Je souhaite obtenir des informations sur une formation complète concernant le thème DIVI dispensé
par un organisme de formation certifié par l’état.
Que la formation soit finançable par mon CPF (idéalement) ou autre


33e division de grenadiers Waffen du SS « Charlemagne »
(Français n ° 1)[1]

actif 1944 à 1945
Statut Reich allemand NSReich allemand (ère nazie) Empire allemand
Forces armées Drapeau du Schutzstaffel.svg Armé SS
Branche de service Grenadiers
De l’art division
structure Se il vous plaît se référer structure
Boucher Répression partisane
Bataille pour Berlin
le commandant
liste de Commandants

le 33e division de grenadiers Waffen du SS « Charlemagne » (n ° 1 français) était une association majeure de Armé SS Je suis Deuxième Guerre mondiale (1944-1945). Il se composait principalement de Employé Français Bénévoles. L’association comprenait également des soldats Colonies françaises allumé et éteint Indochine. le division jamais atteint le sien, cependant Force cible de 19 000 hommes. Il a été nommé d’après le roi et l’empereur des Francs Charlemagne.

Une première unité de volontaires français armés a été fondée en 1940 sous le nom de « Légion de volontaires français contre le bolchevisme« Placé sur le côté WordPress combattre. La première utilisation a eu lieu à l’hiver 1941/42 au Front de l’Est toujours détenu sous la désignation 638th Infantry Regiment. le régiment faisait partie de la 7e division d’infanteriequi font partie de la Centre du groupe d’armées un m Avance sur Moscou était impliqué. Dans ces batailles, le 638th Infantry Regiment a subi de lourdes pertes et était donc principalement dans le soi-disant de 1942 à l’automne 1943 Répression partisane utilisé. Le engagé Crimes de guerre comprennent de nombreux massacres dans et autour des localités Briansk, Gomel, Mohilev, Orsha et Minsk.[2] Depuis juin 1944, il est revenu au front contre le armée rouge pour utilisation. Pendant ce temps, la force des Français était de moitié bataillon été réduit.

Volontaire SS français 1943

En septembre 1944, l’unité fut incorporée à la Waffen SS. Cesarani donne sa force en février 1945 avec environ 5000 hommes, car elle était sous « l’inspection » d’un Allemand Chef de brigade par le français Employé rempli de toutes les formations allemandes possibles.[3] À ce stade, le Association les Statut de la division. Dès le début de l’année 1944/45, la division était en Poméranie utilisé, où il a subi de lourdes pertes et a été divisé en trois parties. Une partie a souffert Tir d’artillerie de lourdes pertes, le second anéanti en reculant vers l’ouest. La troisième partie a traversé cela baltique de retour et s’installe à travers la mer au Danemark. Cette unité s’est formée le 27 mars 1945 à Neustrelitz sous l’inspecteur des organisations bénévoles françaises Chef de brigade SS Gustav Krukenberg les Waffen-Grenadier-Regiment du SS « Charlemagne ». Compte tenu du choix de Krukenberg de continuer à combattre ou de servir dans un bataillon de construction, 700 des 1 100 volontaires restants se sont inscrits au bataillon de combat. Cependant, les deux unités n’ont été utilisées que pour les travaux de retranchement à l’arrière de la 3e Armée Panzer utilisé avant qu’ils ne soient dans l’espace Mauvais petits dissoudre.

Lorsque Krukenberg a reçu l’ordre le 24 avril 1945 de prendre le commandement de la 11e SS Volunteer Panzer Grenadier Division « Nordland » pour prendre le relais, il est devenu d’un Accompagner accompagné de 90 hommes à Berlin.[4] Je suis Bataille pour Berlin est devenu ce français Groupe de combat premier dans l’espace Neukölln utilisé, mais a dû survivre aux attaques de l’Armée rouge sur le Hermannplatz, les Anhalter Bahnhof et le Place de la Belle Alliance sur le Bureau principal de la sécurité du Reich dans le Prinz-Albrecht-Strasse retirer. De violentes attaques des troupes soviétiques ont poussé les Français sur le terrain de la Ministère de l’aviation du Reich retour à l’endroit où ils se sont rendus le 2 mai.[5]

Les derniers défenseurs du centre-ville de Berlin et donc aussi de la chancellerie du Reich et du siège des SS dans le Prinz-Albrecht-Strasse étaient membres de la 33e Division SS française « Charlemagne » et de la 11e Division SS Volunteer Panzer Grenadier « Nordland », qui se sont battus jusqu’à la reddition de Berlin le 2 mai 1945.

Un membre bien connu de la division était l’ancien nazi allemand Franz Schönhuber, qui en 1990 dans le groupe de la droite européenne en Parlement européen, dont il était vice-président, avec le politicien et président de droite français Jean-Marie Le Pen assis ensemble. D’autres étaient le savant littéraire Hans Robert Jauß ou le volontaire français Christian de la Mazière.

Les recrues volontaires ont été recrutées via le bureau de recrutement de Paris. Les premiers volontaires ont été formés comme brigade d’assaut volontaire SS Alsace habilement. le Officiers étaient dans le Écoles SS Junker, les Sous-officiers formés dans des écoles subordonnées, par exemple en Cernay en Alsace.

Le blason de la division « Charlemagne » était le français Tricolore. Le blason pseudo-médiéval fréquemment montré est une invention d’après-guerre d’un ancien soldat de la division, répandue depuis 1967.[6]

  1. Gordon Williamson: Die SS. Hitler’s Instrument of Power, Kaiser, 2005, p. 246.
  2. Jens Westemeier: Hans Robert Jauß: Jeunesse, guerre et internement. Documentation scientifique. Université de Constance, mai 2015, consulté le 25 septembre 2019.
  3. David Cesarani: Adolf Eichmann: bureaucrate et meurtrier de masse. Propylées, Berlin 2004, p. 277.
  4. Rolf Michaelis:: Les Waffen SS. Mythe et réalité. Michaelis-Verlag, Berlin 2006, ISBN 978-3-930849-36-9P. 290.
  5. Rolf Michaelis: Les divisions de grenadiers de la Waffen SS. Partie 3. Michaelis, Erlangen 1995, ISBN 3-930849-05-4Pp. 82-88.
  6. Détails dans Schöttler 2012, p. 385.




Source link

Recent Posts