Pourquoi la méthode «Singapour»?

Tout simplement parce que les élèves de ce pays sont les meilleurs au monde en mathématiques. La méthode de Singapour est une méthode mathématique élémentaire complète inspirée de livres conçus par le ministère de l’Éducation de Singapour. L’étude internationale TIMSS (Trends in International Mathematics and Sciences Studies) est basée sur des tests qui sont réalisés tous les 4 ans avec des étudiants de CM1 et 4e En fait, dans plus de 50 pays, Singapour est le numéro un mondial. ((http://timss.bc.eduBien que cette méthode existe depuis 1982, elle n’est devenue internationalement connue que dans les années 2000. Il est aujourd’hui utilisé dans de nombreux pays et a fait ses preuves partout.

Cartographie - La librairie scolaire - Méthode de Singapour

Quelle est la méthode de Singapour?

Le principe est simple: les concepts (addition, multiplication, fractions, décimales, etc.) sont étudiés en profondeur jusqu’à ce que les élèves les maîtrisent complètement. La méthode est basée sur une méthode explicite: les concepts sont expliqués clairement et brièvement, puis immédiatement appliqués pour résoudre de nombreux problèmes. En résolvant une variété de problèmes différents, les élèves sont encouragés à acquérir une compréhension approfondie des processus mathématiques. En savoir plus sur la pédagogie explicite: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pédagogie_explicite

Qu’est-ce que l’approche «concrète-figurative-abstraite»?

La principale préoccupation de l’enseignement des mathématiques à l’école élémentaire est d’aider les élèves à passer du monde concret qu’ils connaissent à une vision abstraite déterminée par des règles, des lois et des principes immuables. Par exemple, les élèves savent très rapidement compter trois gommes en les manipulant. Le premier défi de l’année CP est de les aider à comprendre que le chiffre «3» représente ces trois gommes. Voici l’approche de la méthode de Singapour:

1) Les élèves sont d’abord confrontés à des termes mathématiques par la manipulation deObjets. (Par exemple, ils apprennent à ajouter en utilisant des dés ou des jetons). C’est l’étape concrète.

2) Ensuite, les objets sont remplacés par images ils représentent. Donc, une pile de dix dés représente le nombre dix, puis un groschencoin, etc. C’est le stade de l’image.

3) Une fois que les élèves se sont familiarisés avec les concepts de la leçon, ils ne travailleront qu’avec l’aide de Nombres et de Symboles. C’est la phase abstraite.

Pourquoi les élèves sont-ils encouragés à «dessiner des modèles»?

Drawing Models est un système sophistiqué que les élèves peuvent utiliser pour résoudre des problèmes. Lorsqu’ils sont confrontés à un énoncé, ils sont invités à dessiner eux-mêmes une représentation visuelle de la question. Plus précisément, ils dessinent des barres de différentes longueurs pour déterminer quelles quantités sont données dans l’énoncé, quelles quantités sont inconnues et quelles opérations les aideront à trouver la solution. Par exemple ci-dessous:

Non seulement c’est un moyen efficace de résoudre les problèmes les plus complexes (en particulier la proportionnalité), mais c’est aussi une excellente introduction à l’algèbre. Être capable de visualiser visuellement des concepts abstraits est en effet le secret de la réussite en algèbre, et le fait que vous l’ayez appris à l’école primaire sera une aide cruciale tout au long de l’école secondaire.

Pour donner un autre exemple de «modélisation», CP invite les élèves à représenter chaque figure dans son ensemble, composé de deux parties. Ceci est connu sous le nom de « jonction des nombres » et vous permet de comprendre que l’addition et la soustraction sont deux facettes d’une même opération. Par exemple ci-dessous:

Ces diagrammes permettent la transition entre la représentation des grandeurs (des «parties dans le tout») et la police opérationnelle à l’aide de nombres.

Pourquoi la méthode est-elle si efficace?

Parce que c’est progressif et ne laisse rien au hasard. Chaque concept est transmis dans les moindres détails et appliqué jusqu’à ce qu’il soit pleinement compris et maîtrisé. La multitude de problèmes incite les élèves à mettre de côté l’aspect superficiel (mesure-t-il la surface d’une table, d’un terrain de soccer, d’un cahier, etc.) et à se concentrer sur la structure profonde (dans les trois cas il s’agit de zone d’un rectangle). La méthode forme donc les étudiants à penser comme de vrais mathématiciens.

Pourquoi demande-t-on aux élèves d’apprendre les quatre opérations dès la première année? N’est-ce pas trop difficile pour eux?

La méthode de Singapour est basée sur des «petites touches»: chaque terme est d’abord introduit puis approfondi l’année suivante, et ainsi de suite. Par exemple, la division est enseignée à partir de CP, mais de manière très simple sur les nombres inférieurs à 20. Le symbole ÷ n’est introduit que dans CE1 et les divisions avec le reste dans CE2. Le fait de pouvoir introduire des concepts de manière très simple et de les revoir en profondeur l’année suivante permet aux étudiants de se familiariser avec eux et donc de ne pas avoir peur lorsqu’un nouveau concept est enseigné. Cette approche «en spirale» (c’est-à-dire en commençant par les éléments les plus simples et en les complexifiant progressivement) permet de poser des fondations solides qui sont constamment révisées avant d’être approfondies. L’expérience montre que cette approche permet à tous les élèves – même les moins «mathématiciens» – d’avancer en toute confiance.

La méthode de Singapour est-elle conforme au programme officiel?

La nouvelle édition de la méthode Singapore CP a été adapté aux programmes éducatifs nationaux. Il comprend: – l’ensemble du programme en géométrie; – un développement ultérieur bien fondé de l’arithmétique mentale; – des boîtes «je regarde» pour une découverte active des concepts à explorer; – Différents niveaux de difficulté en fonction de l’hétérogénéité de votre classe. Pour plus d’informations, cliquez sur Ici.

Quelle est la différence de format entre la nouvelle et l’ancienne édition?

* *La nouvelle édition comprend:
-2 dossiers pour les étudiants 1 et 2 pour la pratique guidée (7 € chacun) -1 dossier photocopiable pour toute la classe (39,90 €) ou deux packs de 10 cahiers individuels (79 € chacun) pour la pratique indépendante -1 guide pour la pratique (€ 39,9)
* L’ancienne édition se compose de:
-1 manuel de cours (14,9 €) -2 cahiers A et B (7,8 € chacun) -1 guide (32 €)

Est-il nécessaire d’utiliser à la fois les fichiers étudiants et les classeurs / fichiers photocopiables?

Oui, c’est absolument nécessaire. Les fichiers étudiants contiennent des exercices qui font partie de la leçon et sont réalisés dans la leçon avec l’aide de l’enseignant. Les cahiers ou le dossier photocopiable contiennent des exercices que les élèves doivent faire individuellement, sur la table ou à la maison.

Pourquoi les solutions aux exercices ne figurent-elles pas dans les dossiers des étudiants?

Tout simplement pour empêcher les élèves de les regarder! Toutes les réponses se trouvent dans les guides de la classe, qui décrivent le processus et les objectifs de chaque session en classe, et qui proposent de nombreuses activités supplémentaires en classe.



Source link

Recent Posts