Sélectionner une page


apothéose ((Latino:: apothéose, greco:: ἀποθέωσις) Ö Deificazione (Latino: déificatio) signifie «déification» ou plus généralement «glorification», généralement comprise à un niveau Divin Ö semi-divin.

Dans la mythologie grecque, nous parlons d’apothéose lorsqu’un être divin descendu temporairement sur terre retourna dans sa demeure céleste, ou lorsqu’un homme devint un héros après la mort ou même dans la vie.[1]. Je suis un exemple Diomède, je Dioscures, Eracle e Asclépios. Les Grecs croyaient souvent que les fondateurs des villes terminaient leur vie terrestre par une apothéose et recevaient donc des honneurs similaires à ceux payés à la divinité.[1].

Je termini apothéose e Deificazione Ils sont également utilisés pour désigner le dans le Rome antique, dans lequel un empereur Il a été reconnu comme une divinité, généralement après décès. L’utilisation a ensuite été adoptée pour afficher une représentation typique artistique de la gloire.

Le premier terme vient du verbe grec ἀποθεόω ((apotheoo) signifiant « rendre parmi les dieux » alors que ce dernier est de même une combinaison des termes latins Dieu (« il y avait ») faire (« fais »). Les deux désignent donc un acte par lequel l’état divin de quelqu’un ou de quelque chose est reconnu. Dans la mythologie grecque, le demi-dieu était le premier mortel à monter au ciel après la mort Ercole. Son âme tandis que le corps est empoisonné par le sang Centaure Nessus elle fut brûlée sur un bûcher, elle fut apportée à l’Olympe par Athéna à la demande de son père Zeus, où elle fut accueillie parmi les dieux.

L’apothéose d’un Empereur romain C’était essentiellement un acte politique du successeur de l’empereur. Ce processus impliquait la création d’une image de cire de l’empereur richement habillé et assis, qui a été exposée en public pendant quelques jours. Après ça il a été brûlé sur un Bûcher funéraire pour la crémationsymbolise l’ascension vers chéri. La première étoile historique était Romulusqui est devenu Quirino après sa mort légendaire.

La tradition a commencé avec la déclaration de sénat la déification de Jules César après son meurtre à 44 aC, un acte qui a choqué l’opinion publique à Rome. Lorsque Augusto Il mourut 58 ans plus tard et reçut des prix similaires. Cela a fait de lui un modèle pour les futurs empereurs. Le but de la loi était de renforcer la majesté du bureau impérial et d’associer immédiatement l’empereur au pouvoir à un prédécesseur célèbre. Par exemple quand Septime Sévère Retourner Didio Giuliano Prenez le pouvoir dans le 193favorisé l’apothéose de Pertinacequi avait régné avant Julian. Cela a permis à Severus de se présenter comme l’héritier et le successeur de Pertinax, même si les deux n’étaient pas liés.

L’apothéose n’était pas un processus automatique, du moins au début de l’ère impériale. Les empereurs dont leurs successeurs n’aimaient pas se souvenir ou qu’ils n’aimaient pas n’étaient généralement pas idolâtrés. Par example, Caligola e Néronqui étaient considérés comme des tyrans par de nombreux contemporains et dont les règnes se terminaient violemment, n’ont pas été idolâtrés après leur mort. Cest ce qui est arrivé Eliogabalo, Obtenir un, Caracalla, Piste Massimino e Domiziano. De rien, également assassiné et condamné à Damnation de la mémoire Cependant, il a été réhabilité par pour sa cruauté, son autocratie et son extravagance Septime Sévère chercher la faveur de la famille survivante Marc Aurèle (Père de Commodus); en un an, il a ensuite été tué à juste titre par un ennemi de l’État, selon le Sénat, dans l’État de Veuillez ouvrir.

