Sélectionner une page


L'Union Bordeaux-Bègles s'est qualifiée pour les demi-finales de la Champions Cup, la coupe d'Europe de rugby, dimanche 11 avril 2021 en battant le Racing 92 au cœur d'un stade vide.

Près du stade Chaban Delmas à Bordeaux, l’ambiance était calme ce dimanche 11 avril en fin d’après-midi. Très calme. L’Union Bordeaux-Bègles (UBB) n’avait pas encore remporté la victoire (24 à 21) face au Racing 92. et de se qualifier pour les demi-finales de la Champions Cup, la Coupe d’Europe de Rugby. Pendant le temps habituel, un grand bruit aurait retenti pour saluer cela pour la première fois dans l’histoire d’un club né en 2006 de la fusion du club universitaire Stade Bordeaux et du club sportif Béglais.

Mais dimanche, seuls les applaudissements de quelques représentants de sponsors sont venus souligner cette victoire. Dans les tribunes restantes, qui pouvaient accueillir plus de 30 000 personnes, il n’y avait pas de supporters pour saluer l’équipe locale. Au vu de la situation sanitaire depuis quelques mois La porte fermée est le lot quotidien de l’UBB, tout comme les autres clubs du top 14, première division du rugby professionnel français.

Même si les supporters continuent à accrocher des mots d’encouragement aux barreaux du centre de formation de Bègles («UBB, on t’aime»on peut lire notamment), même si une poignée d’admirateurs viennent à l’entraînement et même si les messages sur les réseaux sociaux battent l’équipe au cœur, il reste difficile pour les joueurs d’être privés du public.

«C’est terrible de vivre un jeu historique sans public. Qu’aurait-il été avec 30 000, 35 000 personnes? Ce sera toujours un peu inachevé « , A déploré le capitaine de l’UBB Jefferson Poirot après le match contre le Racing 92. «D’une part, nous nous sentons privilégiés car nous pouvons continuer notre travail pour être là. Mais avec le fait que nous jouons à huis clos, cela ne nous plaît pas « , ajoute Clément Maynadier, pute de l’UBB.

Le jeu est dur

Hormis le fait que cela pèse sur le moral des joueurs, la caméra se fait surtout ressentir par rapport à la situation financière du club. Le jeu est fort. Selon Laurent Marti, président de l’UBB, le dernier budget prévisionnel fait apparaître un déficit de 10 millions d’euros. Comme dans la plupart des 14 meilleurs clubs, la billetterie, les partenariats d’accueil et la restauration représentent entre 50% et 60% des ventes les jours de match.

Ajoutez à cela l’inactivité de la buvette et le non-renouvellement de certains abonnements, ce qui correspond à une perte de 5 millions d’euros. Sans oublier que nous devons également rembourser 50% des abonnements maintenus.

Vous avez lu 62.74% de cet article. Le reste est réservé aux abonnés.



Source link

Recent Posts