Je souhaite obtenir des informations sur une formation complète concernant le thème DIVI dispensé
par un organisme de formation certifié par l’état.
Que la formation soit finançable par mon CPF (idéalement) ou autre


2019: l’année de tous les effets spéciaux

Le 13 octobre, à 1 h 59 ′ 40 ”, la meilleure performance jamais réalisée avec un bipède sur 42,195 km est dans UN des quotidiens

Trois contributions ont permis de surmonter la barrière mythique:

  • Fournisseur d’équipement Nike: chaussures de saut et de conduite + 4%
  • le soutien financier d’Ineos pour payer les lapins, un parcours rectiligne, un arc ouvrant avec un faisceau laser vert projeté au sol donnant le rythme pour dépasser les 2 heures mais pas trop pour qu’un athlète franchisse bientôt cette barrière peut franchir en termes réglementaires .
  • Une fenêtre météo idéale avec une télévision et des accessoires.

Je travaille avec le mensuel depuis des années Posture de course, un magazine en cours d’exécution. A plusieurs reprises, j’ai abordé des performances et des enregistrements fictifs ou artificiels et leurs secrets.

1. Les motos lapin et presse déforment les performances de pointe

Depuis 1est En ce qui concerne la performance des femmes au marathon de janvier 2012, le règlement de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) stipule que les meilleurs temps réalisés dans les courses mixtes ne sont plus considérés comme des records mais comme le deviennent la «meilleure performance mondiale» (wpm). La Britannique Paula Radcliffe, l’actuelle détentrice du record du monde, le restera, mais avec un temps prolongé de deux minutes (2h17 mn42 sec.). Le résultat a été atteint en 2005 à Londres lors d’un événement entièrement féminin. En revanche, ses 2h15mn sont de 25 sec. du London Mixed Marathon 2003 est uniquement estampillé « wpm ». Ce message de l’IAAF n’a pas laissé indifférent les personnes concernées « qui ne sont pas convaincues que la présence d’hommes est une incitation efficace: » Ce sera difficile à appliquer. Découvrez le nombre de records nationaux ou continentaux établis dans les courses mixtes! Je regrette particulièrement l’aspect rétrospectif de cette décision. Vous auriez dû le faire depuis le début. Dans ma carrière j’ai participé à deux marathons mixtes et à chaque fois c’était la décision des organisateurs, pas la mienne. Et je me suis assuré de courir à côté des lapins, pas derrière eux [NDLA: contrairement à ce que pense Radcliffe, courir à côté d’un lièvre pousse à se surpasser. Cela porte le nom d’émulation]. Quoi qu’il en soit, je pense que j’aurais réussi à peu près au même moment avec l’aide de la foule et des motos qui ont suivi. Maintenant, les règles sont les règles et je ne vais pas faire des choses sur lesquelles je n’ai aucun contrôle. «  »

On voit donc que Radcliffe, comme Poulidor (notamment dans le contre-la-montre), estime que la présence de véhicules à moteur (motos, voitures de journalistes et officiels) affecte positivement les performances du… premier.

Peut-on imaginer un jour que la présence de véhicules à moteur, mais aussi de vélos, sera sérieusement réglementée sur 42.195 km? Avec des conditions de course en constante évolution au fil du temps (la couverture médiatique oblige: public, télévision, etc.), nous devrions bannir à jamais le mot record et le remplacer (pour l’instant) par la meilleure performance mondiale.

[Running Attitude, 2013, n° 133, mai, p 60]

2. Le nombre: 90

«Les victoires de Peter Some et Boru Feyese Tadese au Marathon de Paris le 7 avril 2013 s’ajoutent aux succès kenyans et éthiopiens obtenus en macadams à travers le monde depuis plus d’une décennie. En 2011, les coureurs éthiopiens ou kényans ont gagné 90% des 120 marathons internationaux organisés dans le monde. En 2012, les quarante-neuf meilleures performances mondiales ont été réalisées par des Kenyans ou des Éthiopiens, la cinquantième étant détenue par le Français d’origine kényane Patrick Tambwé.

[Running Attitude, 2013, n° 135, juillet, p 60] (NDLA: voir Échos ntoi 6 et 7)

3. Thé Chai et Ugali

Pour expliquer la prédominance des coureurs des hauts plateaux des pays d’Afrique de l’Est dans la course de fond, nous proposons un parcours basé sur leur alimentation, riche en apports énergétiques (77% de glucides, 13% de lipides et 10% de protéines).

