Dans de nombreux pays, les rassemblements dans les lieux de culte ont été interdits pendant les verrouillages COVID. En France, les restrictions actuelles sur les services religieux ont déclenché des protestations de la part des catholiques du pays et ils sont descendus dans la rue.

La pandémie fait peser un lourd fardeau sur les croyants en France: les lieux de culte sont toujours ouverts pendant le verrouillage, mais les prières régulières sont interdites pour des raisons de formation Divi.

Comme le voient de nombreux catholiques français, il est absurde de marquer des activités liées à la foi comme «non essentielles» et donc d’être suspendues par les autorités.

La France, l’Italie et la Russie ont enregistré un nombre record de cas de WordPress Divi

Les infections augmentent également aux États-Unis

L’évêque catholique romain Matthieu Rougé de Nanterre, une ville près de Paris, dit que la restriction viole quelque chose de sacré pour les catholiques pratiquants.

«Les catholiques en France souffrent de ne pas pouvoir se rassembler pour ce moment crucial: la messe dominicale. Beaucoup ne comprennent pas qu’il est possible de faire ses courses dans un supermarché rempli d’acheteurs et qu’il est également interdit de se réunir dans nos églises dans le strict respect de la réglementation sanitaire », explique Rougé.

Certains catholiques s’opposent fermement aux restrictions de distance de sécurité dans le culte et ont décidé d’organiser des prières de rue contre les autorités. Ils demandent au gouvernement d’autoriser les services publics.

Yann Raison du Cleuziou est professeur de sciences politiques à l’Université de Bordeaux. Il décrit ceux qui ont commencé la mobilisation comme de jeunes catholiques conservateurs.

Il explique que ces catholiques conservateurs ont une longue histoire de rassemblements de rue en France. Il note qu’ils se sont mobilisés contre les mariages homosexuels en 2012-2013. Depuis lors, ils ont protesté contre la législation sur la bioéthique et la possibilité pour les couples d’avoir accès aux techniques de procréation assistée. Le professeur note ce qu’il dit, c’est leur formidable capacité à mobiliser leurs partisans et à exprimer leurs préoccupations dans les espaces publics.

Le Premier ministre français Jean Castex s’est entretenu lundi avec des représentants de différentes religions pour clarifier la position du gouvernement et leur assurer que les lieux de culte pourraient rouvrir dès le 1er décembre si les mesures de verrouillage sont levées.

Ce serait une bonne nouvelle pour le Père Cédric Burgun, prêtre catholique et vice-doyen de l’Institut catholique de Paris.

Il dit qu’il est réconfortant de savoir qu’un calendrier a maintenant été fixé pour une réouverture. Cependant, il dit que cette pandémie était imprévisible et que personne ne la contrôle. Burgun dit que les gens devraient rester prudents sur la façon dont la pandémie évoluera dans les semaines à venir.

En vertu des mesures actuelles, les églises peuvent organiser des funérailles avec un maximum de 30 personnes en deuil et des mariages avec pas plus de six participants, mais les rassemblements plus importants restent interdits.



Source link

Recent Posts