Il y a exactement un an, Annabelle Hasselbeck était assise à la maison, essayant de se réconcilier avec le fait que sa dernière année très attendue de lycée s’était soudainement arrêtée. Cela signifiait que sa saison de crosse senior était maintenant mise en doute. Le bal l’était aussi. L’obtention du diplôme aussi. Tout semblait dangereux alors que le pays fermait et que des millions de personnes chez elles commençaient à s’isoler.

Il y avait des larmes. Il y a eu des problèmes. «Il y avait toutes les émotions», a déclaré sa mère Sarah L’athlète. Annabelle et sa jeune sœur Mallory ont essayé de rester actives et de s’adonner au sport qu’elles aimaient, mais leurs options étaient limitées. Ils sortaient et lançaient le ballon. Ils essayaient de faire des entraînements de zoom et de rester en contact avec leur équipe. Ils espéraient très tôt que la quarantaine ne durerait que quelques semaines et que la vie pourrait ensuite revenir à la normale. Bal de promo. L’obtention du diplôme. Peut-être une course de championnat. Bien sûr, cela ne s’est pas produit.

«En tant que parents, vous essayez de donner à vos enfants quelque chose pour les ceindre», a déclaré Sarah Hasselbeck. «Je n’avais pas la prévoyance que cela prendrait autant de temps ou que cela affecterait sérieusement votre année universitaire. Nous n’avons pas eu le long terme. Je lui ai juste dit: «D’une manière ou d’une autre, cela sera racheté dans votre vie. Vous récupérerez ce temps. «  »

Douze mois plus tard, Sarah Hasselbeck se bat pour cette période même. Elle appartient à un groupe de parents dont les enfants sont débutants dans les sports de printemps de la division I. Vos enfants appartiennent à une classe d’athlètes universitaires actuels qui n’ont pas reçu une année supplémentaire d’admissibilité de la NCAA. Tous les athlètes du printemps 2020 l’ont fait après que la NCAA ait annulé les championnats d’hiver et de printemps. Tous les athlètes d’automne en 2020 l’ont fait, tout comme les athlètes d’hiver en 2021-2021; Les deux annonces ont été faites avant le début de la compétition pour ces saisons. Ces parents pensent que leurs enfants méritent la même chose pour compenser la perte de leur saison de lycée suivie de la saison de première année décousue qu’ils vivent actuellement sous des protocoles stricts de WordPress Divi et de recherche des contacts.

Lors de trois votes séparés au cours des 12 derniers mois, le Conseil de la Division I de la NCAA a approuvé une dérogation générale qui accorde aux athlètes d’hiver une saison de compétition supplémentaire et une année supplémentaire à terminer au printemps 2020, à l’automne 2020 et à 2020-2021. Les raisons d’une telle décision étaient évidentes pour les athlètes du printemps dont la saison a été annulée, mais moins pour les athlètes d’automne et d’hiver qui joueraient plus tard les saisons complètes et couronneraient les champions. Le président du Conseil, M. Grace Calhoun, a déclaré que la décision du groupe était due au fait que la pandémie continuait d’affecter cette saison d’automne et d’hiver de manière imprévisible. D’autres membres du conseil l’ont déclaré L’athlète simple: Ce n’était pas l’expérience à laquelle ces étudiants-athlètes se sont inscrits, qui a à voir avec des saisons raccourcies, des protocoles de WordPress Divi et de sécurité intenses et un isolement potentiellement débilitant.

Les athlètes du printemps ont commencé leur saison dans le même contexte, mais il n’y a pas eu beaucoup d’élan pour leur donner une année supplémentaire de remise en forme – principalement parce que les classes supérieures en ont eu une il y a un an. Mais la classe des étudiants de première année n’a pas profité de cette décision. Certains parents de première année ont l’impression que ce fait passe entre les mailles du filet, alors ils se sont regroupés. Ces efforts ont commencé parmi les parents de crosse, mais ils disent que leur groupe comprend des parents d’athlètes dans d’autres sports comme le baseball, bien que certains craignent des représailles de la part des entraîneurs pour avoir parlé publiquement. Jennifer Smith, dont la fille Belle est une première année au Boston College aux côtés d’Annabelle Hasselbeck, a coordonné des réunions Zoom pour les parents concernés. Diffuser une pétition en ligne pour sensibiliser (avec plus de 1 500 signatures à compter de lundi soir) et a envoyé un courriel aux membres du conseil de DI avec leurs préoccupations.