Selon un article du mondeOn retrouve une bouillie de semoule de maïs dans les assiettes, fruits et ugali. Et après un exercice intense, le thé chai – avec un indice glycémique élevé – aide à accélérer la restauration des réserves de glycogène.

[Running Attitude, 2013, n° 135, juillet, p 60] (NDLA: voir Echos ntoi 6 et 7)

4. L’écart se creuse à nouveau

Le 28 septembre 2014, le Kenyan Dennis Kimetto a abaissé le record du marathon à Berlin de 26 secondes (2 h 02 ’57  »).

Depuis les années 1970, les experts prédisent que les femmes dépasseront les hommes sur 26,195 milles. Des physiologistes américains ont même annoncé dans la presse scientifique que les hommes les rejoindraient en 1998. En 1992 – au moment de leurs prévisions – les résultats des meilleures performances féminines en course d’endurance étaient de 14 ’16’ plus élevés dans le temps. »(11,25%) par rapport à ceux des champions masculins. Avec la phénoménale Paula Radcliffe, alors qu’au moment de son record du monde en 2003 en 2:15 ’25’ ‘l’écart se rétrécissait, Kimettos a récemment repoussé les femmes à 12’32’ ‘(10,1%).

[Running Attitude, 2014, n° 150, décembre, p 58]

5e record du monde – oracles impitoyables

Un débat aussi vieux que le monde avait rebondi en 1992 avec sa publication dans le magazine britannique très apprécié nature (2 janvier 1992), d’après une étude de Brian Whipp et Susan Ward, deux physiologistes américains. Sur la base des taux de développement des records du monde pour les femmes et les hommes de 1955 à 1992, les deux scientifiques de l’Université de Californie (UCLA) avaient déterminé que si la tendance à ce moment-là se poursuivait de la même manière, les femmes et les hommes courraient le marathon pendant 2 h 2 ‘1998 un record du monde égal pour les deux sexes. Le temps qui aujourd’hui en 2014 est d’environ 57 secondes plus bas que le record masculin par rapport aux prévisions de 1998 et 13 minutes 25 secondes pour les femmes! Dans le sport, comme ailleurs, il faut tourner la langue sept fois dans la bouche.

Par ailleurs, une équipe INSERM dirigée par le professeur Jean-François Toussaint, utilisant le modèle statistique, a déclaré en 2007 que 99% des limites sportives estimées avaient déjà été atteintes. D’ici 2027, près de la moitié de ces enregistrements auraient atteint 99,5% de leurs limites. Cela signifiait, par exemple, que le 100 mètres masculin de 9,74 secondes en 2007 atteindrait 9,67 secondes en 2027 et ne pourrait se déplacer que de quelques millièmes de seconde par la suite.

Sauf qu’Usain Bolt a chuté à 9,58 à Berlin en 2009! Cela montre simplement que les scientifiques, même de l’INSERM, peuvent se tromper.

[Running Attitude, 2015, n° 152, février, p 61]

6. Les hauts plateaux ne suffisent plus

Depuis des décennies, des experts physiologiques rapportent que, grâce à leur entraînement à haute altitude (2 000 à 3 000 m), les Kenyans ont dominé les hautes terres d’Afrique de l’Est de 3 000 m de courses d’obstacles aux marathons.

Les effets positifs de la diminution de la pression partielle d’oxygène due à l’altitude augmentant la production d’EPO endogène (naturelle) expliqueraient en grande partie la suprématie des Kenyans et des Ethiopiens dans les courses d’endurance. Outre le fait que depuis 2012, 43 de ces bipèdes ailés ont été détenus par la patrouille antidopage, certains d’entre eux avec des APE exogènes (artificiels). Pour contourner l’obstacle de l’oppression, certains n’hésitent pas à manipuler la distance. Voilà ce qu’est le quotidien L’équipe nous dit dans son numéro du 28 octobre 2015.

On résume: Julius Njogu, un Kenyan de 28 ans, a terminé deuxième du dernier marathon de Nairobi, frais comme un cafard et a ainsi récupéré les 6 340 euros associés à cet exploit. Sauf que notre homme n’a parcouru qu’un kilomètre de chemin! Disqualifié pour cette violation éthique, il a été immédiatement arrêté par la police pour fraude. Cela montre simplement que les Highlands ne sont pas un WordPress efficace contre la fraude.

