Sélectionner une page


L’ancien président de Bayonne, Alain Afflelou, a rapporté le limogeage en octobre 2013 de Mike Phillips, le demi de mêlée gallois de longue date qui a quitté Ospreys et est entré dans le top 14 français après que son pays se soit qualifié pour les demi-finales de la Coupe du monde 2011. Phillips a été licencié après s’être présenté à une réunion d’analyse d’équipe en état d’ébriété après que Bayonne ait perdu la Challenge Cup face aux Wasps.

Six ans et demi se sont écoulés depuis cette brusque scission et Afflelou, qui a lui-même quitté Bayonne à la suite d’un projet de fusion avec Biarritz, a rappelé le départ de Phillips, qui a disputé 40 matchs du top 14 pour le club.

« Nous avons recruté des joueurs qui ne voulaient pas se battre » Afflelou a déclaré dans une interview avec Midi Olympique, le journal bimensuel français de rugby. «Nous avions amené la moitié galloise de Scrum avec nous … et j’ai dit que nous ne pouvions pas jouer avec ‘pochard’ (boire).

Espaceur vidéo
Espaceur vidéo

RugbyPass jette un coup d’œil dans les coulisses avec The Barbarians

«Le gars était ivre tout le temps. Après une défaite lancinante à Bayonne, il est même venu à la séance vidéo le lendemain ivre. Pas juste un peu, hein? Sérieusement ivre. Là, j’ai dit stop et je l’ai viré. « 

Phillips, le a remporté la dernière de ses 94 sélections complètes au Pays de Galles en un match en août 2015 contre l’Irlande, a été rapidement repris par le Racing, un geste dont Afflelou n’était pas content.

«Le Racing l’a recruté, ce qui manquait un peu de classe. Mais cela ne s’est pas enflammé là non plus… ils dépensaient de l’argent fou sur le marché des transferts à l’époque », a-t-il déclaré, renforçant son cas en faisant référence au cas de Benjamin.

«En 2010, nous avions ce jeune ailier qui avait des qualités. La course l’a fait. Francis Salagoity est venu vers moi et m’a dit: «Que faisons-nous? L’augmentons-nous? «J’ai dit:« Ce gars joue six matchs par an. S’il n’est pas blessé, il fait partie de l’équipe de France. On va prendre les 400 000 euros du Racing et le laisser partir. Pour lui, la mauvaise séquence s’est poursuivie dans les Hauts-de-Seine puis à Montpellier. « 

conseillé

Plus de nouvelles Plus de nouvelles

Liste de diffusion

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour un tour d’horizon hebdomadaire du vaste monde du rugby.

Adhérer maintenant





Source link

Recent Posts