Bafetimbi Gomis (ASSE 2001-09, OL 2009-14)

C’est déjà assez difficile pour un joueur de jouer d’un côté de la ligne de partage du Rhône puis de l’autre. Basculer directement entre les deux principaux rivaux est une question entièrement différente.

Le départ de Gomis pour Lyon à l’été 2009 a été d’autant plus pénible pour les supporters de Saint Etienne qu’il était vert dès l’âge de 15 ans.

Sa célébration des buts des Black Panther – en l’honneur de son héros de l’ASSE Alex – était devenue une marque de fabrique au Stade Geoffroy-Guichard depuis ses débuts alors que le club était encore en Ligue 2 en 2003/04.

Trente-huit buts en championnat en 131 matchs plus tard, Gomis a fait le court voyage à Lyon, où il a signé un contrat de cinq ans. Il terminerait avec 64 buts en championnat en 178 matchs et remporterait finalement les fans de la course d’orientation.

« Vous pouvez la comprendre. Je viens de Saint-Etienne, où j’allais bien », a déclaré Gomis lors de la saison 2010/11 après être passé d’ennemi à favori des fans en un peu plus de 12 mois avec les sept fois champions de France.

« Pendant que je joue et que je rencontre, la foule chante mon nom. C’est flatteur. »

REGARDER: Que s’est-il passé la dernière fois que Lyon et Saint-Etienne se sont rencontrés?

Gregory Coupet (ASSE 1990-97, OL 97-08)

Coupet avait fait le même voyage que Gomis il y a plus de dix ans, mais pas tout à fait la même réputation que les Verts. Et perdre un buteur fait toujours plus mal que perdre un gardien …

Bien qu’il soit entré à l’académie des jeunes à l’âge de 17 ans, Coupet a fait ses débuts en équipe première avec Sainté lorsque des problèmes financiers pendant la campagne 1993-94 ont forcé la main de l’entraîneur de l’époque Jacques Santini.

Coupet a joué derrière Laurent Blanc, plongeant dedans et dehors, mais cela a changé quand Elie Baup a été nommé patron à l’été 1994.

Baup a établi Coupet comme son numéro un et il a prospéré, même si l’équipe a connu des difficultés et a finalement été reléguée. Lorsque Lyon a été contraint de renvoyer le gardien Pascal Olmeta au milieu de la saison 1996/97, ils ont rejoint Coupet.

Coupet a été formé par son héros, l’ancien gardien français Joël Bats, et est devenu une légende lyonnaise. Il a arrêté les sept titres français du club et joué plus de 500 matchs de compétition avant de rejoindre l’Atletico Madrid à l’été 2008.

Après avoir terminé sa carrière par un passage de deux ans au Paris Saint-Germain, Coupet a travaillé comme entraîneur des gardiens de l’OL après avoir remplacé son propre entraîneur spécialisé, Joël Bats, avant de s’installer à Dijon.

Christophe Galtier (OL 2007-08, ASSE 2009-17)

Claude Puel, Aimé Jacquet et Jacques Santini avaient tous des liens en tant que joueurs ou entraîneurs avec les deux clubs, mais Galtier a eu le plus grand impact sur le terrain de chaque côté de la vallée du Rhône.

L’actuel patron du LOSC Lille était l’entraîneur adjoint d’Alain Perrin à l’OL, les aidant à remporter le titre de L1 2007/08 – la dernière de leurs sept victoires consécutives au championnat – et un Coupé de France.

Au début de la saison 2008/09, Perrin et lui remontèrent le chemin du Stade Geoffroy-Guichard, et là le numéro deux fit ses premiers pas avec succès en tant que numéro un.

Christophe Galtier, Saint-Étienne

Cela n’a cependant pas été facile. Lorsque Perrin a été licencié en décembre 2009 pour mauvais résultats, Galtier est devenu le cinquième manager des Verts en autant d’années sur les conseils de son ancien patron. «Christophe qui? a déclaré la plupart des fans de football français, mais ce serait un chef-d’œuvre quand il est devenu leur troisième plus long boss après Robert Herbin et Jean Snella.