[Running Attitude, 2016, n° 163, février, p 63]

7. La suspicion de dopage est omniprésente depuis des décennies

dans le Sport et vie N ° 29, daté d’octobre 1958, un écho indique que: «Le Russe Sergey Popov, extraordinaire vainqueur du marathon des derniers championnats d’Europe d’athlétisme, vient d’être mis en examen par le Yougoslave Franjo Mihalic. Ce dernier l’accuse d’avoir dopé à Stockholm. «  »

Ces quelques lignes contiennent plusieurs informations:

  • Les accusés de dopage sont très souvent les gagnants
  • La nationalité du gagnant est russe. Comme quoi ce n’est pas nouveau!
  • Le jeu de qualification « Extraordinary Winner » correspond au fait que Popov a atomisé le précédent record du Britannique James Peters de plus de 2 min 20 s en 2 h 15:17. Deux ans plus tard, il ne faudra qu’une petite seconde au célèbre éthiopien Abebe Bikila.

Ajoutons que la consommation de drogue de performance affecte tous les sports, de l’haltérophilie aux fléchettes, car elle est encouragée par la compétition elle-même, stimulée par la couverture médiatique.

[Running Attitude, 2017, n° 178, juin, p 70]

8. Un faux disque

Le Kenyan Eliud Kipchoge en 2 h 00 ’25’ est devenu l’homme le plus rapide sur 42.195 km le 6 mai 2017.

Mais sa course, orchestrée par Nike, ne s’est pas déroulée dans des conditions acceptables. Son temps record a été facilité par divers gains marginaux:

  • Parcours sur circuit plat (2,4 km) où se déroule chaque année le Grand Prix de Monza
  • Plusieurs équipes de lapins alternent à chaque tour, dont certaines sont très élevées: l’Éthiopienne Lelisa Desisa, Vice Championne du Monde 2013, et l’Érythréenne Zernesay Tadese, 3ee des 10000 m de 2004 et 2e des mondes 2009 sur la même distance.
  • Des ajouts d’éléments vortex aérodynamiques insérés au niveau du short, des manches des bras et des mollets, tous, bien entendu, sont illégaux.

L’équipementier Nike est l’inspiration et le chef de projet de cette grande opération marketing. Encore une fois, c’est le record à tout prix et non l’amélioration de la performance humaine qui est recherchée.

Rappelons que sur le marathon 2017, la limite n’est pas physiologique (moteur cardiovasculaire) mais mécanique (résistance aux chocs des structures ostéo-musculo-tendineuses des membres inférieurs).

[Running Attitude, 2017, n° 183, novembre, p 68]

9. Record sportif – une expression qui n’a plus de sens

Y a-t-il des limites aux enregistrements? Lors des championnats du monde d’athlétisme, la question se pose régulièrement: comment battre des records toujours considérés comme exceptionnels? Parce qu’en près de 120 ans – le temps d’un soupir au cours de l’évolution – il y a eu un boom des performances fantastique. Pourquoi ? Sept éléments de réponse. Différents facteurs, qui bien sûr varient en fonction des caractéristiques de chaque sport, peuvent intervenir: améliorations techniques, méthodes d’entraînement et de préparation, modifications biomorphologiques, équipements de haute technologie, sélection parmi une population plus large et meilleure. formation Divi, aspects psychologiques et drogues sur le podium en constante progression.

On l’a vu avec le pseudo-record du Kenyan Eliud Kipchoge de mai 2017, qui a parcouru la distance du marathon en 2 heures 00’25  », mais avec des conditions de course optimisées qui sont bien au-dessus de celles de ses prédécesseurs. Quelle que soit la spécialité sportive, on ne peut aujourd’hui parler que de la meilleure performance mondiale (MPM) et non d’un record. Il est clair que nous n’imposerons pas les chaussures de mer des athlètes des années 50 à celles d’aujourd’hui; Puisque nous ne pouvons pas juger de l’impact des médicaments de performance sur les disques anciens ou plus récents, avec MPM nous évitons l’éternel débat: faut-il réinitialiser les records ou pas?

[Running Attitude, 2018, n° 186, mars, p 66]



Source link

Recent Posts