélectionner une page


IMAGE

IMAGE: Listeria monocytogenes (en rouge) infectant les cellules tissulaires.
vue Suite

Crédit photo: © Institut Pasteur

La listériose est une maladie causée par la consommation d’aliments contaminés par la listériose Listeria monocytogenes Bactérie. C’est une maladie rare mais un danger particulier pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les personnes âgées et les nouveau-nés. Elle affecte également les animaux d’élevage. Le potentiel pathogène de L. monocytogenesest liée à sa capacité à envahir diverses cellules du corps, telles que les cellules épithéliales de l’intestin, du foie, du cerveau et du placenta. Lorsqu’il atteint le cytoplasme de ces cellules, L. monocytogenes se multiplie et utilise un réseau de filaments cellulaires – le soi-disant cytosquelette – pour se déplacer et se propager aux cellules voisines. Cette phase permetL. monocytogenesse propager dans les tissus du corps.

Pour étudier le comportement de L. monocytogenes Lors d’une infection asymptomatique, des scientifiques de l’INRA (1) ont travaillé avec leurs collègues de l’Institut Pasteur (2) pour créer un modèle expérimental in vitro original à partir de cultures de cellules épithéliales humaines. C’est grâce à ce modèle qu’ils ont découvert que L. monocytogenesest capable de modifier son mode de vie s’il infecte les cellules du foie et du placenta pendant plusieurs jours. Les bactéries cessent progressivement de produire la protéine (ActA) qui leur permet de se propager à l’aide du cytosquelette des cellules infectées. Ils sont ensuite piégés dans les vacuoles. Dans cette niche intracellulaire, ils sont plus tolérants aux antibiotiques et conservent la capacité de se réactiver sous une forme disséminée.

Les scientifiques ont également montré que ces bactéries peuvent également parasiter les cellules hôtes lors de la division cellulaire sans pouvoir être détectées sur les milieux de culture couramment utilisés pour les tests de diagnostic. Bien que viables, les bactéries sont donc dans un état physiologique qui ne peut être cultivé.

Ces résultats in vitro ont démontré la capacité de L. monocytogenes pour générer des formes intracellulaires dormantes qui peuvent être logées sans méfiance par des humains ou des animaux. Le transport asymptomatique de cette bactérie pathogène peut expliquer pourquoi la période d’incubation de la listériose est parfois longue (jusqu’à trois mois). Il offre également une explication possible aux problèmes d’identification de la source de contamination dans la listériose sporadique lorsque la maladie survient longtemps après l’ingestion d’aliments contaminés. Il est possible que les formes dormantes de L. monocytogenes peut ainsi réactiver. Ce mécanisme pourrait également conduire à une délivrance saine de ce pathogène chez les animaux, qui agissent comme un réservoir pour la bactérie.

Au vu de ces résultats, leurs différentes conséquences nécessitent un réexamen des connaissances sur la vie intracellulaire de ce pathogène. Ils offrent donc de nombreuses opportunités de recherche pouvant conduire à de nouvelles stratégies thérapeutiques et diagnostiques et à des améliorations dans la gestion des risques associés à un contaminant alimentaire microbien sur le long terme.

###

(1) Institut de microbiologie alimentaire pour la WordPress Divi (Inra, AgroParisTech, Université Paris-Saclay)

(2) Service des interactions bactéries-cellules (Inra, Institut Pasteur, Inserm)

Avertissement: AAAS et EurekAlert! ne sont pas responsables de l’exactitude des communiqués de presse publiés sur EurekAlert! par les institutions contributrices ou pour l’utilisation d’informations via le système EurekAlert.



Source link

Recent Posts