Publié le: Modifié:

Rio de Janeiro (AFP)

La Fédération brésilienne de football (CBF) a décidé de freiner le carrousel en limitant la capacité des clubs à licencier leur entraîneur.

Les 20 équipes de Serie A du pays sont autorisées à licencier un maximum de deux entraîneurs par saison en vertu d’une nouvelle règle adoptée mercredi soir.

Même si les clubs veulent licencier le deuxième entraîneur, il devra être remplacé par un employé existant qui a été employé «au moins six mois».

Selon une étude publiée l’année dernière par les scientifiques Matheus Galdino, Pamela Wicker et Brian Soebbing, la profession d’entraîneur est plus précaire au Brésil que partout ailleurs dans le monde.

Entre 2003 et 2018, la meilleure ligue brésilienne a enregistré en moyenne 37,1 changements d’entraîneur par saison.

La deuxième place sur la liste était l’Espagne avec 27,6 dans les deux premières divisions, suivie de l’Argentine (21) et de la Colombie (11,3).

Le CBF a déclaré dans un communiqué que les nouvelles règles visent à améliorer « l’organisation administrative et la planification financière ».

Les entraîneurs ne sont autorisés à changer d’équipe qu’une fois par saison à leur propre demande, bien que ceux qui ont été licenciés ne soient pas empêchés de trouver un nouvel emploi.

« C’est un grand pas en avant pour le football brésilien et ce sera aussi bien pour les clubs que pour les entraîneurs », a déclaré le président de la CBF Rogerio Caboclo.

Le nouveau règlement entrera en vigueur au début de la nouvelle saison le 29 mai.

« Cela va signifier une relation professionnelle plus mature et créer des emplois plus longs et plus cohérents. C’est la fin du jeu des chaises musicales », a déclaré Caboclo.

La saison dernière, Botafogo a changé d’entraîneur quatre fois, mais a toujours été relégué.

Et avant la nouvelle saison, Sao Paulo et Santos ont déjà nommé de nouveaux entraîneurs: les Argentins Hernan Crespo et Ariel Holan.



Source link

Recent Posts