Le 23 septembre 2020, le Petroleum & Natural Gas Regulatory Board (PNGRB) a publié un projet de règlement pour déterminer le tarif de transport des entreprises de distribution de gaz de ville (CGD), qui est entré en vigueur avant la mise en place du régulateur PNGRB. Auparavant, en juin 2019, le PNGRB avait publié un document conceptuel dans lequel deux options pour déterminer les coûts de transport étaient citées. Procédure d’appel d’offres en ligne avec escalade annuelle. Dans ce projet de règlement, le PNGRB a choisi la méthode du coût de service, mais elle est basée sur un RoCE après impôt de 12% (16% avant impôt), ce qui est similaire au taux auquel le tarif de transport pour les pipelines de transport est défini par GAIL / GSPL.

Cependant, comme l’ICRA l’a également souligné après le document conceptuel de juin 2019, ce règlement est susceptible de présenter des contestations juridiques concernant les pouvoirs du conseil d’administration de fixer un tel tarif à la lumière d’une décision antérieure de la Cour suprême. En outre, pour l’émergence de l’Open Access et de la concurrence par l’intermédiaire de tiers, des réglementations distinctes pour déclarer une certaine AG comme exempte du droit exclusif de commercialisation et des principes de transporteur public sont indispensables, qui sont contestées par l’IGL devant la Cour suprême de Delhi.

Ankit Patel, vice-président et co-responsable des notations d’entreprise, ICRA a déclaré: «Sur la base des petits caractères de la réglementation, puisque le volume total de service dans l’AG serait le diviseur pour déterminer le tarif, les AG à forte concentration en volume ont comparé un tarif sensiblement différent à d’autres abonnements GA à faible volume.

En ce qui concerne la menace réelle posée par le libre accès, en supposant que le règlement soit effectivement mis en œuvre, il restera un obstacle important à l’entrée pour les nouveaux acteurs car le tarif de transport est calculé selon la formule proposée [12%/(1-tax rate) * (Avg Net block + working capital)+ Depreciation + Opex)]/ volume]se situe entre 50 et 70% des marges brutes / scm rapportées pour différents acteurs. Par conséquent, tout tiers commercialisé souhaitant commercialiser du gaz dans une AG devrait avoir un fort avantage en matière d’approvisionnement par rapport à l’entité autorisée existante pour être rentable. Par ailleurs, il y a un manque de clarté sur la détermination de la surcapacité des opérateurs de réseau (~ réglementation des codes d’accès) afin de rendre 25% disponibles en libre accès, ce que le PNGRB est susceptible d’annoncer dans un proche avenir. « 

Même si les règlements proposés étaient finalement mis en œuvre, l’ICRA estime que les profils de crédit des anciens opérateurs de CGD ne seraient pas affectés par ce règlement. K. Ravichandran, vice-président principal et chef de groupe, Notations d’entreprises, ICRA a déclaré: «Dans l’ensemble, l’ICRA pense que cette décision indique le fait que le paysage concurrentiel du secteur CGD, où les acteurs existants peuvent être monopolistiques, s’intensifie à moyen et long terme. Cependant, les défis juridiques et opérationnels tels que l’identification de la surcapacité et les codes d’accès nécessitent une solution pour réellement réaliser la concurrence des tiers dans le secteur CGD. « 





Source link

Recent Posts