Le 7 février 2021, la sénatrice Amy Klobuchar, Minnesota, présidente du sous-comité judiciaire du Sénat sur l’antitrust, la concurrence et les droits des consommateurs, a intenté une action en justice. Loi de réforme de la concurrence et du droit antitrust.

Le projet de loi est parrainé conjointement par le sénateur Richard Blumenthal (D-Connecticut), Cory Booker (D-New Jersey), Ed Mareky (D-Massachusetts) et Brian Schatz (D-Hawaii). Cette loi complète est une refonte majeure de la loi antimonopole existante et vise à remédier à l’emprise croissante de certaines entreprises sur nos marchés et notre économie.

Conformément à la récente Family Farm Action Alliance Résultats de l’étudeLa loi nouvellement introduite affirme que des marchés concurrentiels sont nécessaires pour garantir des opportunités économiques à tous. La loi dépend de la compréhension que le pouvoir de monopole entrave les créations d’entreprises, fait baisser les salaires et «accroît les inégalités économiques, ce qui est particulièrement préjudiciable aux communautés historiquement défavorisées». La loi répond à ces conclusions en donnant plus de conseils aux tribunaux, en créant un nouveau bureau d’avocat de la concurrence et en rendant obligatoire la collecte d’informations et le signalement des comportements anticoncurrentiels.

Joe Maxwell, président de la Family Farm Action Alliance, a déclaré: «La Family Farm Action Alliance remercie le sénateur Klobuchar et ses collègues d’avoir soumis la loi sur la concurrence et la réforme antitrust. Votre action rapide pour prendre des monopoles si tôt dans cette session du Congrès est un signal clair de votre engagement à démocratiser notre système alimentaire et notre économie. Une tendance de dix ans de consolidation effrénée a entraîné une corruption généralisée, la décimation des marchés concurrentiels et la privation de richesses et d’opportunités pour nos communautés rurales. Cette loi est une étape historique dans la lutte contre les monopoles et la construction d’une économie inclusive pour toutes les petites entreprises, les travailleurs et les agriculteurs. « 

Résumé: Loi portant réforme du droit de la concurrence et de la législation antitrust

La Family Farm Action Alliance a divisé cette loi de 56 pages en 15 grands articles pour aider le public à mieux comprendre cette politique.

Nouvelles définitions et normes d’examen pour les tribunaux et les agences

o Défini Pouvoir du marché: Si une partie (probablement une société) dicte les conditions d’un accord, l’autre partie est pénalisée, ce qui n’existerait pas dans un marché vraiment concurrentiel

o Crée une nouvelle définition pour acquisitions illégales: Une acquisition ou une fusion qui présente « un risque significatif de réduction sensible de la concurrence ou de création d’un monopole ou d’un monopole ».

Ö Comportement d’exclusion est «la conduite d’une partie qui désavantage matériellement un ou plusieurs concurrents réels ou potentiels» ou «empêche la capacité ou l’incitation d’un ou plusieurs concurrents réels ou potentiels à entrer en concurrence».

o Avec la nouvelle définition du comportement exclusif, les tribunaux doivent désormais appliquer cette nouvelle norme lorsqu’ils découvrent une acquisition ou fusion illégale ou un acte illégal.

o La loi établit cinq critères distincts selon lesquels un tribunal doit classer une transaction comme illégale dans les affaires déposées par la Federal Trade Commission (FTC), le ministère de la Justice (DOJ) ou un procureur général. Le premier de ces critères consiste à déterminer si une « acquisition entraînerait une augmentation significative de la concentration du marché sur un marché pertinent ».

o Si un tribunal estime que «l’acquisition entraînerait une augmentation significative de la concentration du marché sur un marché pertinent» ou si l’entreprise atteint d’autres seuils de marché tels que le contrôle de plus de 50% d’un marché, une entreprise doit démontrer que son acquisition «échoue «Un risque perceptible de réduire considérablement la concurrence. «Cela retourne la charge de la preuve: jusqu’à présent, les acquisitions et les fusions ne pouvaient être arrêtées que si le gouvernement prouvait devant le tribunal que l’opération était illégale. Désormais, les entreprises devraient prouver que leurs transactions ne sont pas illégales.

o Établissement d’amendes pour les entreprises qui enfreignent les lois antitrust: les amendes peuvent atteindre jusqu’à 15% des revenus annuels américains de l’entreprise ou 30% des revenus annuels américains de la partie lésée par leurs actions, selon la plus élevée des deux.

o Demande au DOJ et à la FTC de publier des directives conjointes d’application des dispositions contenues dans la loi. Actuellement, le DOJ et la FTC s’engagent dans des procédures et des affaires antitrust, mais utilisent généralement des politiques différentes et travaillent rarement ensemble. En établissant des directives d’application communes, ils travailleraient plus étroitement ensemble et le droit antitrust serait soutenu par des directives uniformes.

Création d’un cabinet d’avocats en concurrence

  • Le nouveau bureau recueillerait des rapports sur les comportements anticoncurrentiels des petites entreprises, des consommateurs et des travailleurs, et utiliserait ces informations pour faire des recommandations au DOJ, à la FTC et à d’autres agences fédérales.
  • Le nouveau bureau superviserait un centre de données qui recueille et gère des données sur les activités antitrust et anticoncurrentielles facilement accessibles au public. Cette information est difficile à trouver pour le moment et il n’y a pas de lieu central où elle soit accessible au public.
  • Le nouveau bureau abriterait un département d’analyse de marché. Ce département étudierait les marchés et les industries pour analyser les conditions et la dynamique de la concurrence affectant les marchés et les industries et évaluerait l’impact des acquisitions et des fusions sur ces marchés.
  • Fournit une protection aux dénonciateurs pour ceux qui déposent des plaintes

Financement, études et rapports requis

  • Fournit un financement supplémentaire à la fois à la FTC et au DOJ pour les enquêtes et l’action antimonopole
  • Demande à la FTC de mener et de publier une étude sur l’impact concurrentiel des investisseurs institutionnels tels que les hedge funds, les coopératives de crédit et les fonds communs de placement sur le marché
  • Demande au contrôleur général des États-Unis de procéder à un examen du succès des recours en matière de fusion et d’acquisition sur le marché au cours des six années précédant l’adoption de la loi
  • Demande aux entreprises qui ont été autorisées à acquérir ou à fusionner après l’adoption de la loi de déclarer des données pour les cinq prochaines années qui peuvent être examinées par le DOJ et la FTC afin de déterminer l’impact concurrentiel de l’opération sur le marché

Cette loi est étendue et contribuera à freiner les fusions et acquisitions sur les marchés alimentaire et agricole. Pourtant, ce n’est que le début de ce qui doit être fait pour arracher notre économie aux monopoles. Ce projet de loi vise principalement le contrôle judiciaire des acquisitions et des fusions d’entreprises réglementées par le DOJ et la FTC. Il ne s’agit pas des pratiques abusives des conditionneurs de viande monopolistiques énoncées dans la loi sur les emballeurs et les parcs à bestiaux ou de certains autres problèmes mis en évidence dans la Family Farm Action Alliance. Boîte à outils pour le 117e Congrès. De nouvelles mesures législatives doivent être prises Réduire la concentration mondialiséeCombattre les abus de pouvoir et établir des marchés équitables. Marque de fin

– –Extrait d’un communiqué de presse de la Family Farm Action Alliance



Source link

Recent Posts