Sélectionner une page




Cette saison, le RC Vannes a pris la première place en Pro D2 à treize reprises.


© Thomas Brégardis / Ouest-France
Cette saison, le RC Vannes a pris la première place en Pro D2 à treize reprises.

RC Vannes, qui est le Pro D2 cette moitié de saison et se bat sérieusement pour la promotion dans le top 14, semble toujours être considéré comme le petit nouveau sur le bloc.

Nous pouvons collecter 95 points en 26 jours de championnat. Nous avons passé peut-être la moitié de la saison dans la peau du guide du Pro D2. Nous avons peut-être remporté huit bonus offensifs et effectué en moyenne plus de trois essais par match. Quand il s’agit de choisir un stade, une ville, pour la finale du championnat, cela ne semble pas avoir d’importance.

Jeudi, la Ligue nationale de rugby a été nommée Montpellier comme ville hôte de la finale de rejoindre le top 14qui se jouera le week-end du 5 au 6 juin. Une finale que de nombreux clubs peuvent encore revendiquer, car la saison régulière ne se termine que le soir du 14 mai et doit ensuite composer avec des matchs à élimination directe.

LIRE AUSSI. Pro D2. Finale à Montpellier: « Nous n’avons aucun respect à Vannes », déclare Jean-Noël Spitzer

Chance de la carte

Mais cette année, il faut le dire, deux clubs se démarquent au tableau de bord et se positionnent comme des candidats très sérieux pour une promotion dans le top 14: Vannes et Perpignan, qui ont respectivement 18 et 17 points d’avance sur le troisième Biarritz.

Et, sur la base de la carte géographique, le stade choisi pour la finale Pro D2 est en Occitanie, la même région que celle de… Perpignan. Plus précisément, 150 km séparent le stade de l’USAP de l’enceinte de Montpellier. Une coïncidence qui ne convient pas vraiment au goût du car de Vannes, 785 km plus au nord. C’est un peu près de Perpignan a plaisanté Jean-Noël Spitzer vendredi soir après la grande victoire des Bretons sur Colomiers (40-7). .[…] Personne ne fait de nous un candidat crédible. S’ils parviennent à se rendre en finale contre l’USAP, le RCV pourrait en fait jouer à l’extérieur plutôt que sur un terrain neutre. Surtout si les fans sont autorisés à entrer dans le stade d’ici là.

Le nouvel enfant

Vannes, monté en Pro D2 il y a cinq ans, semble toujours rester le petit poucet de la deuxième division nationale. Un peu trop loin à l’ouest, un peu trop peu connu dans le rugby français, le petit nouveau doit apparemment encore faire ses preuves pour être pris au sérieux compte tenu de l’histoire du ballon ovale tricolore. Perpignan en a imposé quelques-uns avec ses sept titres de champion de France.

Mais le rugby breton et son porte-drapeau de Vannes se présentent de plus en plus sur la scène nationale. Des joueurs internationaux comme Nick Abendanon ou Rodrigo Bruni n’hésitent pas à renforcer les rangs. Les rencontres du XV de France se jouent désormais à La Rabine. Bref, le RC Vannes joue le rôle principal. Et il faudra peut-être un peu de temps pour s’y habituer.



Source link

Recent Posts