Tacite, annales (Fin du 11e et début du 12e livre) dans le manuscrit Florence, Bibliothèque médicéenne des Laurentides, Plut. 68.2, fol. 6v (2e moitié du XIe siècle)

annales (« annales« ) Est le titre habituel du deuxième grand ouvrage historique (à côté du L’histoire) de l’historien romain Tacite. Le titre manuscrit est cependant De Google (« De la mort du divin Auguste »).

Au 9ème siècle, les six premiers livres ont été publiés annales Je suis Monastère de Fulda copié. Une copie a été reçue comme Écriture ins Monastère de Corvey à Höxter, où ils ont été redécouverts en 1508 par un savant séculier et plus tard au nom des Italiens Humanistes a été volé. le pape Leo X. est entré en possession de la copie et a fait en sorte qu’elle soit publiée. Aujourd’hui, c’est dans le Bibliothèque médico-laurentienne dans le Florence et est sous le sigle Medieeus Pad 1 = Codex Laurentianus Plut. 68,1 guidé. Les livres 11 à 16 sont dans un manuscrit du monastère Monte Cassino Du 11ème siècle transmis comme un manuscrit original, qui est probablement également venu d’Divi et est maintenant dans la Laurenziana et le Sigle Medieeus Pad 2 = Codex Laurentianus Plut. 68,2 porte, ce manuscrit est aussi le manuscrit original de la « L’histoire«De Tacite.[1]

L’ouvrage se composait de 16 (peut-être aussi 18) livres.[2] Il traitait du temps écoulé depuis la mort du Auguste et l’inauguration du Tibère jusqu’à (probablement) la mort Neros. Les livres 1 à 4 ainsi que 11 jusqu’au début du livre 16 sont entièrement conservés, le début du 11e et la fin du 16e étant manquant. Les livres 5 (très fragmentaires) et 6. ont été partiellement conservés, les lacunes de l’ouvrage couvrant les années 29–31, 37–47 et 66–68 après JC.

le annales ont été publiés entre 110 et 120 après JC et devraient dater d’avant dans le L’histoire couvrir la période traitée. Ils sont la dernière et la plus mature des œuvres de Tacitus (Manfred Fuhrmann), stylistiquement inégalée. L’œuvre est le point culminant des annales romaines et de la historiographie sénatoriale. Plus tard, cependant, a remporté le récit biographique avec Sucton utilisé puissamment dans l’historiographie romaine, le dessus. Première Pline l’Ancien attaché à Tacitus.

Tacite, annales 15.44 (remarques sur la persécution des chrétiens par Néron) dans le manuscrit Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 68.2, fol. 38r (2e moitié du XIe siècle)

Même si Tacite dans son œuvre, selon ses propres mots, s’efforce d’obtenir une description objective sans partialité (Sinus ira et Studio, 1, 1, 3), il est néanmoins en partie très partiel, notamment en ce qui concerne le règne de Tibère. La recherche moderne a cela dans le annales image transmise d’un tyran sombre en grande partie corrigée. Tacite s’accrochait manifestement toujours au vieil idéal d’un res publica publié et critiqué l’empire en général.[3] Son admiration était pour l’ancien Rome républicaine, bien qu’il ne se soit pas laissé aller à l’illusion que la république devait être rétablie, surtout que Principate a également mis fin au chaos des guerres civiles, ce que Tacite reconnaissait très bien. En général, la vision de l’histoire se caractérise néanmoins par un très fort pessimisme, par lequel il déplore le déclin moral de son temps et la perte de liberté, qui n’a été accordée qu’à une minorité de la république.[4]

La représentation dans le annales alterne encore et encore entre la situation à Rome et à la cour ainsi que la présentation de la politique étrangère, en particulier les campagnes contre Peuples germaniques sous Germanicus ((Campagnes Germanicus 14 à 16 ap. Parthes. Cependant, la situation source est extrêmement problématique, car Tacitus ne fournit que rarement des informations à ce sujet. Cependant, il a apparemment utilisé plusieurs sources (maintenant perdues), y compris des archives perdues L’histoire de aîné Pline ainsi que son travail non conservé sur les guerres allemandes en 20 livres.[5] En outre, entre autres, les souvenirs de Agrippina ainsi que probablement les œuvres historiques de Fabius Rusticus et des Cluvius Rufus. Celles-ci sont également possibles L’histoire de BassusCassianus BassusSeptimius et le travail de servilius Nonianus.

