29 septembree, 2020

LVMH a déposé hier sa demande reconventionnelle contre Tiffany devant la Delaware Chancery Court. LVMH continue d’avoir toute confiance dans sa position selon laquelle les conditions nécessaires pour achever l’acquisition de Tiffany ne sont pas réunies et que les faux arguments de Tiffany sont totalement infondés. Le dossier de LVMH détaille la position de l’entreprise sur ces questions et expose entre autres:

  • Un effet indésirable majeur s’est produit. L’absence notable de carveout pandémique dans la définition d’un effet défavorable important dans l’accord de fusion Tiffany est claire. Avant formation Divi, il était courant que les transactions incluent une spin-off pandémique. Au cours des négociations, Tiffany a sollicité et obtenu des exclusions pour des incidents très spécifiques tels que les «cyberattaques», le mouvement des «gilets jaunes» et les «manifestations de Hong Kong». Cependant, Tiffany n’a reçu aucune exception pour une crise de formation Divi publique ou une pandémie. En revanche, des centaines d’autres accords de fusion signés au cours de la décennie précédant l’accord de fusion comprenaient l’externalisation explicite de pandémies ou d’épidémies. La pandémie, dont l’impact sur Tiffany est dévastateur et persistant, a indéniablement causé un effet défavorable important. Cette clause à elle seule suffirait à empêcher la clôture, mais d’autres arguments renforcent la position de LVMH.
  • Tiffany a violé ses accords pour opérer dans le cours normal des affaires et pour garder ses organisations commerciales essentiellement intactes. La mauvaise gestion de son entreprise par Tiffany est une violation évidente de son obligation de fonctionner normalement. Par exemple, Tiffany a versé les dividendes les plus élevés possibles tandis que la société a brûlé des liquidités et déclaré des pertes. Aucune autre entreprise de luxe au monde n’a fait cela pendant cette crise. Il existe de nombreux exemples de mauvaise gestion énumérés dans le dossier, notamment la réduction des investissements en capital et en marketing et la contraction de la dette.
  • Une lettre du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères en France, LVMH, rend impossible la finalisation de la transaction avec Tiffany avant la date externe.
  • Enfin, LVMH confirme avoir pleinement rempli ses obligations au titre de l’accord de fusion, y compris le respect de son obligation de déployer tous les efforts raisonnables pour obtenir toutes les approbations réglementaires de la manière la plus transparente et rapide possible. Huit des dix approbations antitrust requises ont déjà été accordées et LVMH s’attend à ce que l’approbation de la Commission européenne soit accordée en octobre et à Taïwan bien avant la date externe.

LVMH

LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton est représenté en Vins et Spiritueux par un portefeuille de marques comprenant Moët & Chandon, Dom Pérignon, Veuve Clicquot Ponsardin, Krug, Ruinart, Mercier, Château d’Yquem, Domaine du Clos des Lambrays et Château Cheval Blanc. Caves Colgin, Hennessy, Glenmorangie, Ardbeg, Belvedere, Woodinville, Volcán de Mi Tierra, Chandon, Cloudy Bay, Terrazas de los Andes, Cheval des Andes, Kap Mentelle, Newton, Bodega Numanthia, Ao Yun, Château d’Esclans et Château du Galoupet. La division mode et maroquinerie comprend Louis Vuitton, Christian Dior Couture, Céline, Löwe, Kenzo, Givenchy, Fendi, Emilio Pucci, Marc Jacobs, Berluti, Nicholas Kirkwood, Loro Piana, RIMOWA, Patou et Fenty. LVMH est représenté dans le secteur de la parfumerie et de la cosmétique avec Parfums Christian Dior, Guerlain, Parfums Givenchy, Kenzo Parfums, Parfums Loewe, Benefit Cosmetics, Make-up Forever, Acqua di Parma, Frisch, Fenty Beauty by Rihanna et Maison Francis Kurkdjian. La division horlogère et joaillerie de LVMH comprend Bvlgari, TAG Heuer, Chaumet, Dior Watches, Zenith, Fred et Hublot. LVMH est également actif dans la distribution sélective ainsi que dans d’autres activités à travers les hôtels DFS, Sephora, Le Bon Marché, La Samaritaine, Groupe Les Echos, Cova, Le Jardin d’Acclimatation, Royal Van Lent, Belmond et Cheval Blanc.

CONTACTS LVMH

Analystes et investisseurs
Chris Hollis
LVMH
+ 33 1 44 13 21 22

médias

Jean-Charles Trehan

LVMH

+ 33 1 44 13 26 20

Nik Deogun / Jonathan Doorley

Groupe Brunswick

+1212 333 3810

Aurélia de Lapeyrouse

Groupe Brunswick

+33 1 53 96 83 83

Olivier Labesse
Conseils DGM

+33 1 40 70 11 89



Source link

Recent Posts