Sélectionner une page


Un sondage montre que plus de quatre décennies après l’adoption de la loi 101, la plupart des Québécois sont préoccupés par l’avenir de la langue.

Contenu de l’article

Pauline Marois, ancienne première ministre du Parti québécois au Québec, et ancienne chef de cabinet du regretté premier ministre libéral Robert Bourassa ont uni leurs forces lundi pour donner un visage apolitique à une campagne de financement faisant la promotion de l’usage du français au Québec et Canada.

Un sondage a été publié montrant que la plupart des Québécois sont préoccupés par l’avenir de la langue française plus de quatre décennies après l’adoption de la loi 101.

Marois, Premier ministre de 2012 à 2014, et John Parisella ont participé au lancement d’une campagne de financement pour la Fondation pour la langue française appelé «je parle français par coeur», avec lequel 5 millions de dollars américains seront amassés sur deux ans pour promouvoir la langue française au Québec au lieu de la défendre.

La campagne, qui a déjà levé 2 millions de dollars, tente de le faire Promouvoir l’usage du français auprès des jeunes, des immigrants et de ceux qui considèrent le français québécois comme acquis.

Contenu de l’article

Dans un communiqué publié lundi, la Fondation a indiqué que le financement ciblerait des programmes visant à promouvoir «l’intégration à la culture québécoise» ainsi que «des campagnes de promotion du français comme langue commune, notamment dans les lieux publics».

Le lancement de la campagne lundi a coïncidé avec la publication d’un par TVA Nouvelles, une société de médias Québecor qui s’associe à la campagne Selon un sondage de Léger Marketing, six Québécois sur dix s’inquiètent de l’avenir du français au Québec, un nombre qui grimpe à 70% chez les répondants francophones.

Une grande partie de cette préoccupation a été ressentie par les francophones de 55 ans et plus.

Le sondeur Jean-Marc Léger a déclaré à TVA: «Les baby-boomers sont très préoccupés par la langue française et (selon eux) les choses vont mal. … Les jeunes ont cette inquiétude, mais pas au même niveau. … La séparation est importante. « 

S’exprimant lors d’une collecte de fonds lundi soir, le premier ministre François Legault a déclaré qu’il considérait la fondation comme un complément au gouvernement. « Je pense que nous avons besoin de la fondation pour mobiliser la population, mais cela n’empêche pas le gouvernement d’agir aussi », a-t-il déclaré.

Le président d’honneur Dany Laferrière a déclaré que l’optimisme était plus efficace que la peur.

«Je pense qu’une langue doit être soutenue avec optimisme et enthousiasme pour ne pas désespérer les jeunes. Vous devez avoir l’impression que la langue est aimée. « 



Source link

Recent Posts