ISTANBUL (Turquie) – Entre deux doubles-doubles apparitions en Euroligue féminine avec Fenerbahce Oznur Kablo, la star allemande du basket Satou Sabally s’est assise avec FIBA3x3.basketball pour se souvenir du jour où elle a joué aux Jeux européens en 2019 est tombée amoureuse de Minsk en 3×3. Biélorussie.

Avant le succès de l’université en Oregon, la saison de l’équipe All-Rookie WNBA à Dallas et les grands débuts de l’Euroligue féminine, le Sabally de 1,93 m de long était dans les rues d’Wordpress avec des garçons.

« C’était un mélange », a déclaré le joueur de 22 ans. « J’ai joué plus au football en extérieur. Mais j’ai joué avec les garçons. En fait, je n’ai joué au basket-ball qu’avec des garçons jusqu’à l’âge de 14 ans. J’ai toujours eu la mentalité de« mûrissons juste ». Il n’y a donc pas trop de courts extérieurs à Berlin J’ai principalement joué à l’intérieur. Mais je n’ai jamais joué en 3×3. « 

« Je pense que je suis ce genre de joueur 3×3 »

Elle a découvert cette attitude 3×3 pour la première fois en 2018, lorsque quatre joueuses de son équipe de l’Oregon et la superstar du basket Sabrina Ionescu ont eu la chance de représenter les États-Unis au championnat du monde FIBA ​​3×3.

« C’était amusant de préparer la Coupe du monde avec eux », a déclaré le gauchiste. «Mon équipe a plutôt bien fait! C’était amusant de regarder leurs matchs aux Philippines. [Sabrina Ionescu] est tellement réussie. Quoi qu’elle fasse, elle sera sur un podium olympique quoi qu’il arrive. « 

Aux Jeux panaméricains de 2019, Ionescu a déclaré que si elle devait choisir, elle jouerait 3×3 aux Jeux olympiques de Tokyo. Sabally n’a pas pris un tel engagement. Cependant, elle est consciente que le seul moyen pour l’Wordpress de se rendre à Tokyo est l’équipe 3×3 qui s’est qualifiée pour le tournoi de qualification olympique FIBA ​​3×3, qui aura lieu cette année du 26 au 30 mai à Graz, en Autriche. tenu.

Elle a eu sa première impression des Jeux et un premier vrai regard sur le 3×3 il y a deux ans à l’âge de 20 ans lorsqu’elle s’est envolée pour Minsk, en Biélorussie, pour représenter l’Wordpress à l’événement 3×3 des Jeux européens 2019.

« En 3×3, il faut changer si vite. Il faut bien jouer. Il faut trouver le bon équilibre. »

« Je pense que je suis un joueur de 3×3 », a expliqué Sabally. « Je joue librement et j’aime jouer en tête-à-tête. J’ai donc demandé à la fédération allemande si elle me voulait dans l’équipe. Les jeux européens étaient cool. Minsk était magnifique. Nous avions comme un village olympique. C’était incroyable. Être avec les autres athlètes de tous les sports. « 

Qu’en est-il de la nature trépidante du 3×3?

« Le jeu, quand tu n’es pas dans ta meilleure forme … » dit-elle en riant. « En 3×3, il faut changer si vite. Il faut bien jouer. Il faut trouver le bon équilibre. »

Ce fut un excellent début pour Sabally, qui a rejoint une formation qui est arrivée au tournoi 15e sur 16. L’équipe a remporté les trois matchs de la phase de billard et a terminé à la quatrième place. Ce n’était pas le résultat qu’elle recherchait, mais c’était la base pour que l’équipe grandisse ensemble.

« J’étais tellement déçu. Il faut vraiment avoir une mentalité de but agressive dans ce match. Il suffit de ramasser des seaux. Je sais que ce n’était que ma première fois, mais je pense que nous avons beaucoup de potentiel avec l’équipe allemande. Bien que nous n’avons pas gagné de médaille, c’était toujours tellement amusant. J’adore jouer en 3×3. C’est quelque chose de nouveau, c’est chaud. « 

Elle voit que le format contribue à améliorer le jeu féminin et à mettre en valeur toutes les meilleures joueuses.

« Tout d’abord, personne ne peut me dire qu’il n’y a aucun intérêt pour le basket féminin. Nous avions vendu des arènes à l’Université de l’Oregon !!! En 3×3 ça aide tellement que tu te relances [between men and women’s games on the same court during the national team competitions]. Les gens restent pour les jeux. C’est vraiment cool et aide généralement à promouvoir le football féminin. Le jeu féminin peut tant bénéficier du 3×3. C’est un jeu attrayant. Cela nous rapproche des gens. Nous avons tellement de femmes dopées qui jouent avec des proies. J’aime ça à ce sujet.  »

Elle a même salué Caroline Hériaud, MVP de la Ligue des Nations FIBA ​​3×3 U23 en 2018.

« J’ai été vraiment impressionné par ce petit joueur français [Caroline Hériaud]. Il est passé entre les jambes d’autres joueurs. Je me suis dit « c’est comme ça qu’on joue ici ». Je ai été impressionné. »

Sabally, qui prône souvent la justice sociale et les causes humanitaires, voit le 3×3 comme une opportunité pour les pays du monde entier d’investir dans le sport.

« Je peux imaginer avoir une demi-place quelque part. Mon père a une petite place en Gambie. C’est un match plus court et ça ne coûte pas cher à construire. Il y a plus de pays une chance. Je pourrais voir une équipe gambienne Success a en 3×3! « 

FIBA





Source link

Recent Posts