Je souhaite obtenir des informations sur une formation complète concernant le thème DIVI dispensé
par un organisme de formation certifié par l’état.
Que la formation soit finançable par mon CPF (idéalement) ou autre


Dans la mine d’Elbe dans les Monts des Géants, il reste encore plus d’un demi-mètre de neige, ce qui n’était pas si courant à ce stade au cours des dix dernières années. Vendredi 23 avril, des employés de l’administration du parc national de Krkonoše (KRNAP) ont mesuré le jardin de Schustler sur place, où ils surveillent à plusieurs reprises l’épaisseur de la neige au pied de la piste d’avalanche avec une moyenne de 70 centimètres de neige en hiver. Il y a même eu des hivers depuis 2010 où il n’y avait rien à mesurer à l’époque, a déclaré à ČTK la botaniste de l’administration KRNAP, Petra Šťastná. Il surveille régulièrement la neige à Labský důl depuis de nombreuses années.

«Le temps est l’hiver, la température est proche de zéro. Il y a environ trois centimètres de neige fraîche. Un vent du nord assez fort souffle, j’estime 15 à 25 kilomètres à l’heure. Voici à quoi devrait ressembler le printemps dans les montagnes des Géants. C’était normal dans le passé, ce n’est qu’au cours des dix dernières années que les hivers ont été plus chauds « , a déclaré Šťastná à ČTK vendredi. Ils ont dû skier pour y arriver.

Depuis le milieu des années 1990, les employés de l’administration KRNAP surveillent l’épaisseur de la neige, le développement des couches de neige en hiver et leurs effets sur la nature à Labský dol. Labský důl est l’une des zones d’avalanche les plus fréquentées de la République tchèque. L’endroit où il est régulièrement mesuré dans le jardin de Schustler est à une altitude d’environ 1100 mètres et la pente moyenne est d’environ 26 degrés.

« Au cours des dix dernières années, la quantité de neige était légèrement supérieure à la moyenne à ce moment-là, mais du point de vue d’une mesure à long terme de 30 ans à cet endroit, il s’agit plutôt d’une condition moyenne à légèrement inférieure à la moyenne. . Il y a eu des années où nous étions mesurés jusqu’à la mi-mai, mais aussi quand il n’y avait pas de neige ici dans la deuxième quinzaine d’avril. Par exemple, en 2018, en 2014, les mesures n’ont été prises que jusqu’à la fin du mois de mars « , a déclaré Šťastná ČTK.

Selon elle, les hivers enneigés dans les Monts des Géants étaient plus réguliers il y a dix ans. « En 2005 et 2006, l’endroit était de 140 et 155 centimètres dans cette période, en février 2005 même sur deux mètres, en mars 2006 de 195 centimètres. Au contraire, en 2014, il y avait un maximum de 40 centimètres à cet endroit tout l’hiver », elle a dit.

Il considère toujours la quantité relativement décente de neige d’avril de cette année comme un signal positif, une situation similaire avec de la neige comme dans la mine d’Elbe est ailleurs dans les montagnes des Géants. Lorsque la neige fond lentement et progressivement au printemps, la pénurie d’eau dans les montagnes de Krkonoše diminue. « Cela pourrait également réduire partiellement l’impact de la sécheresse de la dernière décennie sur les populations d’espèces végétales rares associées aux zones humides et à d’autres ressources de surface, mais dépend de l’évolution des conditions météorologiques », a-t-elle déclaré à CTK.

Dans les montagnes de Krkonoše, malgré la basse altitude et la zone, l’activité avalancheuse est relativement intense: plus de 100 sites d’une superficie totale de 554 hectares où l’on peut trouver des avalanches sont cartographiés des deux côtés des montagnes. Par exemple, il y a les deux pentes des crêtes de Kozí, la fin des confitures de Kotelní et Labské, Úpská jáma à Obří dol, les pentes de Dlouhý et Modrý dol du côté polonais de Sněžná jáma, Kociol Lomniczki et Bialy Jar. « Des avalanches tombent quelque part chaque année, d’autres seulement après quelques décennies, mais ces dernières années, les skieurs ont également contribué à une activité d’avalanche plus intense », a déclaré Šťastná.

Les avalanches sont un facteur naturel irremplaçable dans les montagnes des Géants, ce qui affecte considérablement la diversité des montagnes. Vous travaillez comme jardinier et façonnez de manière significative le visage des montagnes. Lorsque l’avalanche éclatera, toute la pente sera débarrassée des vieux arbres et buissons. Cela crée les conditions préalables à l’existence d’espèces végétales alpines rares qui nécessitent un espace ouvert. Les avalanches contribuent également à l’existence des jardins de Krakonoš – des emplacements botaniquement diversifiés sur les chemins d’avalanche sous le vent des glaciers.

Dans les montagnes de Krkonoše, il y avait 80 à 120 centimètres de neige sur les crêtes le vendredi 23 avril, le plus bas premier degré de danger d’avalanche sur l’échelle internationale en cinq parties, davantage dans les ravines et les zones de déchirement. Le danger d’avalanche a été signalé pour la première fois dans les Monts des Géants au cours de la dernière saison hivernale le 4 janvier, lorsque le premier degré était valide. Le danger d’avalanche était le plus élevé – au niveau trois – au cours de la dernière décennie de mars.

Bien que seul un minimum de personnes ait parcouru les montagnes pendant la majeure partie de la saison hivernale en raison des mesures épidémiques du gouvernement, deux personnes sont mortes dans des avalanches cette année-là. Le skieur alpiniste de 17 ans est décédé le 15 février dans une avalanche qu’il a traînée de la maison silésienne à l’abreuvoir Úpička à Obří dole. Le dimanche 14 mars, un skieur alpiniste de 35 ans de Mělník a été pris dans une avalanche dans la région de Mužské Kameny, du côté polonais des montagnes. Elle est décédée après avoir été transportée à l’hôpital.



Source link

Recent Posts