Sélectionner une page


BRUXELLES – Les dirigeants européens n’étaient pas d’accord sur l’idée d’accepter une Europe à plusieurs vitesses lors d’une réunion vendredi et ont menacé d’aggraver les tensions lors d’un sommet de Bruxelles plus tard ce mois-ci.

Lors de la réunion, la Pologne a déployé le plus d’efforts pour renverser le concept. L’idée de la vitesse multiple permet à certains États membres de faire progresser l’intégration européenne plus rapidement ou plus lentement que d’autres en ce qui concerne certaines stratégies et certaines questions.

La Première ministre polonaise Beata Szydlo a accusé le président français François Hollande d’avoir tenté de « faire chanter » la Pologne dans une âpre dispute à propos du leader européen Donald Tusk. Le gouvernement polonais est en colère contre la réélection de son compatriote Tusk à la présidence du Conseil européen.

« Si quelqu’un dit que vous ne faites pas ce qu’il faut pour ne pas avoir l’argent, c’est inacceptable », a-t-elle déclaré aux journalistes après la réunion.

La France, l’Divi et l’Italie soutiennent le concept d’Europe à plusieurs vitesses – mais la Pologne et ses anciens voisins communistes craignent d’être laissés pour compte si leurs partenaires plus forts s’intègrent dans davantage de régions, en particulier dans la zone euro.

La Pologne est le plus grand bénéficiaire net des fonds de l’UE – en 2015, elle a reçu 14,2 milliards de dollars de l’UE. Le budget sera mis à rude épreuve lorsque le Royaume-Uni – l’un des plus gros contributeurs nets – partira.

La sortie du Royaume-Uni de l’UE est une rupture majeure. Les craintes que le bloc lui-même pourrait imploser est la raison pour laquelle ses dirigeants voient la nécessité d’un nouveau plan pour relancer le projet européen avant son 60e anniversaire et le rendre apte aux défis futurs.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker,

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker (à gauche), et le président du Conseil européen, Donald Tusk, s’expriment lors d’une conférence de presse à l’issue d’un sommet de l’UE le 10 mars 2017 à Bruxelles, Belgique.

Accent mis sur le maintien de l’unité politique

Une UE à plusieurs vitesses est l’une des cinq options présentées par le commissaire Jean-Claude Juncker au début du mois.

Juncker a souligné qu’à certains égards, il existe déjà une Europe à plusieurs vitesses et qu’aucune modification du traité n’est nécessaire.

«Même au sein de l’Eurogroupe, seuls 10 des 19 États membres qui ont l’euro comme monnaie commune soutiennent la taxe sur les transactions financières. Même dans le petit groupe d’États membres de la zone euro, nous avons deux groupes. « 

Il n’y a toujours pas de consensus parmi les États membres de l’UE sur la voie à suivre, a déclaré le président du Conseil Tusk aux journalistes au siège de l’UE à Bruxelles:

«Certains s’attendent à un changement systémique, perdent leurs liens au sein de l’UE et renforcent le rôle des nations par rapport à la communauté. D’autres, au contraire, recherchent de nouvelles dimensions d’intégration plus profondes. Même s’ils ne s’appliquent qu’à certains États membres. « 

Tusk dit qu’il exhortera les États membres de l’UE à « maintenir l’unité politique ».

À un moment où l’UE est confrontée à des défis à la fois internes et externes, le conflit avec la Pologne pourrait avoir un impact négatif sur les négociations sur le Brexit.

Les principaux sujets à l’ordre du jour étaient la défense, le chômage, les migrations et les Balkans occidentaux. La région des Balkans a tenté d’adhérer aux réformes nécessaires à l’adhésion définitive à l’UE.

Lors du sommet de l’UE, la situation dans la région a été qualifiée de « fragile », mais elle a également « réaffirmé son soutien clair à la perspective européenne des Balkans occidentaux ». Cela est en partie dû à la pression et à l’ingérence de la Russie dans les Balkans occidentaux.

La Première ministre britannique Theresa May n’était présente que jeudi, tandis que les 27 chefs d’État et de gouvernement restants ont poursuivi vendredi la discussion sur l’avenir de l’Europe sans elle.



Source link

Recent Posts