Les membres du service apprennent le Parlez Français à Garoua, Cameroun
1/2 Afficher l’étiquette + Masquer la légende – Le 18 décembre, le sergent Nathan Pelletti du 40e bataillon expéditionnaire des transmissions, 11e brigade des transmissions tactiques de théâtre, donne un cours de français au site d’urgence de Garoua, au Cameroun, dans le cadre de la Force opérationnelle Darby. Les soldats de la TF Darby soutiennent … (Crédit d’image: US Army) MONTRER ORIGINAL
Les membres du service apprennent le Parlez Français à Garoua, au Cameroun
2/2 Afficher l’étiquette + Masquer la légende – SPC. Oumar Coulibaly du 1er Bataillon, 87e Régiment d’infanterie, 1re Brigade Combat Team, 10e Division de montagne (à gauche) et le sergent Nathan Pelletti du 40e Bataillon expéditionnaire des transmissions, 11e Brigade des transmissions tactiques de théâtre, enseigne le français … (Crédit d’image: US Army) MONTRER ORIGINAL

GAROUA, Cameroun – Deux soldats et un aviateur ont commencé un cours de français ici pour faciliter la communication des soldats et des habitants.

Les membres du service servent de supporteurs à la lutte de l’armée camerounaise contre l’organisation extrémiste violente Boko Haram.

Les cours en cours ont été initialement commencés par l’aviateur principal Melissa Sharpe, un aviateur qui sert ici au bureau des finances.

« J’ai commencé le cours de français à cause des locaux », a déclaré Sharpe.

«Nous interagissons avec eux tous les jours et ils essaient toujours de nous parler dans leur langue», a-t-elle déclaré. « Puisque nous sommes des invités dans leur pays, je voulais leur parler ou leur faire savoir que nous essayons également de mieux les connaître. »

Sharpe a ensuite recruté le sergent Nathan Pelletti du 40e Bataillon expéditionnaire des transmissions, de la 11e Brigade des transmissions tactiques du théâtre et de la CPS. Oumar Coulibaly du 1er Bataillon, 87e Régiment d’infanterie, 1re Brigade Combat Team, 10e Division de montagne, tous deux parlant couramment le français.

« Je suis né à Paris et j’y ai grandi pendant dix ans », a déclaré Pelletti.

« Quand je viens juste d’aller à l’école, j’ai appris le français comme langue maternelle. Plus tard, quand je suis parti aux États-Unis, j’ai appris l’anglais », a déclaré Pelletti.

Coulibaly, quant à lui, a appris le français de sa mère.

« Quand j’étais jeune, ma mère du Mali m’a parlé en français », a déclaré Coulibaly.

Coulibaly et Pelletti ont choisi d’enseigner aux élèves des phrases françaises qui leur permettraient de faciliter les échanges au quotidien.

«Nous essayons de nous concentrer sur l’aspect pratique parce que cela n’a pas vraiment de sens d’enseigner à quelqu’un toute la langue du français en quelques semaines», a déclaré Pelletti.

« Nous leur apprenons donc des idiomes courants, des interactions commerciales et des questions », a déclaré Pelletti, « quelque chose qui peut être utilisé quand ils sortent au lieu de leur apprendre toute la langue. »

Sharpe, qui est également élève dans la classe, trouve désormais plus facile de communiquer avec les habitants.

« Tout est simple, mais c’est beaucoup plus facile pour moi de leur parler. Ils apprécient vraiment quand nous faisons ça », a déclaré Sharpe.



Source link

Recent Posts