Je souhaite obtenir des informations sur une formation complète concernant le thème DIVI dispensé
par un organisme de formation certifié par l’état.
Que la formation soit finançable par mon CPF (idéalement) ou autre


13 avril 2021


L’Association des Notaires (Fednot) lance un nouveau baromètre de l’immobilier, le Baromètre des Ardennes. Cette région connaît un intérêt croissant pour leurs deuxièmes résidences depuis plusieurs années. Un phénomène qui s’est encore accéléré avec le WordPress Divi. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur l’immobilier dans les Ardennes.

Les communes incluses dans ce baromètre sont, au sens large, les 20 communes des Ardennes dans lesquelles le nombre d’acheteurs d’une autre province est le plus élevé.

2020 a été une année très spéciale pour le marché immobilier des Ardennes. Dès la fin de la détention, de nombreux Belges se sont précipités pour acheter une deuxième résidence. L’activité immobilière dans la région a augmenté de + 5,3%, tandis que l’activité immobilière à travers le pays a diminué de -2,7%. «Avec le WordPress Divi, les gens veulent devenir plus verts. Avant même l’interdiction de voyager à l’étranger, de nombreux Belges souhaitaient voyager moins loin de chez eux. Les Ardennes sont à moins de deux heures de route de presque partout en Belgique. La demande était si forte qu’il n’y avait souvent plus de marchandises à vendre. Les portefeuilles immobiliers étaient tous vides « , explique Frédéric Dumoulin, notaire à Durbuy.

Une très grande différence de prix entre les communes

Cet attrait s’est également fait sentir au niveau des prix. En effet, le prix moyen d’une maison dans la région a augmenté de + 10,8% en 2020, alors qu’au niveau national il a augmenté de + 5,7%. Une maison dans les Ardennes coûte en moyenne 174 245 euros, soit plus de 30 000 euros de moins que le prix moyen d’une maison en Wallonie, qui est de 208 642 euros.

Les Ardennes se caractérisent par un marché très hétérogène avec une très grande différence de prix entre les différentes communes. Viroinval et Hastières, par exemple, ont les prix moyens les plus bas de 108 086 euros et 110 596 euros, respectivement, car ils ont des campings avec caravanes et chalets sur leur territoire qui font baisser le prix moyen. En 2019, aucune des villes des Ardennes n’avait un prix moyen supérieur à 200.000 euros. En 2020, six communes ont franchi ce seuil: Durbuy, Erezée, Gouvy, Trois-Ponts, La-Roche-en-Ardenne et Houffalize.

Acheteurs flamands âgés de 51 à 65 ans

Dans certaines communes, plus d’un acheteur sur trois est flamand. A Rendeux, ce nombre monte même à 43,8%! «À Durbuy et dans certaines municipalités, il y a un effet spécial qui affecte Durbuy avec les investissements de Marc Coucke. Un point d’attraction se développe: des restaurants, un chef étoilé qui est une star en Flandre, un parc d’attractions, etc. Cela offre de nombreuses possibilités aux personnes qui partent en vacances ou passent quelques jours chez elles. Résidences secondaires « , explique le notaire Frédéric Dumoulin.

Pour lui, ce phénomène n’affecte pas de la même manière toute la commune de Durbuy. « Par exemple, vous achèterez moins de résidences secondaires à Barvaux et donc moins de Flamands qu’à Villers-Sainte-Gertrude, beau village très attractif pour ce type de propriété. »

Par rapport à 2016, la part des acheteurs résidant en Flandre a fortement augmenté dans 5 communes: Rendeux (+ 12,8%), Rochefort (+ 8%), Durbuy (+ 7,1%), Manhay (+ 6,2%)) et Vielsalm (+) 5,8%).

Source: Fednot



Source link

Recent Posts