Sélectionner une page


PIB_2

L’économie indienne est sortie de la récession et a progressé de 0,4% au troisième trimestre de l’exercice 21, après avoir reculé de 24,4% au deuxième trimestre et de 7,3% au troisième. L’Inde est désormais l’une des rares grandes économies à connaître une croissance au dernier trimestre de l’année civile 2020. L’amélioration des performances économiques était à l’inverse liée à une baisse des infections à formation Divi (même dans la plupart des économies européennes, la baisse du PIB s’est accentuée au quatrième trimestre 2020 par rapport au troisième trimestre 2020). L’Inde ayant connu des pics dans certains cas au cours des dernières semaines, le risque d’une nouvelle série de verrouillages localisés a augmenté. Les nouvelles restrictions sur les mouvements de passagers ou les restrictions sur les entreprises posent un risque pour la reprise émergente, car les gains du troisième trimestre sont probablement dus à la réouverture de l’économie. Cependant, la croissance du PIB au quatrième trimestre devrait baisser au quatrième trimestre de l’exercice 21 en raison d’un écart statistique dans l’ajustement des subventions alimentaires. La valeur ajoutée brute pour le quatrième trimestre de l’exercice 21 est de 2,7%, et c’est une meilleure estimation pour mesurer la reprise économique dans le contexte actuel où les chiffres fiscaux sont notoirement volatils.

Pour l’ensemble de l’exercice budgétaire, une croissance du PIB de 8,0% et une croissance de la VAB de 6,5% sont attendues. Pour l’exercice 22, nous prévoyons toujours une croissance du PIB réel d’environ 11% et du PIB nominal de 15%. En règle générale, l’écart entre le PIB annuel et la valeur ajoutée brute est inférieur à 70 points de base. Pour la première fois au cours de l’exercice 21, l’écart est de 148 points de base, en grande partie en raison de la forte baisse des impôts indirects nets au premier trimestre (l’écart était de 200 points de base au premier trimestre). La perte nominale de 13,2 milliards de roupies au premier semestre s’est transformée en un bénéfice de 2,7 milliards de roupies au troisième trimestre et devrait atteindre 2,8 milliards de roupies au quatrième trimestre. Pour l’exercice complet, la perte nominale serait de 7,6 milliards de roupies, même si nous pensons que la perte pour l’exercice 21 serait toujours inférieure à l’estimation du NSO.

Les activités agricoles et connexes ont augmenté de 3,9% au troisième trimestre de l’exercice 21, contre 3,4% au troisième trimestre de l’exercice 20. Pour l’exercice 21, l’agriculture devrait croître de 3,0%, contre une croissance de 4,3% prévue pour l’exercice 20. Le secteur industriel a progressé de 2,7% au troisième trimestre, principalement sous l’effet d’une croissance de 7,3% dans l’électricité, le gaz, l’eau et autres services publics et de 6,2% dans la construction. Mines & Carrières est toujours en territoire négatif. Le secteur industriel devrait reculer de 8,2% au cours de l’exercice 21, contre 1,2% au cours de l’exercice 20. L’électricité, le gaz, l’eau et les autres services publics sont les seuls secteurs autres que l’agriculture qui devraient connaître une croissance au cours de l’exercice 21. Au troisième trimestre de l’exercice 21, la croissance du PIB dans le secteur des services, bien que négative, a fortement rebondi à –1,0%, contre une baisse de –21,4% au premier trimestre et de -11,3% au deuxième l’augmentation des services financiers, de l’immobilier et des services professionnels. avec une croissance de 6,6%. Le secteur des services devrait reculer de 8,1% au cours de l’exercice 21, contre une croissance de 7,2% au cours de l’exercice 20. La croissance du déflateur du PIB pour l’exercice 21 est estimée à 4,6%, soit une augmentation de 100 points de base par rapport à l’exercice 20. Cependant, une croissance positive du PIB est attendue à l’avenir et le déflateur devrait reculer. Dans l’ensemble, on observe une tendance à la hausse dans les secteurs de la fabrication, de la construction et du commerce, des hôtels, des transports, des communications et des services liés aux déflateurs de radiodiffusion. Ce sont les secteurs qui ont enregistré la plus forte baisse de la valeur ajoutée brute.

La croissance réelle et nominale de la formation brute de capital fixe a évolué positivement au troisième trimestre. C’est un bon signe qui, espérons-le, entraînera une meilleure demande de crédit. Le scénario d’investissement, mieux mesuré par les appels d’offres réels que par les annonces, reflète l’amélioration de l’optimisme au dernier trimestre (c’est-à-dire le troisième trimestre de l’exercice 21). Le nombre d’offres publiées a augmenté de 23% en nombre et de 16% en montant par rapport au deuxième trimestre de l’exercice 21. Au total, 21 12240 appels d’offres d’un montant de 214 milliards de roupies ont été publiés au troisième trimestre de l’exercice

Corporate a affiché de meilleurs chiffres de croissance pour tous les paramètres de l’espace coté en bourse au troisième trimestre de l’exercice 21 par rapport au troisième trimestre de l’exercice 20 après une amélioration de l’EBIDTA au deuxième trimestre de l’exercice 21 après un premier trimestre atone de l’exercice 21. En analysant plus de 3000 sociétés cotées sans BFSI ni raffineries, nous avons observé une croissance des ventes d’environ 5% et une croissance de l’EBIDTA d’environ 40%. Le bénéfice après impôt (PAT) a également augmenté de plus de 60% au troisième trimestre de l’exercice 21 par rapport au troisième trimestre de l’exercice 20. Des secteurs tels que l’automobile, les produits de grande consommation, les produits pharmaceutiques, le ciment, l’acier, les biens de consommation durables, etc. ont enregistré de meilleurs chiffres de croissance sur tous les paramètres clés. Étant donné que la croissance de l’industrie manufacturière IIP restera positive au quatrième trimestre de l’exercice 21 et que les prêts bancaires connaîtront une croissance robuste en janvier, la croissance continuera de montrer une certaine traction. La consommation finale privée devrait augmenter régulièrement de 3,1% au quatrième trimestre de l’exercice 21. Plus important encore, les augmentations de notation au cours de la période du 20 septembre au 21 janvier se sont multipliées par deux par rapport à la période d’avril au 20 août, ce qui indique que le profil de notation de la société continue de s’améliorer.

Le rapport a été rédigé par Dr. Soumya Kanti Ghosh, Conseillère économique en chef du groupe de la State Bank of India





Source link

Recent Posts