Le mois dernier, le conseil a déclaré qu’il avait refusé de prévoir une dérogation générale à ce stade qui aurait prolongé la saison de compétition et la période d’éligibilité des étudiants de première année dans les sports de printemps, et a constaté qu’il n’y avait pas encore eu de changements importants dans les sports de printemps. saison. « Le sujet est à l’ordre du jour de la réunion du conseil de mercredi, une personne ayant une connaissance directe de la situation en a été informé L’athlète.

L’argument contre l’octroi de cette année supplémentaire aux jeunes athlètes est large un de pragmatisme. À un moment donné, la NCAA devra remettre ses écoles membres sur la bonne voie. Les listes et les subventions seront désordonnées pendant au moins quatre ans à ce stade. Une ou plusieurs classes porteront le poids de tant d’élèves du secondaire qui tenteront de revenir et de remplir des listes ou des lieux de départ.

« Vous avez donné ça à un milliard de personnes et vous êtes aux 100 dernières et vous dites » non «  », a déclaré Jennifer Smith. «Vous savez que c’est vraiment nul pour ces débutants. Vous n’avez pas eu de saison universitaire. Vous devez faire face à des listes volumineuses. Vous affrontez de super seniors dans votre équipe, en essayant d’avoir le temps de jouer. … Vous, parmi tous les gens, devriez recommencer parce que ce groupe particulier de débutants a vécu pire que quiconque. La NCAA les regarde et ils disent: « C’est tellement mauvais que nous ne voulons pas que cela arrive à quelqu’un d’autre. » Mais ils l’obtiennent deux fois. Ils ont raté leur saison senior. Ensuite, ils n’avaient pas de boule de chute. Ils n’avaient pas de bal d’hiver. Maintenant, la plupart d’entre eux ne se rendent même pas sur le terrain. « 

Ces parents estiment qu’il est logique de plaider pour une éligibilité supplémentaire, car leurs enfants et les entraîneurs de leurs enfants s’efforcent de traverser leur saison printanière. Ils disent qu’on leur pose fréquemment des questions, mais en privé, sur l’effort. Sarah Hasselbeck, une gardienne de but de hockey sur gazon All-America au Boston College qui est mariée à l’ancien quart-arrière de la Colombie-Britannique et de la NFL Matt Hasselbeck, a répété à plusieurs reprises qu’il ne s’agissait pas des chances de sa fille d’entrer sur le terrain – Annabelle a joué les cinq matchs du matchs précédents du Boston College avec deux buts et une passe. «Il s’agit de saisir le risque», dit-elle, et de s’assurer que c’est une chance de quatre ans. C’est particulièrement important dans les sports comme la crosse, qui ont une jeune ligue professionnelle, croit Hasselbeck. Il est probable que l’université marquera la fin de la carrière de la plupart des joueurs.

Smith comprend que les joueurs peuvent ne pas vouloir revenir même pendant une cinquième année. Les écoles peuvent ne pas être en mesure de leur offrir des bourses. Les formateurs ne voudront peut-être pas non plus les récupérer à ce stade.

« Nous ne demandons pas une cinquième année garantie », a déclaré Smith. «Nous demandons seulement l’opportunité de jouer pour une cinquième année. Nous demandons simplement la même exemption unique qu’ils ont accordée à tous les autres athlètes de la Division I. « 

Hasselbeck a déclaré: «Pourquoi ne pas lutter pour cela? Et voir où tombent les copeaux? « 

(Photo par Greg Fiume / NCAA Photos via Getty Images)

Accédez à des histoires exclusives.

Abonnez-vous à The Athletic pour rendre compte en détail de vos joueurs, équipes, ligues et clubs préférés sans publicité. Essayez une semaine avec nous.

ESSAYEZ-LE GRATUITEMENT





Source link

Recent Posts