Sur ses 287 matchs, 118 se sont soldés par une victoire. En plus d’avoir remporté la Coupe de la Ligue en 2012-13, Galtier a remis le club sous les projecteurs. Au début de la saison 2010/11, ils menaient le classement pour la première fois en 28 ans et remportaient le 100e derby contre Lyon.

Il a fait appel à Pierre-Emerick Aubameyang, qui a marqué les buts lorsqu’il a terminé quatrième en 2013-14 et cinquième la saison suivante pour amener le football européen de Saint-Étienne pour la troisième année consécutive.

« Diriger l’ASSE pendant plus de sept ans a été un honneur et une source de fierté pour moi », a déclaré Galtier lorsqu’il a quitté le club à l’été 2017. « Je tiens à remercier l’ASSE de m’avoir permis de continuer à me développer en tant que coach. »

Jérémy Clément (OL 1997-06, ASSE 2011-17)

Clément est né dans le pays des syndicats de rugby. Il a été rapidement gagné pour le ballon rond et repris par Lyon alors qu’il n’avait que 13 ans.

Il a fait son entrée en équipe première en 2004 et a joué pour l’OL en UEFA Champions League. Il a remporté trois médailles en tant que vainqueur du titre de Ligue 1, mais ne s’est jamais imposé comme le premier choix dans une équipe où la compétition pour les places était rude.

Après un bref passage chez les Rangers et un passage de quatre ans au Paris Saint-Germain, où il a travaillé avec l’ancien patron lyonnais Paul Le Guen, Clément a déménagé à Saint-Etienne car il était conscient des difficultés que cela pouvait lui causer.

« Ils nous ont inculqué la rivalité avec Saint-Etienne à un jeune âge », a-t-il déclaré à propos de son passage à l’OL. «Il était interdit de s’habiller en vert. Tous mes coachs d’académie de jeunesse étaient anti-stéphanois. À Saint-Etienne, ce sont plus les coachs d’académie de jeunesse qui se moquaient de moi à cause de mon passé lyonnais. Cela fait partie du folklore.

En plus de Joshua Guilavogui au milieu de terrain central, Clément est devenu une partie intégrante de l’équipe de Galtier. Il a disputé 154 matchs de haut niveau – contre seulement 35 avec l’OL – et a joué un rôle à Sainté lorsqu’il a remporté la finale du Coupé de la Ligue 2012/13 sur la touche en raison d’une blessure grave.

Aimé Jacquet (ASSE 1960-73, OL 1973-75)

Jacquet sera toujours connu comme l’entraîneur le plus célèbre qui a amené la Coupe du monde de football 1998 – la première en France – dans son pays. Jacquet, le joueur, avait également remporté un succès considérable avec Saint-Étienne.

Jacquet est né dans la belle région montagneuse à l’ouest de Saint-Étienne. Il a été repris par son club local et a travaillé sous les entraîneurs légendaires Jean Snella et Albert Batteux.

Jacquet, un milieu de terrain défensif qui a excellé aux côtés d’un autre futur entraîneur de classe mondiale de l’ASSE, Herbin, a remporté cinq titres de champion entre 1967 et 1970, dont quatre de suite, ainsi que deux Coupes de France.

C’est en effet entre les mains de Herbin que la carrière de Jacquet à Saint-Étienne s’est terminée. Son ancien coéquipier, qui a maintenant été promu entraîneur de l’équipe première, n’a pas pu retrouver un chemin dans l’équipe après une grave blessure au tendon d’Achille en 1970 et a déménagé à Lyon trois ans plus tard.

Avec une jeune équipe d’orientation dans laquelle volent Fleury Di Nallo, Bernard Lacombe et Serge Chiesa, Jacquet était sur le point d’être la première équipe dans les deux dernières années de sa carrière.

A sa retraite en 1975, il devient entraîneur lyonnais un an plus tard. On lui attribue la modernisation de l’approche médicale du football en faisant appel à un médecin d’équipe dédié.

>> A SURVEILLER: Michaël Cuisance, le nouveau maestro du milieu de terrain marseillais



Source link

Recent Posts