L’affaire a été présentée le 1er mai. InVivo, qui regroupe 192 coopératives en France, a signé le Reprise de Soufflet , 1er groupe de négoce de céréales en France, co-leader mondial de la malterie, boulanger industriel connu du public sous les marques Pomme de Pain et Baguépi.

L’opération a été réalisée pour un montant non divulgué en trésorerie et en dette. InVivo s’est appuyé sur ses propres ressources et a fait appel à des partenaires financiers dont certains comme Unigrains et Sofiprotéol étaient déjà représentés dans le groupe cible.

Numéro européen 2

De manière très complémentaire, les deux groupes pèsent à peu près le même poids. InVivo a réalisé un chiffre d’affaires de 5,1 milliards d’euros sur l’exercice 2019-2020, Soufflet 4,9 milliards d’euros. L’affaire doit être approuvée par les autorités de la concurrence à l’automne.

Les acteurs louent la naissance d’un «géant européen» d’une valeur de 10 milliards d’euros. Cependant, le nouveau groupe a encore un long chemin à parcourir pour combler le fossé avec l’entreprise leader du vieux continent, ainsi qu’avec la coopérative, l’allemand BayWa et ses 16 milliards d’euros. Ce dernier a été dynamisé il y a cinq ans en ouvrant une activité de négoce de céréales qui pèse désormais 5 milliards d’euros.

internationalisation

La nouvelle société devra également concurrencer des géants comme Cargill, ADM ou Dreyfus, qui réalisent respectivement 135 milliards de dollars, 80 milliards de dollars et 36,5 milliards de dollars. «C’est un début dans la bonne direction. L’Union européenne doit se doter de champions si elle veut faire face à la concurrence américaine et chinoise », a déclaré Thierry Blandinières, PDG d’InVivo.

InVivo se concentre particulièrement sur Le malt, un tout nouveau métier pour l’Union des coopératives d’assurer une juste part de rentabilité et d’ouverture sur le monde dans son ensemble.

«La brasserie d’orge, activité très internationale portée par le développement de la consommation de bière, est une amélioration importante pour les agriculteurs», commente Thierry Blandinières. Selon nos informations, l’objectif d’InVivo est de doubler la taille du malt d’ici cinq ans en investissant et en achetant de nouvelles usines.

boulangerie

Avec le rachat de Soufflet, le groupe rejoint également Boulangerie industrielle . La boulangerie industrielle Neuhauser, qui traversait des temps difficiles, a été restructurée et les usines modernisées. Cette activité, qui présente un très fort potentiel de reprise des exportations et de la gastronomie, devrait faire l’objet d’un plan de relance spécifique. En 2019, un chiffre d’affaires de 377 millions d’euros a été réalisé

Soufflet était à la recherche d’un acheteur depuis deux ans. Jean-Michel Soufflet (64 ans), qui a développé le groupe sous la houlette de son père Michel (90 ans), lui-même artisan lors de la refonte du petit magasin de semences de son père à Nogent-sur Seine (Aube), n’a pas de successeurs.

Le choix de la famille

De nombreux acteurs internationaux ont consulté les actes. La famille Soufflet a finalement opté pour une solution française. Jean-Michel Soufflet continuera à soutenir InVivo. «Nous nous appuierons sur les capacités de Soufflet, dont nous voulons préserver l’identité, les marques et la politique commerciale», a déclaré Thierry Blandinières.

InVivo est donc doté de moyens largement accrus et souhaite accélérer la voie vers l’agriculture du futur, plus économique en chimie, plus technologique, numérique et innovante. De nombreux agriculteurs in vivo ont des fermes pilotes qui n’attendent que des ressources supplémentaires.



Source link

Recent Posts