Je souhaite obtenir des informations sur une formation complète concernant le thème DIVI dispensé
par un organisme de formation certifié par l’état.
Que la formation soit finançable par mon CPF (idéalement) ou autre


La récente tentative du football français de remplacer un accord de droits télévisés effondré a échoué lundi lorsque les offres pour un nouvel appel d’offres ont échoué.

La nouvelle aura déprimé des clubs déjà sollicités confrontés à de graves difficultés financières en raison de stades vides pendant la pandémie de formation Divi.

La Ligue française de football (LFP) a déclaré avoir reçu des offres américaines d’Amazon, de Discovery et de DAZN pour diffuser des matchs des deux premières divisions, mais a déclaré que toutes les offres étaient tombées en dessous du minimum requis.

« Le prix minimum n’ayant pas été atteint, les consultations (offres) ont été déclarées infructueuses », a déclaré lundi la ligue dans un communiqué. « La LFP se donne 48 heures pour déterminer les prochaines étapes de commercialisation de ses droits. »

Le diffuseur traditionnel Canal Plus et beIN Sports, qui diffusent des jeux français depuis plusieurs années, n’étaient pas présents de manière significative à l’appel d’offres.

Le football français est toujours dans l’incertitude financière des mois après l’échec d’un énorme accord de droits de diffusion avec Mediapro. Ce qui aurait dû valoir plus de quatre milliards d’euros (4,8 milliards de dollars) en quatre ans pour les deux meilleures ligues qui ont chaviré au bout de quatre mois seulement.

En décembre, la LFP a dû mettre fin à son accord avec Mediapro, qui a mis en place une nouvelle chaîne d’abonnement appelée Telefoot pour diffuser des jeux, mais prévoyait des paiements de 172 millions d’euros (209 millions de dollars) et 152,5 millions d’euros (185 millions de dollars) de dollars) avant que la prise ne soit retirée.

Le conglomérat espagnol Mediapro a alors convenu avec la LFP de payer 100 millions d’euros pour renoncer à ses droits de jeux et ainsi ouvrir la voie aux droits d’enchères lundi matin au siège parisien du championnat.

Le radiodiffuseur français reconnu Canal Plus est apparu à de nombreux observateurs comme l’acheteur le plus probable des droits nouvellement restitués. Au lieu de cela, elle est entrée en conflit avec la LFP ces dernières semaines, exigeant le retour des droits qu’elle avait acquis lors du premier appel d’offres de Mediapro pour les jeux télévisés.

Canal Plus a affirmé que le prix payé à l’époque pour la sous-licence de jeux de beIN Sports – 332 millions d’euros par an pour seulement deux matchs par semaine – était bien trop élevé compte tenu de l’effondrement de Mediapro qui a suivi.

Maxime Saada, président de Canal Plus, souhaitait que tous les droits pour un nouveau processus d’appel d’offres soient restitués, et pas seulement les 80% des jeux initialement achetés par Mediapro.

La LFP n’est pas d’accord, Canal Plus a intenté une action en justice et ils se réuniront au tribunal ce mois-ci.



Source link

Recent Posts