Sélectionner une page


Le chef de la police d’Irlande du Nord a été invité à s’excuser publiquement pour la mort d’un garçon et de trois hommes à Belfast en 1969.

Patrick Rooney, Hugh McCabe, 20 ans, Samuel McLarnon, 27 ans, et Michael Lynch, 28 ans, ont été mortellement blessés par les tirs de la police du 14 au 15 août 1969 lors d’émeutes dans les régions de Divis et d’Ardoyne.

L’ombudsman de la police, Marie Anderson, a publié un rapport critique sur les actions de la police décrivant «d’importantes erreurs opérationnelles et d’enquête».

Après une nouvelle enquête sur les meurtres, des rapports ont été rédigés pour les procureurs. Cependant, plus de 50 ans après les événements, aucun ancien responsable n’est poursuivi en raison d’un manque de preuves.

L’avocat Pádraig Ó Muirigh, s’exprimant au nom de la famille McLarnon, s’est félicité de la soi-disant «première enquête indépendante et fondée sur des preuves sur les circonstances» de sa mort près de 52 ans plus tard.

Il a déclaré qu’il était « profondément regrettable » qu’aucune poursuite n’ait été engagée, ajoutant que la famille « aurait pu s’attendre à ce que l’officier soit accusé du meurtre de Samuel McLarnon » si cela avait fait l’objet d’une enquête appropriée à l’époque.

M. Ó Muirigh a déclaré que ni la RUC ni le PSNI qu’il a remplacé ne s’étaient jamais excusés pour les actions de la police du 15 août 1969.

Pádraig Ó Muirigh Reconnaissance: UTV

« En fait, un représentant de la RUC au tribunal de Scarman n’a pas clairement admis que M. McLarnon avait été abattu par la police malgré d’autres conclusions du tribunal », a-t-il déclaré.

« C’est maintenant au chef de la police de présenter enfin des excuses à la famille McLarnon. »

Le chef adjoint de la police du PSNI, Mark Hamilton, a déclaré que la police avait reçu le rapport et examinait les résultats.

«Aujourd’hui, nos pensées vont principalement aux familles de Patrick Rooney, Hugh McCabe, Samuel McLarnon et Michael Lynch», a-t-il déclaré.

« Nous respectons et reconnaissons la douleur et la souffrance de chacun des endeuillés et nous leur exprimons nos sincères et sincères condoléances pour la perte qu’ils ont subie. »

La fille de M. McCabe, Liz, s’est félicitée des résultats du rapport, mais a déclaré que sa famille était « extrêmement déçue que le médiateur n’ait pas dit à la police que le meurtre était illégal même s’il n’était pas justifié ».

La fille de Hugh McCabe, Liz McCabe, et deux de ses petites-filles, Caoimhe Bradley et Claire McCabe Reconnaissance: Pennsylvanie

« Le rapport Scarman a décrit la fusillade de mon père comme » justifiée «  », a-t-elle déclaré.

«Au moins, le Médiateur a constaté qu’il n’y avait aucune preuve que mon père aurait dû être attaqué par la police.

«Il n’avait pas d’arme à feu et il n’y avait aucune preuve qu’il en avait tiré une.

«Notre famille a toujours su que la mort de mon père était injustifiée et illégale.

Il était lui-même un soldat en congé de son régiment. Certains de ses officiers supérieurs ont assisté à ses funérailles, ce qu’ils n’auraient jamais fait s’il avait tiré sur la police.

Liz McCabe

« Cette enquête de l’ombudsman de la police a correctement supprimé les faux enregistrements du rapport Scarman. »

La famille de M. Lynch a déclaré qu’il était un « gars calme qui n’a jamais eu de problèmes » et qui rentrait du cinéma lorsqu’il a été mortellement blessé.

Son beau-frère Brian Matthews était avec lui quand il est mort et a dit que c’était « totalement injustifié ».

« Je voudrais remercier le médiateur de la police pour avoir enquêté sur la mort de Michael », a-t-il déclaré.

«Nous nous félicitons des vives critiques qu’elle a exprimées et nous sommes d’accord avec elles.

«Elle nous a dit que sa mort était injustifiée et n’aurait pas dû se produire.

Le RUC n’aurait jamais dû utiliser des armes aussi dangereuses et tirer si impitoyablement.

Brian Matthews

Les familles Lynch et McCabe ont reçu le soutien de Relatives For Justice.

Mike Ritchie, du groupe, a déclaré qu’il s’agissait d’un engagement de longue date avec les représentants successifs de l’ombudsman de la police.

« Toutes les familles méritent une enquête appropriée sur la mort de leurs proches, en particulier là où l’État leur a pris la vie », a-t-il déclaré.

« Nous souhaitons également que davantage de ressources soient mises à la disposition du Médiateur afin que les familles n’aient pas à attendre si longtemps les résultats de l’enquête. »



Source link

Recent Posts