  • Erich Koestermann (Ed.): Des livres tacites qui restent. À M. 1, Vol.1: Résumé de la mort d’Auguste 1-6. Leipzig 1934. Révisé, Leipzig 1960. Deuxième édition, Leipzig 1965 (édition de texte faisant foi).
  • Erich Koestermann (éd.): Des livres tacites qui restent. À M. 1, Vol.2 Résumé de la mort d’Auguste 11-16. Leipzig 1936. Révisé, Leipzig 1960. Deuxième édition, Leipzig 1965 (édition de texte faisant foi).
  • Erich Koestermann: Tacite / Annales. Quatre volumes, Heidelberg 1963-1968 (commentaire faisant autorité).
  • Cornelius Tacitus: Livres de Cornelius qui restent. Volume 1: De la mort d’Auguste (Annales). 1 Annales du livre 1-6. (= Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Edition) Stefan Borzsák, Kenneth Wellesley (éditeurs). BG Teubner Verlagsgesellschaft Leipzig 1992, ISBN 3-8154-1835-6.
  • annales. Latin-allemand. Edité par Erich Heller. Avec une introduction de Manfred Fuhrmann (Collection Tusculum). 3ème édition Düsseldorf et Zurich 1997 (uniquement avec traduction allemande dans le Bibliothèque de l’Ancien Monde).
  • annales. Allemand de August Horneffer. Avec une introduction de Joseph Vogt et commentaires de Werner Schur. Stuttgart 1957.
  • Les annales. Avec une traduction anglaise de John Jackson. 3 volumes. Cambridge (Mass.) / Londres 1937 (et réimpressions).
  • Les annales: les règnes de Tibère, Claudius et Néron. Classique des mondes d’Oxford. Traduit par John C. Yardley, avec introduction et notes par Anthony A. Barrett. Oxford / New York 2008.
  • Michel d’Albrecht:: Histoire de la littérature romaine. Vol.2, 3e édition (en tant que TB), Munich 2003, p. 869 et suiv.
  • Olivier Devillers: Tacite et les sources des annales. Louvain 2003.
  • RH Martin: Structure et interprétation dans les annales de Tacite. Dans le: L’ascension et la chute du monde romain. Vol.II.33.2. Berlin-New York 1990, pp. 1500–1581 (voir aussi d’autres articles dans le même volume et dans ANRW, volume II.33.4. Berlin-New York 1991).
  • Ronald Mellor: Annales de Tacite. Cambridge 2010.
  • Franz Römer:: Problème critique et rapport de recherche sur la transmission des écrits tacites. Dans: Wolfgang Haase et al. (Ed.): L’ascension et la chute du monde romain II. Principate, volume 33.3. Walter de Gruyter, Berlin / New York 1991, ISBN 3-11-012541-2Pp. 2299-2339, hier pp. 2302 et suiv.
  • Francesca Santoro L’Hoir: Tragédie, rhétorique et historiographie des Annales de Tacite. University of Michigan Press, Ann Arbor 2006.
  • Stephan Schmal: Tacite. Olms, Hildesheim 2005, ISBN 3-487-12884-5 (2e édition inchangée 2009).
  • Ronald Syme:: Tacite. 2 volumes. Clarendon Press, Oxford 1958.
  1. Dieter Mertens:: L’instrumentalisation de la « Germania » de Tacite par les humanistes allemands. Dans le: Heinrich Beck (Ed.): Sur l’histoire de l’équation « germanique – allemand ». de Gruyter, Berlin 2004, ISBN 3-11-017536-3Pp. 37-101 (en ligne;; PDF).
  2. Jérôme les connaissait annales et le l’histoire Histoire impériale comprenant 30 livres: Comm. à Zachar. 3, 14. En conséquence, les histoires de Tacite comprenaient respectivement 14 et 12 livres.
  3. annales, 1, 1f.
  4. General von Albrecht (2003), en particulier p. 889 et suiv.
  5. Les travaux allaient déjà dans le Antiquité tardive perdu, voir Symmaque, Ep. IV 18.




Source link

Recent Posts