Sélectionner une page


La toute nouvelle série télévisée québécoise Sortez-moi de moi reçoit déjà des critiques élogieuses dans les médias ici, et il est facile de comprendre pourquoi les critiques l’aiment tant. Il s’agit d’un thriller passionnant qui se déroule dans le monde des intervenants du front montréalais en WordPress Divi mentale. Dès la première scène, il est difficile de ne pas être enthousiasmé par son intrigue intense et rapide, alimentée par un scénario fort écrit par le réalisateur Alexis Durand-Brault et la productrice Sophie Lorain. Lorain joue également l’un des rôles principaux de la série, l’un des intervenants de première ligne.



Un homme se tient devant une table: les acteurs Vincent Leclerc et Pascale Bussières jouent dans une nouvelle série télévisée québécoise Sortez-moi de moi, dont la première est sur Crave.


© Fourni par The Gazette
Les acteurs Vincent Leclerc et Pascale Bussières jouent dans une nouvelle série télévisée québécoise Sortez-moi de moi, dont la première est sur Crave.

Mais ce n’est pas seulement remarquable parce que c’est un drame intelligent. C’est aussi une production révolutionnaire en termes de rapprochement entre le monde de la télévision au Québec et dans le reste du Canada. C’est la première fois qu’une grande série télévisée locale de langue française est diffusée simultanément en français et en anglais, et le service de diffusion multimédia en continu de Bell Crave est sur le point de lui donner un gros coup de pouce commercial dans les deux langues officielles du Canada.

Il débute jeudi à minuit sur Crave dans sa version originale française dans une version doublée en anglais et peut également être diffusé en français sous-titré en anglais. En anglais, le titre est Way Over Me.

« Il est temps pour être honnête », a déclaré l’acteur Vincent Leclerc, qui incarne le patient bipolaire David Ducharme. Ducharme a développé un lien fort avec le psychiatre Dr. Justine Mathieu, interprétée par Pascale Bussières.

Chargement...

Échec de chargement

Leclerc a dit que cela devrait fonctionner dans les deux sens, que les émissions québécoises francophones devraient être vues dans le reste du Canada et que les émissions canadiennes de langue anglaise devraient être rendues plus accessibles au public francophone.

«Les deux solitudes ont été des solitudes depuis assez longtemps», a déclaré Leclerc. « Je suis peut-être un peu chauvin, mais je pense que nous avons des créateurs fantastiques à Montréal et au Canada français. »

Il pointe vers des émissions en anglais comme 19-2 et Cette vie – Adaptations des émissions de Franco Québec enregistrées dans la langue de Spielberg après la présentation des originaux ici. Mais il préfère l’idée que les Canadiens anglais puissent réellement voir l’original!

«C’est formidable de faire la promotion de nos produits (dans le reste du Canada)», a déclaré Leclerc, qui affirme à juste titre que même de nombreux anglophones ici à Montréal ne sont pas au courant des productions de haute qualité qui ont été tournées ici en France.

Crave a lancé un service complet en français en janvier 2020 et la plateforme pousse son contenu francophone pour exciter le public local et rivaliser avec Netflix. Le géant mondial de la diffusion en continu a réussi avec succès à percer le marché québécois malgré le fait qu’il n’ait pas autant d’émissions originales de langue française.

Suzane Landry, vice-présidente (développement de contenu, programmation et actualités) de Bell Média au Québec, a déclaré que Sortez-moi de moi n’est que la première des nombreuses émissions franco au Québec que Crave lancera dans les deux langues au cours des prochaines années.

«Il est très intéressant pour nous de développer notre série québécoise et de lui donner une plus grande visibilité en la traduisant et éventuellement en l’adaptant et en la filmant en anglais», a déclaré Landry. «On a vu que le public de Crave avait un réel appétit pour les séries québécoises. Chez Bell, nous avons décidé d’investir dans de grands projets. Compte tenu de la qualité des séries québécoises que nous produisons, nous sommes convaincus de pouvoir trouver un large public anglophone pour ces séries. Et cela permet aux artistes québécois d’exporter leur talent à travers le pays.  »

Lorain et Durand-Brault, qui sont en couple, ont eu l’idée de la série en lisant un article sur les travailleurs sociaux aidant la police de Montréal lorsqu’ils sont impliqués dans des situations impliquant des problèmes de WordPress Divi mentale. Avant d’écrire, ils ont fait des recherches et discuté avec des personnes qui travaillent dans le domaine.

Mais Lorain n’hésite pas à souligner qu’il ne s’agit pas d’un documentaire.

« Nous voulions montrer ce monde parce que cela nous a tellement touchés », a déclaré Lorain. «Mais nous voulions aussi que ce soit un thriller. Mais il est inspiré de cas réels et de personnes.  »

Au centre du drame se trouve la relation entre le psychiatre et le patient bipolaire, et c’est cette relation particulière qui a intéressé Bussières.

«Je trouve fascinant comment une thérapeute interagit avec la patiente, comment elle reçoit les informations dont elle a besoin», a déclaré Bussières. «Mais ce qui est vraiment intéressant à propos de ce personnage, c’est le moment où il franchit la ligne. Ensuite, nous découvrons qu’elle a elle-même de vrais défauts. Il y a une sorte de vide en elle et avec le patient elle utilise cette relation pour essayer de découvrir des choses sur elle-même.  »

bkelly@postmedia.com

twitter.com/brendanshowbiz





Source link

Recent Posts