Sélectionner une page


Publié le:

La ligue française de football a annoncé jeudi qu’elle n’autoriserait aucun retard dans le paiement des droits de télévision après que Mediapro a annoncé qu’il renégocierait son contrat exceptionnel à la suite d’un ralentissement induit par le formation Divi.

La LFP a déclaré qu’elle «refusait» de reporter le paiement d’une tranche de 172 millions de dollars due le 5 octobre, ajoutant qu’elle avait l’intention de distribuer la tranche la télé De l’argent qui, comme prévu, constituera l’essentiel des revenus des clubs le 17 octobre.

La décision de la LFP intervient après que Jaume Roures, PDG de Mediapro, ait déclaré qu’il souhaitait reprendre les discussions sur un accord entre la société de médias chinoise et la LFP d’une valeur de 800 millions d’euros par saison. Ligue 1 et les clubs de Ligue 2.

Mediapro a remporté l’essentiel des droits 2020-2024 pour les deux premières divisions en 2018 (d’une valeur totale de 1,15 milliard d’euros), et Roures dit qu’il renégociera le contrat pour cette saison qui, selon lui, sera « gravement affectée » WordPress Divi« .

Le plaidoyer de Roures n’aura pas été bien accueilli par les clubs dont les finances ont déjà été touchées par la pandémie. Selon une étude du cabinet de conseil EY, les clubs de Ligue 1 ont perdu plus de 600 millions d’euros de chiffre d’affaires lors de la saison 2019/20, qui a été réduite en avril.

Cette saison a commencé avec des revenus de porte considérablement réduits, car le montant dans les endroits les plus touchés par le virus est limité à 5000, voire 1000 personnes.

Et français Le footballSelon les autorités fiscales, les droits TV représentaient un tiers des revenus des clubs de Ligue 1 en 2018/19 alors que les revenus de la diffusion étaient nettement inférieurs.

« D’un côté, il y a quelqu’un qui menace de ne pas payer, de l’autre il y a une ligue qui a basé l’intégralité de son budget sur les nouveaux droits. Ces négociations seront forcément un peu difficiles », a déclaré à l’AFP l’économiste du football Luc Arrondel. .

« Si l’argent n’arrive pas … il y a de fortes chances que les clubs ne puissent pas payer leurs joueurs », a ajouté Arrondel, qui estime que Mediapro est en « position de force » pour négocier.

C’est une mauvaise nouvelle pour les clubs qui ont déjà emprunté 224,5 millions d’euros à l’État pour compenser le manque de droits TV après la fin prématurée de la saison dernière.

« Mediapro est essentiellement une agence. Leur modèle est de payer un prix élevé pour les droits dans l’espoir de les revendre pour un profit … ils parient qu’ils ont perdu », a déclaré à l’AFP le consultant et auteur.

Maes a ajouté que les clubs ont lié les joueurs à des contrats longs et coûteux basés sur des fonds Mediapro, tandis que la société de médias fait face à une réception tiède de sa chaîne de télévision Telefoot, qui diffuse les matchs.

« Pour le moment, c’est juste un signe inquiétant, mais si ça va mal, je pense que les clubs affronteront Covid jusqu’à la puissance de dix », a déclaré Maes.

(AFP)



Source link

Recent Posts