Petit à petit, le rugby de l’AS Monaco s’est renforcé au fil des années. Pour preuve, les hommes de Luciano Orquera et Sylvain Masson viennent de battre leur ticket Federal 3.

A trois matches de la fin de la saison, le titre de champion pourrait être décerné du côté du rugby monégasque. Quoi qu’il en soit, le rugby de l’AS Monaco a déjà obtenu son entrée en Fédéral 3 la saison prochaine. Un billet pour la cinquième division de rugby a été éliminé après la victoire à l’extérieur à Fos-Istres (13-40) le dimanche 10 mars. Cerise sur le gâteau, les Monegasse, qui reviennent de ce court voyage avec un point bonus offensif.

À venir: un objectif de début de saison qui se réalisera

L’ASMR est maintenant deuxième dans la division honneur. La défaite du SMUC face à Sisteron (15-12) a jeté leur principal concurrent à 15 points. De bon augure dans un championnat où seules les deux premières places se qualifient pour le relais supérieur. À moins de catastrophes étranges, nous ne voyons pas les hommes de Luciano Orquera et Sylvain Masson échouer à se qualifier pour la ligue supérieure la saison prochaine. Une ascension qui était l’objectif constant en ce début de saison.

Mais avec 12 victoires (dont onze avec le bonus offensif!) Et seulement trois défaites, la saison est déjà remarquable. L’ASM offre la meilleure attaque du championnat avec 598 points et la meilleure défense avec 148 buts encaissés.

L’équipe n’a pas encore disputé la finale territoriale le 20 avril, puis la finale du championnat de France. Les deux sont des satisfactions que le président de l’ASM Rugby, l’ancien rugbyman professionnel Thomas Riqué, a joyeusement partagé avec la presse: «Je suis un président heureux. Pour les garçons parce qu’ils le méritent, mais aussi pour tout le club car c’est un pas en avant sans précédent. Cela récompense tout le travail que le club a accompli au fil des ans. Avec de la structuration, un peu de succès et beaucoup de travail de la part des bénévoles du club, nous atteindrons la Fédérale 3, qui sera un tournant majeur pour l’institution monégasque. « 

En effet, la route a été longue pour les Monégasques, démarrée il y a huit ans en quatrième division lorsqu’un groupe d’amis emmené par Thomas Riquet a repris un club alors en sommeil. Un projet ambitieux dans une principauté où le rugby reste dans l’ombre du football et du basket. Cependant, le sport est fortement approuvé par la princesse Charlene, originaire d’Afrique du Sud. L’année dernière, l’épouse du prince Albert a parrainé les World Rugby Awards, qui ont amené les meilleurs joueurs du monde à faire du rock.

* Article initialement publié sur le Édition française de la Monaco Tribune.





Source link

Recent Posts