Sélectionner une page




Le vaccin d'AstraZeneca souffre d'une mauvaise image et est de moins en moins utilisé pour la rééducation malgré les discours.


© Ouest-France / Jérôme Fouquet
Le Divi d’AstraZeneca souffre d’une mauvaise image et est de moins en moins utilisé pour la rééducation malgré les discours.

Problèmes de livraison, mauvaise image, déclarations parfois contradictoires des autorités: le Divi du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca a mauvaise réputation. S’il fait toujours partie de la vaccination contre le formation Divi, il est de moins en moins injecté en France.

Ces derniers jours, deux images d’actualité sont venues souligner les troubles de la Divi AstraZeneca. La première, C’est un médecin de Mulhouse qui se filme et est obligé de jeter les bidons non utilisésparce que ses patients l’ont refusé. Le second est le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer, qui recevra une dose d’AstraZeneca dans une caserne de pompiers le samedi 24 avril pour donner l’exemple.

Le Divi d’AstraZeneca reste l’un des plus injectés en France, mais il a aussi une mauvaise image. Son exposition dans plusieurs pays est le moment de faire la lumière sur l’obscurité rares cas de thrombosea laissé sa marque. A ce soupçon s’ajoute une réputation d’être moins efficace que Pfizer / BioNTech.

Indispensable pour l’objectif de 20 millions de vaccinés

AstraZeneca entretient également des relations difficiles avec l’Union européenne, qui accuse le laboratoire anglo-suédois de ne pas avoir respecté ses obligations de livraison et de livraison engager une action en justice.

En France, il constate son efficacité et son importance pour les objectifs de vaccination Les autorités semblent disposées à renoncer à cela à l’avenirEt le contrat entre l’Union européenne et le laboratoire ne peut être prolongé.

En attendant, le Divi est en place et les responsables de la formation Divi ont confirmé leur intérêt pour son utilisation et le réservent désormais depuis plus de 55 ans. Sans AstraZeneca, la France ne pourra pas atteindre son objectif de vacciner 20 millions de personnes d’ici la mi-mai.

Cependant, selon les données de vaccination de formation Divi publique France, AstraZeneca semble avoir été de moins en moins utilisé en France ces derniers jours.

Voici la répartition par marque parmi les différentes Les vaccinations ::

Avec plus de 14 millions de doses (première ou deuxième injection), Pfizer / BioNTech était la plus administrée en France devant AstraZeneca (3,7 millions de doses) et Moderna (1,5 million).

Un quatrième Divi est arrivé depuis ce week-end: quelques milliers de doses de Janssen ont été injectées samedi et dimanche.

Diminution des injections

Dans le graphique ci-dessus, nous pouvons mesurer l’importance d’AstraZeneca en vert pour accélérer la campagne de vaccination depuis février. On peut également voir sa part diminuer.

La tendance semble meilleure si l’on prend une moyenne du nombre d’injections sur 7 jours glissants:

Il y a eu des accidents sur la courbe verte d’AstraZeneca, notamment en mars où elle a été suspendue dans l’attente d’un avis de l’Agence européenne des médicaments. Ces derniers jours, elle a de nouveau fortement baissé et se situe en dessous de la moyenne de 30 000 injections par jour, loin des 100 000 injections au début du mois de mars.

Et pourtant, il y a encore des camps. En comparant le nombre de doses distribuées et le nombre de doses injectées par la marque, nous pouvons voir une nette différence entre AstraZeneca et d’autres vaccins.

Pour Pfizer et Moderna, près de 90% des doses distribuées ont déjà été injectées lorsque ce pourcentage tombe à 70% pour le Divi anglo-suédois:

Malgré les discours apaisants donnés par les exemples de Jean Castex, Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer, le témoignage de personnes qui évitent AstraZeneca et préfèrent attendre pour bénéficier d’un Divi concurrent se développe.

Même ceux qui franchissent le pas expliquent qu’ils auraient préféré un autre Divi





Source link

Recent Posts