Sélectionner une page


Wikimedia Commons / Division des estampes et des photographies du Département américain de la guerre Bibliothèque du Congrès

Chaque écrivain blanc qui est allé en France a un essai, un traité, un roman ou un recueil de poèmes sur le pays. C’est pratiquement un rite de passage. Mais Paris n’a pas cessé d’exister lorsque Hemingway en a fini avec elle. Il y a d’innombrables écrivains noirs qui ont émigré en France et qui ont écrit sur le pays avec autant de perspicacité et d’habileté. Donc, si vous voulez comprendre ou vivre l’expérience d’expatrié, il est temps que vous commenciez à lire sur l’autre côté. (Pensez également à acheter auprès d’un Librairie appartenant à des Noirs, aimer Librairie Sisters Uptown à New York, Livres en acajou à Washington DC ou Livres Black Pearl à Austin.)

James Baldwin

Par où commencer mais avec James Baldwin? L’écrivain né à Harlem a déménagé à Paris au milieu du XXe siècle à l’âge de 24 ans pour échapper au racisme et aux préjugés auxquels il était exposé en Amérique. Outre des œuvres comme Allez le dire sur la montagne et Notes sur un fils indigène, est l’une des lectures incontournables de Baldwin La chambre de Giovanni, un roman quasi-autobiographique sur un jeune homme noir qui traite avec un bel Italien à Paris, et l’une des œuvres phares de la fiction queer noire.

La publicité

Richard Wright

Richard Wright, l’un des contemporains de Baldwin, a grandi dans le sud des États-Unis mais a passé les 14 dernières années de sa courte vie à Paris. Bien que la plupart de ses écrits (fortement inspirés par des amis comme Jean-Paul Sartre et Albert Camus) se concentrent sur le sort des Noirs américains aux États-Unis, tels que: Fils local et Garçon noirIl a écrit des articles moins connus sur les voyages et l’expatriation en tant qu’homme noir. Surtout l’essai, « Je choisis l’exil » dans lequel il écrit: « Il y a plus de liberté dans un bloc carré de Paris que dans tous les États-Unis d’Amérique! »

Janet McDonald

Janet McDonald ne voulait pas devenir l’un des meilleurs écrivains pour jeunes adultes et enfants de ces dernières années. Elle est venue en France pour travailler comme avocate dans un cabinet d’avocats parisien et s’y est installée définitivement pour écrire une collection de romans acclamés par la critique pour jeunes adultes. Vos mémoires, Fille de projetRaconte comment elle est passée des projets de Brooklyn aux Champs-Élysées et à son roman de 2003 Rebondissements est dédié à: « A Paris, où je suis devenu possible. »

Jake Lamar

Jake Lamar est né dans le Bronx, formé à Harvard et formé en tant qu’écrivain pour Time Magazine. Il vit à Paris depuis 1993 et ​​écrit, entre autres, des thrillers et des romans policiers dans la capitale française. Rendez-vous dix-huitième et Esprits de Saint-Michel. En 2013, sur les traces de ses prédécesseurs, il a même écrit une pièce intitulée Frères en exilsur la relation entre James Baldwin, Richard Wright et Chester Himes à Paris au milieu du siècle.

Léopold Sédar Senghor

Bien que sénégalais, Léopold Sédar Senghor était un expatrié aussi influent et francophile que n’importe quel Américain de cette liste. Il a été l’un des principaux théoriciens derrière le concept de «négation», une philosophie qui vise à cultiver la «conscience noire» dans la diaspora africaine. Il a été le président du Sénégal, le premier Africain à être élu à l’Académie française, et un survivant des camps de concentration nazis en tant que soldat français pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais c’était aussi un poète qui nous a donné des collections comme Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache en français, Hôtes noirs, et Nocturnes.

Monique Y. Wells

Monique Y. Wells vit à Paris depuis plus de deux décennies et c’est à travers son organisation que Fondation internationale Wells. Elle est écrivain pour Bonjour Paris et le co-fondateur de Entrée au Black Parisqui organise des visites à pied à Paris axées sur l’histoire des Noirs et des Afro-Américains. Elle est co-auteur de Réflexions de Paris: Promenades dans le Paris afro-américainainsi que l’auteur de l’anthologie du livre électronique, Profils parisiens noirs.

Gordon Heath

L’acteur et musicien américain Gordon Heath est peut-être l’Othello le plus célèbre de mémoire d’homme, et sa carrière l’a finalement amené à Paris, où il a passé les 30 dernières années de sa vie à chanter à L’Abbaye et à faire des tournées en Europe. En 1992, peu de temps après sa mort, un livre sur sa vie de jet set a été publié avec le titre Les racines sont profondes: les souvenirs d’un expatrié noir. La première section du titre provient de la pièce de théâtre de Broadway qui a fait le succès de Heath en 1945, sur un soldat noir de la Seconde Guerre mondiale qui retourne dans son pays natal dans le sud et constate que peu de choses ont changé.



Source link

Recent Posts