Le projet de loi du député de Jacques-Cartier, Greg Kelley, est toujours en attente

Contenu de l’article

Cela fait un an que le député libéral de l’Ouest-de-l’Île Greg Kelley a présenté avec audace un projet de loi d’un membre de l’opposition à l’Assemblée nationale modifiant la Charte de la langue française au Québec pour offrir des cours de français gratuits à tous ceux qui résident dans la province.

Je recommande ses efforts, que les anglophones et les immigrants peuvent aider à améliorer leurs perspectives au Québec. Il n’est cependant pas surprenant que le gouvernement de coalition Avenir Québec n’ait pas encore répondu à cette proposition de rameau d’olivier.

Vendredi dernier, Kelley s’est levé à l’Assemblée nationale et a demandé quand son projet de loi d’un an verrait le jour. Kelley, qui a mentionné parler français avec un accent, a été félicité pour ses efforts. Simon Jolin-Barrette, le ministre en charge de la langue, a dit que c’était une bonne idée, puis a noté que le député de la CAQ, Christopher Skeete, avait une idée similaire après une tournée dans la province. Skeete est l’adjoint parlementaire du premier ministre François Legault pour les relations avec les Québécois anglophones.

La publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Cependant, il n’y a toujours pas de calendrier pour la mise en pratique de cette potentielle convergence de bonnes idées pour améliorer l’accès à l’enseignement du français pour tous les Québécois.

Kelley, qui représente l’équitation de Jacques Cartier anciennement détenue par son père Geoff Kelley, a déclaré qu’il espérait ancrer les services de scolarité en français gratuits à tous les Québécois plutôt que de simplement allouer des fonds à un programme ou un projet géré par un nouveau gouvernement ou l’avenir pourrait être renversé l’austérité. les mesures.

L’amélioration des compétences linguistiques est quelque chose que de nombreux habitants de l’Ouest-de-l’Île recherchent depuis des décennies. Par exemple, la commission scolaire de Lester B. Pearson a continué à développer ses programmes d’immersion française au fil des ans. La plupart des élèves du primaire terminent soit un programme bilingue 50-50, soit un partage 80-20 français-anglais. Je crois que les parents de l’Ouest-de-l’Île s’attendent à ce que leurs enfants parlent couramment le français après avoir obtenu leur diplôme de l’école Pearson.

La publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

De nombreux anglophones hésitent lorsque les inspecteurs linguistiques ciblent les petites entreprises après des plaintes anonymes, ou lorsque la province tente d’empêcher un établissement d’enseignement anglais de longue date de déplacer un collège vers le secteur français sans avis approprié de révoquer les autorités scolaires élues.

Le gouvernement de la CAQ, élu il y a un peu plus de deux ans, avait des liens mitigés avec la Communauté anglophone.

Le projet de la CAQ d’abolir les autorités scolaires anglophones est contesté devant les tribunaux. Le gouvernement a organisé des élections au conseil scolaire britannique pendant la pandémie, a reporté le vote du 1er novembre, fixé la date du 20 décembre et reporté les élections indéfiniment.

Cet automne, le Québec a annoncé un financement supplémentaire de 5 millions de dollars pour l’Office québécois de la langue française (OQLF) afin de contribuer à l’application de la Charte de la langue française, notamment au sein des entreprises. Ceci a bien sûr été suivi par Rapports de propriétaires de petites entreprises en colère à Montréal qui ont déclaré être harcelés par l’OQLF.

La publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Le mois dernier, lorsque la Commission scolaire Lester B. Pearson s’est jointe à 500000 $ pour l’achat de 420 purificateurs d’air Sur 16 bâtiments scolaires plus anciens qui sont naturellement ventilés, j’ai demandé si le gouvernement Legault avait dépensé trop d’efforts et d’argent pour encourager l’OQLF à sévir contre les petites entreprises et les restaurants plutôt que de les améliorer lors d’une pandémie.

Peut-être y a-t-il une marge de manœuvre entre l’ouverture de la charte et le financement adéquat de l’éducation, non seulement pour les programmes linguistiques destinés aux nouveaux arrivants, mais pour toute personne vivant au Québec dont la langue maternelle n’est pas le français. Cela serait mieux utilisé pour promouvoir le français que pour faire de la surveillance vocale et avertir ou sanctionner les petites entreprises.

[email protected]

twitter.com/akramberger1

Remarques

Postmedia s’efforce de maintenir un forum de discussion dynamique mais civil et d’encourager tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. La modération des commentaires peut prendre jusqu’à une heure avant qu’ils n’apparaissent sur le site Web. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail lorsque vous recevrez une réponse à votre commentaire, lorsqu’un fil de commentaires que vous suivez est mis à jour ou lorsqu’un utilisateur suit les commentaires. Visitez notre Règles de la communauté Plus d’informations et de détails sur la personnalisation de votre E-mail les paramètres.





Source link

Recent Posts