Vendredi soir, l’AS Monaco a réalisé l’exploit sur le parquet des Unics Kazan de devenir champion d’Europe après son succès en finale de l’Eurocup (86-83). L’ASM est le cinquième club français à remporter une Coupe d’Europe et le deuxième après Limoges en 1988 à remporter la C2. Une performance retentissante qui a été soulignée peu après la victoire du fort ailier Mathias Lessort: «De la N2 au toit de l’Europe! «Des performances incroyables pour ce club, qui sera inclus dans l’Euroligue semi-fermée la saison prochaine, qui correspond à la Ligue des champions de football. Et dire que le club monégasque n’a joué qu’en troisième division française, la N1, avec Chartres en 2014 …

« En N1 et ProB, nous avons tous survolé nos adversaires » (Jason Jones)

Jason Jones, qui a traversé Chartres entre 2017 et 2019, a joué à Monaco pendant quatre ans, passant de N2 à ProB.
Après quinze ans dans l’élite (1976-1991), l’ASM était revenu en National 2. Au cours de la saison 2012-2013, Chartres croiserait le Club du Rocher, fraîchement promu N1. « Oui, je m’en souviens bien », a annoncé Milan Vasic au crépuscule de sa carrière avant de devenir manager du club de Chartres quelques mois plus tard. «Rien n’avait été facile pour Monaco lors de cette première année en N1. Nous avons même remporté le match retour à domicile. «  »

Un match retour époustouflant à Cochet

En novembre 2012, l’UB Chartres (devenu CCBM), formé par Raphaël Gaume, a mis en colère l’ASM de Jean-Michel Sénégal, double finaliste de C2 avec Tours (1976) et Limoges (1988). Au match aller, dans la salle enterrée de Gaston-Médecin sous le stade de football Louis II, et dans une ambiance très cosy, très Covidienne pour reprendre un slogan, Chartres était sur le point de gagner d’un seul souffle à s’incliner. La Bibliothèque universitaire a pris sa revanche trois mois plus tard. Dans une salle Jean Cochet bouillonnante, le gang de Milan Vasic s’est imposé face à Roca Team (66 à 64) lors d’une fin de match époustouflante.

L’entraîneur de l’AS Monaco Jean-Michel Sénégal avec l’entraîneur de Chartres Raphaël Gaume lors de leur confrontation en 2012-213.

Cette saison-là, l’ASM a joué avec Jason Jones (35 ans), qui a signé pour Chartres cinq ans plus tard. Aujourd’hui, l’intérieur d’Angers (N1) était relié à Monaco à l’étage N2. «Avec l’ASM, je savais tout, trois inscriptions en quatre ans, de N2 à ProA», confie l’un des pionniers du renouveau de club.

«Quand je suis arrivé en N2, l’entraîneur Jason-Michel Sénégal m’a présenté le projet: le ProB en trois ans. A l’exception de la première saison en N1, dans laquelle nous avons perdu en quarts de finale des play-offs, nous avons survolé tous nos adversaires les années suivantes. Dans la deuxième saison de N1, nous avons été invaincus pendant 24 jours. En ProB, nous avons poursuivi la même dynamique avec une équipe toujours plus grande et surdimensionnée. «  »

Olivier Romain est resté trois mois
sur la montagne

L’ancien président du CCBM n’est resté au Club de la Principauté en ProB que trois mois au cours de la saison 2014-2015.
Olivier Romain (33 ans), qui vient de passer cinq ans à Chartres, faisait également partie du Club de la Principauté. Mais contrairement à Jason Jones, le leader a un souvenir très mitigé de son séjour au Club princier. «Monaco, c’était un passage éclair. Le club venait d’être promu ProB (2014-2015). Je suis arrivé en août et je suis parti trois mois plus tard. L’investisseur me voulait vraiment. En gros, il m’a forcé à entrer dans l’entraîneur. Mais avec (Savo) Vucevic cela n’a jamais fonctionné. Le formateur m’a fait savoir immédiatement. Je n’étais pas dans son emploi du temps. « 

«Quand j’y jouais, il y avait déjà beaucoup d’argent et d’ambition à Monaco pour retrouver l’élite le plus rapidement possible. Si on a dominé la deuxième année de N1, puis la ProB l’année suivante, et même si cela semblait facile de l’extérieur, il y avait beaucoup de pression de la part des leaders. C’était déjà un club d’affaires. « 

Jason Jones (Joueur monégasque de 2011 à 2015)

L’investisseur dont parle Olivier Romain est l’oligarque ukrainien Sergey Diadechko, qui préside toujours l’ASM. Savo Vucevic a été remplacé dans l’année ProB par Zvezdan Mitrovic (1), qui élèvera le club à l’élite en 2015 … avant de gagner l’Europe six ans plus tard.

Diadechko-Mitrovic, un duo au pied de l’ascension du club de rock. Un succès qui ne surprend pas Jason Jones. «Quand j’y jouais, il y avait déjà beaucoup d’argent et d’ambition à Monaco pour retrouver l’élite le plus rapidement possible. Si on a dominé la deuxième année de N1, puis la ProB l’année suivante, et même si cela semblait facile de l’extérieur, il y avait beaucoup de pression de la part des leaders. C’était déjà un club d’affaires. Hormis l’incroyable expérience sportive de ces quatre saisons à Monaco, je garde de très bons souvenirs car j’y ai rencontré ma femme », a ajouté le Français.

« C’est l’école yougoslave … je ne peux que respecter » (Milan Vasic)

Milan Vasic contre Jason Jones (saison 2012-2013).
Non seulement Olivier Romain a très peu joué, mais il a également découvert des stands abandonnés. «Le club venait de rentrer en ProB et jouer dans une salle presque vide a été un énorme choc pour moi, qui venait de la passion de Saint-Quentin. «Malgré tout, le coureur de tête n’est plus surpris par la montée explicite du club rouge et blanc. «Tous ceux qui investissent dans le sport ne réussissent pas. Mais à Monaco, il y avait une envie de tout chambouler… »Même histoire avec Milan Vasic. «Derrière Villeurbanne, qui domine le championnat de France ASM, c’est une équipe de premier plan depuis trois ans. Cependant, il y a sept ans, il était difficile d’imaginer voir ce champion d’Europe et rejoindre l’Euroligue. Cependant, au moment où ce club a fait face, il y avait déjà des ressources considérables en place. Et puis Monaco, c’est l’école de l’Est, la Yougoslavie même, avec Vucevic, Mitrovic … Je ne peux qu’aimer et respecter. «  »

(1) Zvezdan Mitrovic est revenu à Monaco en 2020 après avoir entraîné Asvel de 2018 à 2020.

Jean-André Provost



Source link

Recent Posts