Sélectionner une page


Sous le dôme blanc du dôme Niemeyer, place du Colonel-Fabien à Paris, le siège du PCF a pris des allures 2.0 ce week-end. Projetés sur un écran géant, plusieurs milliers de délégués communistes s’y sont rassemblés via un système vidéo qui reliait plusieurs réunions décentralisées et imposait des restrictions sanitaires pour discuter de leur stratégie pour l’élection présidentielle de 2022.

66,41% pour un usage indépendant

Et c’est une nomination présidentielle indépendante du PCF qui l’a emporté. Une large majorité 66,41%, a déclaré samedi, à l’issue des travaux de cette Conférence nationale, dans ce sens. Les délégués ont comparé cette candidature à une « Pacte d’engagement conjoint »ce qui inclurait « une action immédiate, des propositions structurelles et un soutien aux luttes pour former une majorité de gauche à l’Assemblée nationale ».

Citation de symboleLe but ultime: empêcher le duel entre Macron et Le Pen, dont personne ne veut, mais surtout empêcher les finances de notre pays de conserver le pouvoir. Fabien Roussel

« Nous sommes tous d’accord sur l’objectif ultime: empêcher le duel Macron-Le Pen ce que personne ne veut, mais surtout doit empêcher cela Finances pour garder le pouvoir dans notre pays. Nous voulons offrir aux Français un pacte pour déjouer le piège, le duel qu’ils veulent nous imposer. Car encore cinq années de ressources financières au pouvoir seraient dévastatrices et nous savons que l’extrême droite va croître sur ce sol », a résumé le secrétaire national du PCF. Fabien Roussel à la fin de la discussion ce samedi.

Au cours de la journée, les discussions ont porté sur la stratégie à mettre en œuvre pour y parvenir. Le texte adopté en fin d’après-midi prône donc une candidature communiste afin de «changer la situation, mettre en œuvre des solutions transformatrices à gauche, renforcer l’influence communiste et ainsi initier une dynamique au service de toute la gauche». une nouvelle majorité politique, riche en diversité ».

Citation de symboleC’est une action proactive pour reconquérir le monde du travail, la classe ouvrière et la jeunesse qui doit être mise à l’ordre du jour pour amener ceux qui se sont détournés de voter à nouveau. Christian Picquet

Pour la direction du PCF, « c’est une démarche proactive pour reconquérir le monde du travail, la classe ouvrière et la jeunesse qui doivent être mises à l’ordre du jour pour que ceux qui ne votent pas soient détournés. C’est le cas ». Il s’agit de reconstruire la confiance pour une transformation véritablement progressive de la France », a affirmé Christian Picquet Responsable de la commission qui a produit le document d’orientation.

« Existe dans le débat »

« Pour peser les choses, il faut exister dans un débat présidentiel qui attire toute l’attention », ont souligné plusieurs orateurs en faveur d’une candidature communiste contre une gauche dont « la faiblesse tient davantage à ses divisions, à son renoncement », comme le mandat gauche de cinq ans Hollande.

La France rebelle ce que par la voix de Jean-Luc Mélenchonavant la conférence des communistes, leur a offert une « alliance privilégiée » pour former un pôle de rupture populaire »n’a reçu aucun autre soutien. Pas plus que «reproduire une politique qui soutient le libéralisme» ou «écologiser le capitalisme», «la tentation du populisme de gauche ne permettra pas à la gauche de se reconstruire», a jugé Christian Picquet, et plusieurs autres orateurs ont fait valoir que des différences fondamentales entre eux et celle des rebelles, notamment sur le financement du programme Sécurité socialeou action contre chômage.

Alternative et « clause de révision » rejetées

Compte tenu du danger d’éliminer la gauche du premier tour de l’élection présidentielle et d’une Victoire de l’extrême droiteCependant, certains militants ont préconisé une voie différente. « Nous devons lutter pour la victoire et donc lutter pour le rallye. S’il n’y a aucune perspective de gagner les intérêts immédiats des classes populaires, alors c’est le désespoir », a déclaré en particulier. Hugo Blossier, Chef du PCF de Vienne.

«Malgré la qualité de la campagne et du programme, les efforts sont intenses lors des dernières élections européennes seulement conduit à un mauvais résultat », a également observé Jacques Maréchal, Secrétaire du département de la Moselle, estime que « le pouvoir de division de ses opposants est fort ». Mais «l’option alternative» qui a été mise au vote, propose de «interpeller et rencontrer les forces de gauche et les acteurs du mouvement social pour développer une stratégie commune dans la clarté d’un projet de rupture», autour de «dix mesures principales»., recevoir 29,44% Votes (4,14% des participants se sont abstenus). De même, un amendement en faveur d’une «clause de révision» pour «adapter et définir les positions des communistes pour les deux élections» a été rejeté à 65,68% en ligne avec le développement des débats à gauche.

Vers un « pacte d’espoir »

Au terme des débats locaux de ces dernières semaines, le texte d’orientation adopté par le Conseil national du PCF à la mi-mars cependant a été légèrement modifié. Le processus de rassemblement pour Élections parlementaires est ainsi précisé. « Dans l’année à venir, le Parti communiste français prendra des initiatives dans ce sens », a-t-il déclaré. Nous voulons avancer sur un terrain d’entente composé de nouvelles idées basées sur les luttes du monde du travail et de la culture, des jeunes, des mouvements sociaux, des féministes, des écologistes, des antiracistes et des démocrates.  »

Afin de former un «pacte d’espoir», un appel est lancé en direction des «citoyens, militants syndicaux, acteurs des mouvements populaires, élus locaux, départementaux, régionaux et parlementaires». En revanche, l’amendement défendu par le président du Conseil national du PCF, Pierre LaurentAfin de créer des « coopératives d’idées » et « un comité éditorial national ouvert et transparent dans » chaque circonscription pour animer et garantir le résultat de cette paperasse réalisée par plusieurs milliers de mains « , il s’est également vu refuser 59,18%. « Cela ressemble à une superstructure, mais la rencontre ne doit pas être une initiative au sommet, mais avant tout celle des catégories populaires et du monde du travail », surtout contre Igor Zamichiei, Chef de la Fédération de Paris et membre de l’administration nationale.

Il n’en demeure pas moins que cette approche consiste à «bousiller tous les scénarios» et «viser les forces de gauche, mais aussi les cols blancs, les syndicats, les élus locaux, tous les Français». non pas pour parler d’une seule candidature, mais pour se fixer un objectif: reprendre le pouvoir au secteur financier », a plaidé Fabien Roussel, qui avec un projet qui cherche à rompre avec le capitalisme,« reconquiert les esprits et les cœurs des teetotalers »veulent.

Fabien Roussel, candidat probable

Le débat doit se poursuivre dimanche, ce sera aux participants de choisir le leur candidat. Le député du nord devrait remporter une très large majorité, mais deux militants, un parisien, Emmanuel Dang Tranet l’autre du Val-de-Marne, Gregory Muncka également annoncé son intention de présenter sa candidature.

Les délégués communistes doivent également finaliser le bulletin de vote sur lequel tous les membres du PCF doivent voter lors d’un vote programmé 7 au 9 mai. Les discussions se poursuivront au niveau local jusqu’à ce scrutin, qui aura le dernier mot.

En attendant, à la fin du week-end de travail, à 12 heures ce dimanche, le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, devra s’exprimer lors d’une réunion en direct sur les réseaux sociaux.



Source link

Recent Posts