Les empereurs idolâtrés ont été nommés avec la nomination de Divus, un titre qui a précédé tous leurs noms. En effet, Claudio il était appelé Claudius. Ce mot est souvent traduit par «Dieu» (d’où «Claudius le Dieu»), mais c’est incorrect; Une meilleure traduction serait «divine» (d’où «le divin Claudius»), un terme plus facile que les intellectuels romains pourraient accepter comme métaphorique. Dans l’empire tardif, cet honneur était automatiquement associé aux empereurs morts jusqu’à ce qu’il devienne presque synonyme de l’expression moderne «était» (comme «feu Claudius»). Le fait que Divus avait perdu une grande partie de sa signification religieuse, cela peut être compris du fait qu’il a également été attribué aux premiers empereurs chrétiens après leur mort (par ex. Empereur Constantin).

Lorsque l’apothéose est devenue une partie de la vie politique romaine dans la république tardive et au début de l’empire, elle a commencé à être traitée dans des contextes littéraires. En faisantEnvie, Virgilio montre la déification de Eneaet dit qu’il est accompagné sur les escaliers du paradis et cite l’apothéose de Jules César. de même ovide décrit l’apothéose de César dans le livre XV de métamorphose et attend la glorification de Ottaviano.

Le concept d’apothéose a été parodié par Lucio Anneo Seneca dans son APOCOLOCYNTOSE Divine Claudius ((La courgette de l’empereur Claudius), dans lequel Claudius se transforme non pas en dieu, mais en un citrouille. Ce travail satirique se moquait non seulement du fait que Claudius notoirement maladroit et mal parlé pouvait être une divinité, il montrait également un certain manque de respect pour l’idée du culte du dirigeant, au moins parmi les classes éduquées de Rome, ou plus probablement de Sénèque. haine de Claudio, sa femme qui avait construit Temple du divin Claudiuset lui a payé un culte public.

Divas et divas[modifica | modifica wikitesto]

Remarque: la date entre parenthèses fait référence à date d’anniversaire, le jour de la célébration de chaque étoile impériale, comme indiqué dans les calendriers romains tardifs.

De Diocleziano e MaximienLes empereurs commençaient généralement à s’idolâtrer dans la vie (quelque chose que Caligula, Domitien, Septime Sévère et Aureliano avaient déjà essayé) et adoptaient les titres de Seigneur et Dieubien que la véritable apothéose n’ait été réalisée qu’après la mort. Dioclétien est le dernier empereur à être honoré de cette cérémonie et d’un culte posthume qui lui est dédié.

Mais Constantine n’a pas été nommé une star Isapostolo;; Sauf pour les Gentils, les successeurs avaient le même titre Giuliano. Teodosio I. En 380, il interdit les cérémonies païennes.

Au 4ème siècle après JC, avec l’achèvement des rites païens, la cérémonie d’apothéose a également été interrompue. Il a été remplacé par le titre d’Isapôtre dans la vie et parfois de sanctification après la mort de certains empereurs particulièrement méritants pour l’Église catholique ou l’Église d’Orient comme le premier empereur chrétien. Costantino, sa mère Flavia Giulia Elena, le couple impérial Elijah Pulcheria e Marciano, Teodosio I., Giustiniano I. avec sa femme Théodora, l’impératrice régnante Irène d’Athènes, le régent Teodora Armena et plein d’autres Empereur byzantin.

L’apothéose de George Washington

L’importance politique et religieuse a cessé après la disparition de l’Empire romain, mais l’apothéose est restée l’un des typiques représentations artistiques la gloire posthume des saints, des rois, des artistes, des héros ou des personnages célèbres. Typiquement, dans ce sens, le sujet glorifié est représenté dans l’acte d’être élevé au ciel. Les artistes ont utilisé le concept pour des raisons allant du véritable respect pour le défunt (comme dans la fresque de Costantino Brumidi L’apothéose de George Washington sur le Dôme du Capitole des États-Unis à Washington, ou dans la fresque de Andrea Appiani avec l’apothéose de Napoléon au palais royal de Milan), le commentaire artistique (l’apothéose d’Homère de Salvador Dalí) à l’effet comique.



Source link

Recent Posts